Matelas Houde - janvier 2018
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
 
-5°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
Memphrémagog - journal
ACTUALITÉS
Estrie
Memphrémagog
Culture & Événements
Sports
L'actualité en photos
L'actualité en vidéos
CAHIERS
Affaires & Juridique
Automobiles
Découvertes
Éducation
Famille
Habitation
Mode-Santé-Beauté
Style de vie
Voyages & Gastronomie
Blogue
JOURNAUX LOCAUX
Le Papotin
Val Estrie Ford
ACTUALITÉS / Estrie
Cynthia Dubé Par Cynthia Dubé
cdube@estrieplus.com

Jeudi, 23 mars 2017

Violence régulière envers les éducateurs à Val-du-Lac



 Imprimer   Envoyer 
Il aura fallu l’intervention de six travailleurs du Centre jeunesse et de l’aide d’une dizaine de policiers pour arriver à contrôler la situation qui se déroulait dans la seule unité de détention du centre.

Le personnel du Centre jeunesse Val-du-Lac est à bout de force. À la suite des événements violents survenus mardi, Steve Lemieux, président du syndicat du personnel des employés du Centre jeunesse de l'Estrie, dénonce la situation.

«C'est très régulier la violence envers les éducateurs et les agents d'intervention. C'est presque quotidien, déplore Steve Lemieux. Il n'y a pas une semaine ou un éducateur ne se fait pas menacer ou bousculer. On entend souvent des gens dire que ça fait partie de notre travail, mais c'est faux.»

Rappelons que mardi soir, les policiers de Sherbrooke ont dû se rendre au Centre jeunesse de Val-du-Lac , pour prêter main-forte aux intervenants qui n'arrivaient pas à contrôler six jeunes, âgés de 16 et 17 ans, menaçants et agressifs.

Il aura fallu l'intervention de six travailleurs du Centre jeunesse et de l'aide d'une dizaine de policiers pour arriver à contrôler la situation qui se déroulait dans la seule unité de détention du centre.

«On a évité la catastrophe cette soirée-là! Nos employés ont dû faire appel aux policiers. Une première équipe est arrivée sur place mais n'a pas réussi à maitriser la situation et a dû faire appel à des collègues. C'est finalement une dizaine de policiers qui sont intervenus.»

Une situation isolée? Pas du tout, répond le président du syndicat. «Les agressions physiques et verbales se vivent au quotidien, mais c'est rare que le policiers doivent intervenir, car nous sommes autonomes dans nos interventions physiques. Nous avons des agents d'intervention très efficaces sur place, donc c'est eux qui interviennent. Normalement, c'est suffisant.»

M. Lemieux dénonce le manque de personnel et les coupures qui se poursuivent. «Au cours des derniers mois, on a fait une dizaine de sorties médiatiques pour dénoncer la situation. On a eu des rencontres avec les employeurs pour les aviser de la problématique et des difficultés vécues par les équipes. Il y a plusieurs équipes en détresse, elles sont surchargées.D'ailleurs, à la suite des événements de mardi, le personnel concerné n'a pas été rencontré, n'a pas reçu de support moral et n'a pas eu d'appel de la part de la direction. Ils ont été laissés à eux-mêmes. C'est vrai qu'il n'y a pas eu de blessures physiques, mais il y a eu des chocs posttraumatiques.» 

Le président du syndicat du personnel des employés du Centre jeunesse de l'Estrie réitère donc ses demandes à la haute direction. Ce qu'il veut est clair; «Je veux qu'on arrête de calculer le travail auprès des enfants en difficultés dans une colonne de chiffres. Je veux que le CIUSS soit au courant de la réalité des centres jeunesse de l'Estrie et je veux que nous soyons reconnus, car nous sommes très petits dans cette grosse machine médicale. Ce qui est déplorable, c'est que les hauts dirigeants sortent dans les médias pour dire que tout va bien. C'est de l'ignorance volontaire et c'est un gros manque de respect envers les travailleurs qui vivent la situation au quotidien», conclut M. Lemieux.


Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Des centaines d’emplois étudiants à combler à Sherbrooke

Des centaines d’emplois étudiants à combler à Sherbrooke
Quoi faire ce week-end

Quoi faire ce week-end
NOS RECOMMANDATIONS
Un objectif de 60 000$ pour Démystik 2

Un objectif de 60 000$ pour Démystik 2
Un chien laissé dehors à Stanstead meurt de froid

Un chien laissé dehors à Stanstead meurt de froid
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
LE BOSTON BAR - Sir Pathétik
 
Rosemarie Lacroix
Jeudi, 18 janvier 2018
Ces maladies camouflées

Alexandre Dagenais
Jeudi, 18 janvier 2018
La culture de légumes à l’intérieur, c’est possible?

Isabelle Fournier
Jeudi, 18 janvier 2018
Mon ado et les tâches...

Catherine Côté
Mercredi, 17 janvier 2018
Tendances à surveiller en 2018

Marianne Therriault
Mercredi, 17 janvier 2018
Faire pousser nos cheveux: pas si facile?

Daniel Nadeau
Mercredi, 17 janvier 2018
Histoire et récits : façonner le monde

François Fouquet
Lundi, 15 janvier 2018
Apprécier quoi, au juste?

Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke
Lundi, 15 janvier 2018
Le projet CLASS : un atout pour la réussite

Royal Lepage Jacinthe Dubé - 4 janvier 2018
Centre de recherche sur le vieillissement du CIUSSS de l’Estrie-CHUS
Rhume: un mal nécessaire pour le système immunitaire de l'enfant Par Bedon & bout'chou Jeudi, 11 janvier 2018
Rhume: un mal nécessaire pour le système immunitaire de l'enfant
L’encadrement du cannabis récréatif dans les milieux de travail Par Me Ariane Ouellet Jeudi, 11 janvier 2018
L’encadrement du cannabis récréatif dans les milieux de travail
Va jouer…  à l’intérieur! Par Tourisme Cantons-de-l'Est Vendredi, 12 janvier 2018
Va jouer… à l’intérieur!
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous