Rythme - Bonjour Estrie - oct 2018
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
 
5°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
  Travaux: Portland complètement fermée entre Lionel-Groulx et Jacques-Cartier Nord pour environ 3 semaines (31 octobre).
 
Memphrémagog - journal
ACTUALITÉS
Estrie
Memphrémagog
Ça se passe chez nous!
Culture & Événements
Sports
L'actualité en photos
L'actualité en vidéos
Blogue
Basta Communication oct 2018
ACTUALITÉS / Estrie
Vincent Lambert Par Vincent Lambert
vlambert@estrieplus.com

Mercredi, 3 octobre 2018

Immense succès pour l'université populaire à Sherbrooke



 Imprimer   Envoyer 
Lorsque l’Université populaire de Sherbrooke a été lancée en mai dernier, la grande question était de savoir si ce projet pilote susciterait l’intérêt de la population. La participation a été au-delà des attentes (crédit photos: Annick Sauvé, Facebook UPOPS).

Qui aurait pu prédire qu'un cours de philosophie un lundi soir attirerait 250 personnes? C'est cet accès au savoir gratuitement et sans contraintes de l'Université populaire de Sherbrooke (UPOPS) qui a mobilisé les curieux et amoureux d'apprentissages. La première session en mai a été « l'une des plus grandes et des plus belles surprises à vie », indique la citoyenne impliquée, Sondès Allal.

Lorsque l'Université populaire de Sherbrooke a été lancée en mai dernier, la grande question était de savoir si ce projet pilote susciterait l'intérêt de la population. La participation a été au-delà des attentes.

« Ç'a été une des plus grandes et des plus belles surprises à vie puisqu'on donnait des cours de philo ou de politique le lundi soir et qu'on avait 250 personnes par soir dans un bar où on aurait entendu une mouche voler, remarque Sondès Allal, l'une des citoyennes impliquées. C'est du jamais vu, même les gens du bar n'en revenaient pas. Les commerçants et les bars ont doublé leurs recettes, donc on a eu clairement un impact au niveau socio-économique. Ç'a été un succès vraiment réel constaté par tous. »

Quand l'UPOPS a démarré à Sherbrooke, elle a pu compter sans problème sur l'implication de nombreux professeurs. « On savait déjà que les professeurs n'avaient vraiment pas hésité à embarquer dans le concept, rappelle Mme Allal. On savait donc que si jamais on décidait de poursuivre, les professeurs ne seraient pas un problème. C'est vraiment des gens qui embarquent dans le concept, qui sont ravis de faire de l'éducation au plus grand nombre. Ils sont prêts à donner de leur temps. »

Après une première session au calendrier, l'UPOPS se tourne maintenant vers une deuxième puisque la demande est bien présente. « Depuis mai, on reçoit chaque fois des messages pour nous demander quand on reprend les activités. Il y a vraiment un besoin, clairement, souligne Sondès Allal. Ce que les gens nous disent, c'est que oui, ils sont vraiment ravis d'avoir accès à ce savoir-là qu'ils ne peuvent pas toujours se procurer. »

Rendre l'éducation accessible à tous

L'université populaire est apparue il y a plusieurs années en France. Au Québec, c'est à Montréal que Sondès Allal a découvert ce concept pour la première fois. Elle a décidé par la suite de démarrer le tout en région avec ses collègues (Vanessa Cournoyer-Cyr et Sonia Bolduc).

L'idée de ce concept, c'est de rendre l'éducation accessible à tous, et ce, tout au long de la vie. «L'éducation devrait continuer tout au long de notre vie, estime Mme Allal. On sait à quel point c'est important. On sait qu'on ne sait rien même si on est expert en quelque chose. Il y a tellement d'autres domaines que l'on ne connait pas. C'était vraiment l'idée de rendre l'éducation accessible à tous et de diversifier le savoir. Les cours peuvent aller de l'architecture à la médecine et on veut amener le monde à s'intéresser à tous ces sujets-là. Je pense que c'est vraiment une espèce d'éducation à la citoyenneté, à l'esprit critique et à l'ouverture.»

Du 10 octobre au 28 novembre, la deuxième session de l'Université populaire de Sherbrooke s'entamera et plusieurs cours seront offerts gratuitement à la population dans divers endroits de la ville. Certains d'entre eux porteront sur l'architecture, la légalisation du cannabis, la linguistique, et la liste s'étire encore.

« Ce qui plaît beaucoup aux gens, c'est que ce soit dans des bars, des cafés ou entre amis, indique Sondès Allal. Ils aiment beaucoup le concept du cours, c'est-à-dire pas de contraintes ou de devoirs. On n'a même pas besoin de prendre de notes, on est vraiment dans l'échange. C'est vraiment un concept qui sort de l'ordinaire. On transforme un peu la notion de transmission de savoir. »


Sykes Sherbrooke ICT Canada Marketing
Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Légalisation du cannabis: le SPS s’attaquera plus férocement à la vente illégale

Légalisation du cannabis: le SPS s’attaquera plus férocement à la vente illégale
La police met fin à une série de vols qualifiés

La police met fin à une série de vols qualifiés
NOS RECOMMANDATIONS
Un suspect recherché pour 4 vols qualifiés

Un suspect recherché pour 4 vols qualifiés
Cyclocross : premier événement international à Sherbrooke

Cyclocross : premier événement international à Sherbrooke
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

A.R.Turgeon Portes - Fenêtres - Rénovations
Inscription Infolettre EstriePlus.com
Rythme FM C’est Isabelle qui paye
 
Daniel Nadeau
Mercredi, 17 octobre 2018
Sauver la planète, vous dites?

Cégep de Sherbrooke
Mardi, 16 octobre 2018
La Fondation Cégep de Sherbrooke : d’hier à aujourd’hui

Alexis Jacques
Mardi, 16 octobre 2018
L’emprise du doute

François Fouquet
Lundi, 15 octobre 2018
Omniprésente religion…

Jacinthe Dubé
Le Salesien - Portes ouvertes 2018
Hôtel La Marquise : la victime recherchée par les policiers Par Cynthia Dubé Vendredi, 12 octobre 2018
Hôtel La Marquise : la victime recherchée par les policiers
Sons de vieux, sons de jeunes, sons d’âge Par François Fouquet Mardi, 9 octobre 2018
Sons de vieux, sons de jeunes, sons d’âge
Hausse de signalements pour mauvais traitements psychologiques Par Cynthia Dubé Mercredi, 10 octobre 2018
Hausse de signalements pour mauvais traitements psychologiques
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous