Centre de formation professionnelle 24-Juin
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
 
-6°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
  CIUSSS de l’Estrie–CHUS: appel de candidatures (emplois étudiants inclus). Mercredi, de de 15 à 19 h, au 1621 rue Prospect.
 
Memphrémagog - journal
ACTUALITÉS
Estrie
Memphrémagog
Culture & Événements
Sports
L'actualité en photos
L'actualité en vidéos
CAHIERS
Affaires & Juridique
Automobiles
Découvertes
Éducation
Famille
Habitation
Mode-Santé-Beauté
Style de vie
Voyages & Gastronomie
Blogue
JOURNAUX LOCAUX
Le Papotin
Novus Vitres Sherbrooke Coaticook
ACTUALITÉS / Estrie
Elizabeth Nadeau Par Elizabeth Nadeau
enadeau@estrieplus.com

Jeudi, 24 décembre 2015

Un petit poisson de fer pour contrer l’anémie



 Imprimer   Envoyer 
Le petit poisson de fer a été développé à l'Université de Guelph, en Ontario.

Infirmières de l'humanité visiteront une douzaine de communautés rurales du Pérou en mai prochain pour y distribuer des petits poissons de fer qui aideront à combattre l'anémie, une problématique bien présente dans les communautés en altitude.

Le petit poisson de fer a été développé par l'Université de Guelph, en Ontario sous le nom de Lucky Iron Fish. Des projets menés au Cambodge et en Éthiopie ont permis de constater qu'une fois bouilli, le petit poisson permettait à une personne de combler une grande part de ses besoins quotidiens en fer.

« Le poisson sera distribué dans 500 familles péruviennes, explique Andréanne Turgeon, infirmière et membre fondatrice d'Infirmières de l'humanité. Elles devront ajouter le poisson de fer dans de l'eau bouillante. Si chacun des membres de la famille boit un litre de cette eau par jour, c'est entre 75 et 90 % de l'apport quotidien qui sera comblé. »

Dans les communautés rurales et plus isolées des Andes péruviennes, l'anémie était bien présente, entre les niveaux modérés et élevés, chez les 500 enfants testés par l'organisme l'an dernier.

« Les prélèvements sanguins sont très révélateurs et c'est courant de retrouver ces niveaux d'anémie lorsque les gens vivent en altitude. En raison des températures et des conditions climatiques, plusieurs légumes très riches en fer ne poussent pas. Ce peut aussi être difficile d'acheter suffisamment de légumes pour assurer une variété riche en tous les nutriments. »

Infirmières de l'humanité souhaite distribuer des petits poissons de fer dans 500 familles. Associés avec l'Université de Guelph, l'organisme est actuellement en campagne de financement pour lui permettre d'acheter suffisamment de poisson à 5 $ pièce.

Il est possible de participer à leur campagne de financement en visitant leur site web ou en faisant un don sur le site de CanaDon. Un reçu de charité sera émis aux bienfaiteurs.

Infirmières de l'humanité
Infirmière au CSSS de Memphrémagog, Andréanne Turgeon a fondé Infirmières de l'humanité avec un autre infirmier et étudiant de l'Université de Sherbrooke, Martin Vachon-Lachance, en novembre 2011.

« Nous réalisions déjà des projets de santé depuis juin 2010 et c'est en 2011 que nous sommes devenus un organisme sans but lucratif. Depuis, nous avons mené plusieurs projets de santé communautaire au Guatemala, au Sénégal et au Pérou », explique Mme Turgeon.

Environ 80 personnes ont été envoyées dans ces pays pour réaliser différents projets depuis la création de l'organisme. En 2016, une douzaine de personnes se rendront au Pérou et cinq au Guatemala.

Pour Andréanne Turgeon, l'efficacité du petit poisson est de très bon augure pour le développement de traitements alternatifs aux médicaments. Dans les pays plus pauvres, ces médicaments sont bien souvent hors de portée pour les communautés plus pauvres.

« Les résultats de l'Université de Guelph démontre que le petit poisson serait bien plus efficace que les traditionnels médicaments comme on utilise ici pour combattre l'anémie. Cette réussite ouvre bien grande la porte aux traitements alternatifs et surtout, peu coûteux! », conclut la jeune femme.


Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Niveau de la rivière sous surveillance à Sherbrooke

Niveau de la rivière sous surveillance à Sherbrooke
Incendie dans une maison centenaire rue Prospect

Incendie dans une maison centenaire rue Prospect
NOS RECOMMANDATIONS
Des centaines d’emplois étudiants à combler à Sherbrooke

Des centaines d’emplois étudiants à combler à Sherbrooke
24 heures pour se découvrir!

24 heures pour se découvrir!
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Centre de recherche sur le vieillissement du CIUSSS de l’Estrie-CHUS
 
Daniel Nadeau
Mercredi, 17 janvier 2018
Histoire et récits : façonner le monde

Catherine Côté
Mercredi, 17 janvier 2018
Tendances à surveiller en 2018

Marianne Therriault
Mercredi, 17 janvier 2018
Faire pousser nos cheveux: pas si facile?

François Fouquet
Lundi, 15 janvier 2018
Apprécier quoi, au juste?

Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke
Lundi, 15 janvier 2018
Le projet CLASS : un atout pour la réussite

Royal Lepage Jacinthe Dubé - 4 janvier 2018
Domino's Pizza
Hyundai Sherbrooke la référence pour les véhicules d'occasion Mardi, 9 janvier 2018
Hyundai Sherbrooke la référence pour les véhicules d'occasion
Quoi faire ce week-end Par Cynthia Dubé Vendredi, 12 janvier 2018
Quoi faire ce week-end
Un objectif de 60 000$ pour Démystik 2 Par Cynthia Dubé Lundi, 15 janvier 2018
Un objectif de 60 000$ pour Démystik 2
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous