Matelas Houde - janvier 2018
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
 
-3°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
Memphrémagog - journal
ACTUALITÉS
Estrie
Memphrémagog
Culture & Événements
Sports
L'actualité en photos
L'actualité en vidéos
CAHIERS
Affaires & Juridique
Automobiles
Découvertes
Éducation
Famille
Habitation
Mode-Santé-Beauté
Style de vie
Voyages & Gastronomie
Blogue
JOURNAUX LOCAUX
Le Papotin
Novus Vitres Sherbrooke Coaticook
ACTUALITÉS / Estrie
Cynthia Dubé Par Cynthia Dubé
cdube@estrieplus.com

Mardi, 8 novembre 2016

Des exposants mécontents au Salon féminin pluriel



 Imprimer   Envoyer 
Le Salon se déroulait cette année au Centre multisports Rolland Dussault

Si le premier Salon féminin pluriel a connu du succès tant auprès du public qu'auprès des exposants, la situation a été bien différente pour la 2e édition, qui se tenait ce week-end. Plusieurs exposants ont quitté l'événement dimanche déçus et mécontents.

La première édition l'an dernier s'est déroulée au Centre de foires de Sherbrooke, en compagnie de Mitsou, Maripier Morin et Danielle Henkel, entre autres. Les exposants étaient nombreux et les visiteurs ont répondu à l'appel.

Cette année, l'événement qui accueillait entre autres Marie-Claude Barrette, Jessica Harnois et Saskia Thuot, s'est déroulé au Centre multisports Rolland Dussault. Pourtant, certains exposants avaient réservé et payé leur espace pour le Centre de foires. Ce n'est que quelques semaines après la transaction qu'ils ont appris que le Salon n'allait pas avoir lieu au Plateau Saint-Joseph.

«Lorsque j'ai réservé en juin, il n'a jamais été question que le Salon déménage! », souligne Nancy O'Malley, propriétaire de la boutique Subtile. J'avais déjà payé lorsque Danny Lachance (président des Productions JODY à la tête de l'événement) a annoncé que l'événement changeait de place.»

Le décor et le cachet du Centre multisports Rolland Dussault est bien différent du Centre de foire. L'emplacement aussi.

«J'ai demandé à M. Lachance de réduire le prix puisque le coût de la salle est certainement moins élevé au Centre Rolland Dussault. Il a refusé», indique Mme O'Malley.

Pour Andrée Arsenault, représentante des vêtements Frank Lyman Design, pas question de revenir pour une troisième année dans ces conditions.

«L'an dernier, ça été grandiose pour nous. Alors on a décidé d'investir encore plus, en invitant sur place l'athlète Annie Pelletier. Mais l'achalandage a été très décevant. Cet emplacement ne représente pas la femme. Les gens ont froids, on gèle, et ce n'est pas esthétiquement beau. C'est certain qu'on ne revient pas dans ces conditions!», indique Mme Arsenault, qui a aussi payé en croyant que l'événement aurait lieu au Centre de foires.

Deux conseillères indépendantes des produits de beauté Arbonne, qui préfèrent garder l'anonymat, ont aussi été très déçues. Lorsqu'elles ont réservé leur espace, elles ne s'étaient pas imaginé qu'elles allaient être six conseillères indépendantes à avoir leur kiosque sur place.

«Au départ, on m'avait dit qu'on serait deux au maximum. Finalement, on était six à avoir notre kiosque Arbonne, raconte l'une d'elle. Deux conseillères ont d'ailleurs quitté, même si elles avaient payé leur espace, parce qu'on était beaucoup trop à vendre le même produit. On nous avait dit que cet événement allait être un feu roulant, mais ce n'était pas le cas.»

Joel Séguin, photographe, prenait part à l'événement pour une 2e année. Il avoue que la foule n'était pas au rendez-vous.

«Il y a eu une belle soirée de filles vendredi soir, mais sinon, il n'y avait pas de monde. J'avais une conférence à donner vendredi après-midi, mais il n'y avait personne; j'ai donc déposé mon micro et je suis parti, raconte M. Séguin. On s'attendait à plus. L'an dernier, c'était très bien, même s'il y avait place pour de l'amélioration. Mais il n'y a pas eu d'amélioration, au contraire. L'emplacement n'a pas aidé la cause. Personnellement, vu mon expérience, je vais avoir un bon salon, mais pour les petits commerçants qui ont payé de leur poche pour être ici, c'est triste.»

Pour sa part, Serge Gélinas de chez Matelas Houde souligne que le Salon a été bon. «Pour notre part, on a bien tiré notre épingle du jeu et on devrait atteindre nos objectifs», souligne M. Gélinas, qui en était à sa première édition.

Danny Lachance s'explique

L'homme d'affaires à la tête de l'événement, Danny Lachance, est conscient que le nombre d'entrées a été décevant, comparativement à l'année dernière.Mais il dit avoir fait les choses dans les règles.

«Dans le contrat, on n'a jamais indiqué que l'événement allait se dérouler à nouveau au Centre de foires, indique-t-il. Par contre, c'est ce que je désirais. Le week-end que je voulais avait cependant déjà été réservé par la FADOQ. j'ai donc trouvé un plan B. Quant aux six exposants d'Arbonne, je n'ai jamais promis d'exclusivité à personne», se défend M. Lachance, qui insiste pour dire que plusieurs exposants ont été satisfaits de l'événement.

Le bilan de cette 2e édition du Salon féminin pluriel n'a pas encore été complété et on ne sait pas si une 3e édition aura lieu l'an prochain.   

      


Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Portraits robots d’un homme au comportement à risque envers les femmes

Portraits robots d’un homme au comportement à risque envers les femmes
Un jeune de 22 ans arrêté pour exploitation sexuelle

Un jeune de 22 ans arrêté pour exploitation sexuelle
NOS RECOMMANDATIONS
Manger en pleine conscience

Manger en pleine conscience
Vol qualifié sur la Wellington Nord

Vol qualifié sur la Wellington Nord
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Val Estrie Ford
 
Jessica Mackey, Via L'Attitude
Vendredi, 19 janvier 2018
Manger en pleine conscience

René Dubreuil
Vendredi, 19 janvier 2018
Les nouvelles rondes de René

Guillaume Rousseau
Vendredi, 19 janvier 2018
Réflexion sur l’accès à la justice en matière criminelle

Rosemarie Lacroix
Jeudi, 18 janvier 2018
Ces maladies camouflées

Isabelle Fournier
Jeudi, 18 janvier 2018
Mon ado et les tâches...

Alexandre Dagenais
Jeudi, 18 janvier 2018
La culture de légumes à l’intérieur, c’est possible?

Marianne Therriault
Mercredi, 17 janvier 2018
Faire pousser nos cheveux: pas si facile?

Catherine Côté
Mercredi, 17 janvier 2018
Tendances à surveiller en 2018

Daniel Nadeau
Mercredi, 17 janvier 2018
Histoire et récits : façonner le monde

Royal Lepage Jacinthe Dubé - 4 janvier 2018
The Barr Brothers
Manger en pleine conscience Par Jessica Mackey, Via L'Attitude Vendredi, 19 janvier 2018
Manger en pleine conscience
Les nouvelles rondes de René Par René Dubreuil Vendredi, 19 janvier 2018
Les nouvelles rondes de René
Le projet CLASS : un atout pour la réussite Par Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke Lundi, 15 janvier 2018
Le projet CLASS : un atout pour la réussite
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous