Resto-Brasserie Le Dauphin
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
 
20°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
ACHETEZ EstriePlus.com
ACTUALITÉS
Estrie
Memphrémagog
Culture & Événements
Sports
L'actualité en photos
L'actualité en vidéos
Matelas Houde juillet 2018
ACTUALITÉS / Estrie
Elizabeth Nadeau Par Elizabeth Nadeau
enadeau@estrieplus.com

Lundi, 14 septembre 2015

Crise des migrants : faire sa part, ici, à Sherbrooke



 Imprimer   Envoyer 

Le député de Saint-François, Guy Hardy, n'a pas attendu la photo du petit Aylan Kurdi pour agir lorsque la communauté chrétienne orthodoxe de Sherbrooke a sollicité son soutien dans son projet de parrainage de réfugiés.

Un important projet de parrainage est présentement en cours à Sherbrooke pour accueillir des chrétiens provenant de la Syrie et de l'Irak, depuis longtemps persécutés en raison de leur religion. Entièrement prises en charge par l'Église syriaque orthodoxe St-Ephrem de Sherbrooke, une quarantaine de familles pourront aspirer à une vie meilleure chaque année, notamment grâce à la prise en charge du dossier par le député de Saint-François.

Une implication personnelle de tous

« J'ai été élu en avril et au mois de mai, une grande caisse de dossiers est arrivée à mon bureau, se souvient le député. Je suis moi-même allé à Montréal porter ces dossiers au bureau de la ministre de l'Immigration pour accélérer l'émission des certificats de sélection du Québec (CAQ) pour ces gens. En janvier 2015, les premières familles sont arrivées à Sherbrooke. »

Un des instigateurs du projet de parrainage des réfugiés, Alain Haddad Sr., est sans mot lorsqu'il veut décrire le travail accompli par le bureau du député.

« Le conseil d'administration de l'église avait depuis longtemps constaté la situation des citoyens chrétiens en Irak et en Syrie et les persécutions dont ils étaient victimes, affirme M. Haddad, président du c.a. Rapidement, l'Église a décidé de passer aux actes. Si ce n'était pas de ces deux personnes, Guy Hardy et sa directrice de bureau Nicole Forcier, jamais on aurait eu ce succès. »

Le curé de l'Église a fait une liste de familles, de gens qui n'avaient plus d'espoir ni pour eux, ni pour leurs enfants.

« Il était le mieux placé pour réaliser cet exercice puique son téléphone sonne sans cesse, jour et nuit. Des appels de gens qui veulent fuir les persécutions, affirme M. Haddad. Nous pouvons parrainer entre 30 et 40 familles par an. On priorise les familles avec de jeunes enfants. »

M. Haddad estime qu'avant la photo du petit Aylan Kurdi, les gouvernements avaient les yeux fermés sur une situation qui perdure depuis bien longtemps.

« On commence à voir la lumière au bout du tunnel. L'Église de Toronto et de Montréal veulent nous imiter, des personnalités publiques comme le premier ministre Couillard parraineront des familles. Monseigneur Luc Cyr a aussi mis de côté un bon montant pour participer à l'effort. Les gens s'ouvrent les yeux, c'est bien. »

Un geste humanitaire

Pour le député de Saint-François, assister à l'arrivée de dizaines de réfugiés à Sherbrooke a été une expérience des plus émouvantes.

« C'est difficile à décrire en mots. Les yeux des enfants parlent beaucoup, ce sont des gens qui voulaient sortir de la misère, qui ont vécu des situations épouvantables. Je n'ai pas été difficile à convaincre lorsqu'on m'a demandé d'accompagner ces demandes de personnes qui voulaient fuir des conditions inimaginables. »

Un premier groupe d'une vingtaine de familles est donc arrivé en janvier 2015. Un deuxième est prévu pour le début de l'automne et un autre en décembre. Comme toutes ces personnes sont parrainées, leurs frais sont entièrement assumés par l'Église.

« La première condition qu'ils doivent respecter en arrivant à Sherbrooke, c'est d'apprendre le français, affirme M. Haddad. Ce sont des gens qui contribueront à la communauté une fois que ce sera fait. C'était des médecins, des avocats, des entrepreneurs. Plusieurs travaillent déjà! Tout ce qu'ils veulent, c'est de se rebâtir une vie, meilleure. »

« ll y a la belle histoire d'une jeune fille qui ne parlait pas du tout français à son arrivée, souligne M. Hardy. Elle vient tout juste de débuter son cours à l'Université Bishop's, parle très bien le français et veut même apprendre une quatrième langue. »


Club de Golf de Sherbrooke
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Quelques idées de sorties!

Quelques idées de sorties!
Des vendeurs itinérants de thermopompe fraudent à Sherbrooke

Des vendeurs itinérants de thermopompe fraudent à Sherbrooke
NOS RECOMMANDATIONS
Du bon bord du gazon... avec le Manoir des Sables

Du bon bord du gazon... avec le Manoir des Sables
Un record pour le Défi  têtes rasées à Magog

Un record pour le Défi têtes rasées à Magog
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

A.R.Turgeon Portes - Fenêtres - Rénovations
Inscription Infolettre EstriePlus.com
J & M Grégoire juin 2018
 
François Fouquet
Lundi, 16 juillet 2018
Retour du gars sympathique

APCHQ Estrie
Lundi, 16 juillet 2018
Dangereux, les fils électriques sur porcelaine?

Pierre-Olivier Pinard, B.sc. CFMP
Vendredi, 13 juillet 2018
Tout sur la vitamine D

Marie-Soleil Samson, B.Sc., ND.,K.in
Jeudi, 12 juillet 2018
Est-ce possible de maigrir du ventre de façon ciblée?

Royal Lepage Jacinthe Dubé - 18 juin 2018
Club de Golf Milby 27 mai 2018
Un projet-pilote dédié au vélo au Mont-Orford Par Cynthia Dubé Lundi, 9 juillet 2018
Un projet-pilote dédié au vélo au Mont-Orford
Garder le cap sur l’avenir! Par Daniel Nadeau Mercredi, 11 juillet 2018
Garder le cap sur l’avenir!
Un record pour le Défi  têtes rasées à Magog Par Cynthia Dubé Lundi, 9 juillet 2018
Un record pour le Défi têtes rasées à Magog
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous