Fête du Lac des Nations 2018
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
 
13°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
  Le parc Jacques‑Cartier fermé à la circulation automobile du 22 au 24 juin pour les festivités de la fête nationale.
 
Memphrémagog - journal
ACTUALITÉS
Estrie
Memphrémagog
Culture & Événements
Sports
L'actualité en photos
L'actualité en vidéos
Restaurant Auguste
ACTUALITÉS / Estrie
Jeudi, 26 février 2015

Projet de loi 20 : les facultés de médecine préoccupées



 Imprimer   Envoyer 

La faculté de médecine de l'Université de Sherbrooke ainsi que celle de l'Université Laval, de l'Université de Montréal et de l'Université McGill souhaitent optimiser les ressources du système de soins de santé du Québec pour améliorer l'accès aux médecins de famille et des médecins spécialistes, mais pas à n'importe quel prix.

Les facultés de médecine ont fait part de « profondes préoccupations » à la Commission de la santé et des services sociaux au sujet de l'impact négatif que le projet de loi 20 actuel aurait sur la formation de futurs médecins et la relève de médecins de famille dans la province.

« Le projet de loi 20, dans sa formulation actuelle, compromet sérieusement les activités qui sont au cœur de notre mission », a indiqué le Dr David Eidelman, président de la Conférence des doyens des facultés de médecine du Québec et doyen de la Faculté de médecine à McGill. « Le projet de loi ne reconnaît pas le rôle majeur que jouent les médecins dans la formation de la prochaine génération de médecins de famille, de médecins spécialistes, de personnel infirmier et d'autres professionnels de soins de santé pour les Québécois. Il ne tient pas compte non plus de la recherche clinique qu'effectuent plusieurs de nos médecins. »

En vertu du projet de loi 20, les médecins seraient soumis à des quotas annuels de patients. Les facultés déplorent notamment le fait que ce système de quotas ne prend pas en considération les responsabilités supplémentaires en enseignement et en recherche qu'ont certains professionnels : « Ces médecins enseignants doivent être en mesure d'accueillir, de superviser, de former et d'évaluer les cohortes de plus en plus nombreuses d'étudiants et de résidents dans leurs milieux ».

Selon les facultés, l'impact serait triple :

· Le projet de loi 20 rendrait très difficile pour les médecins de s'acquitter de leurs responsabilités en enseignement, ce qui nuirait à la qualité, à la capacité des facultés de médecine de former le nombre de médecins de famille requis par le ministère et découragerait ceux qui songent à devenir médecin enseignant;
· La médecine familiale comme choix de carrière serait de moins en moins attrayante, ce qui réduirait, avec le temps, le nombre de médecins de famille pour les Québécois;
· Les activités de recherche seraient compromises de façon similaire.

Six principes qui doivent être garantis

Dans le mémoire qu'elle a présenté à la Commission de la santé et des services sociaux, la Conférence des doyens des facultés de médecine du Québec a soumis six principes qui doivent être garantis pour que les Facultés envisagent d'appuyer le projet de loi 20, dont la reconnaissance de l'importance cruciale d'une collaboration formelle et soutenue entre le ministère de la santé, le ministère de l'Enseignement supérieur ainsi que les Facultés de médecine dans la transformation du réseau, la reconnaissance du statut de médecin de famille enseignant et chercheur et l'adaptation des exigences cliniques prévues aux exigences académiques.


« La contribution de tous est requise pour valoriser l'excellence de l'enseignement médical et de la recherche », a indiqué le Dr Pierre Cossette, doyen de la Faculté de médecine et des sciences de la santé à l'Université de Sherbrooke. « Nous estimons que nous avons tous un rôle crucial à jouer afin de rendre accessibles aux Québécois des soins de santé de qualité et l'enseignement fait par les médecins est au cœur de la solution. Nous convions donc le MSSS à un dialogue ouvert et constructif, en l'assurant de notre collaboration », a-t-il conclu.


Karting Orford
Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Agression armée : un complice recherché

Agression armée : un complice recherché
L'histoire derrière le Défi Félix

L'histoire derrière le Défi Félix
NOS RECOMMANDATIONS
Manifestation à la SAQ du centro à midi

Manifestation à la SAQ du centro à midi
L’autisme dans le ventre?

L’autisme dans le ventre?
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Karting Orford
Inscription Infolettre EstriePlus.com
Fête du Lac des Nations 2018
 
Sarah-Eve Desruisseaux
Jeudi, 21 juin 2018
Faites-nous confiance!

Daniel Nadeau
Mercredi, 20 juin 2018
Fêter la nation québécoise

Catherine Côté
Mercredi, 20 juin 2018
Mode homme – Les tendances de l’été

Cégep de Sherbrooke
Lundi, 18 juin 2018
Oser le monde au Cégep de Sherbrooke!

François Fouquet
Lundi, 18 juin 2018
Il est où, l’essentiel, il est où?

Royal Lepage Jacinthe Dubé - 18 juin 2018
Club de Golf Milby 27 mai 2018
Les pompiers s'unissent pour Leucan Par Vincent Lambert Jeudi, 14 juin 2018
Les pompiers s'unissent pour Leucan
Le colis suspect contenait de la nourriture Par Cynthia Dubé Vendredi, 15 juin 2018
Le colis suspect contenait de la nourriture
Une centaine de jeunes rencontrent Laurent Duvernay-Tardif Par Vincent Lambert Lundi, 18 juin 2018
Une centaine de jeunes rencontrent Laurent Duvernay-Tardif
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous