Festival des traditions du monde 2018
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
 
23°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
ACHETEZ EstriePlus.com
ACTUALITÉS
Estrie
Memphrémagog
Culture & Événements
Sports
L'actualité en photos
L'actualité en vidéos
Club de Golf Manoir Des Sables 2018
ACTUALITÉS / Estrie
Elizabeth Nadeau Par Elizabeth Nadeau
enadeau@estrieplus.com

Mardi, 3 novembre 2015

Proches aidants : de fille unique à unique option



 Imprimer   Envoyer 

Enfant, Sylvie aimait bien être enfant unique puisqu'elle ne partageait pas sa mère. Cette dernière est maintenant âgée de 71 ans et même si elle ne souffre d'aucune maladie, devient de plus en plus accaparante pour sa fille de 49 ans. Sylvie est l'unique proche de sa mère et de facto, proche aidante.

« Je m'occupe de ma mère toute seule », explique-t-elle. Au moment de l'entrevue, Sylvie avait justement défait tous ses plans de la journée parce que, lors du coup de téléphone routinier à sa mère, celle-ci lui a dit qu'elle aimerait sortir aujourd'hui. « Je pars la chercher, on ira faire des commissions, au lieu de prendre du temps pour moi et de faire mon ménage. »

Sylvie a des oncles et des tantes, mais ils ne sont pas intéressés à prendre soin de sa mère. Celle-ci a eu un conjoint récemment, mais il a abusé d'elle financièrement, au point où Sylvie et son propre conjoint sont allés ramasser les effets personnels dudit abuseur.

« Je suis allée cogner chez lui et je lui ait remis ses affaires. Il a ouvert la porte en nous saluant, en nous demandant comment ça allait, se souvient Sylvie. Il avait dit à ma mère qu'il serait à Montréal, mais il était chez lui. Auparavant, il avait fait le même manège, mais en disant qu'il serait à Vancouver. J'avais téléphoné chez lui et il avait répondu. Ça a été « tiens, voilà tes affaires, salut! ». Il n'a jamais recontacté ma mère. »

Résidence? Hors de question.
Sylvie et son conjoint termineront les rénovations de leur maison, puis la mettront en vente pour acquérir une grande maison bi générationnelle. La fille s'inquiète : sa mère a 71 ans, elle vieillit et même tremble un peu. Comme la dame a toujours été un hypocondriaque, Sylvie garde pour elle ses inquiétudes quant à des maladies comme le Parkinson et l'Alzheimer, et elle entend prendre soin elle-même de sa mère.

« Je ne placerai jamais ma mère en résidence, explique Sylvie, préposée aux bénéficiaires de formation. C'est ma maman, c'est ma famille et j'ai vu trop d'horreurs, autant en résidences privées qu'au public ou en milieu hospitalier, pour accepter qu'elle y soit placée un jour. Ce n'est rien d'évident, je n'ai pas envie qu'elle parte même si je la trouve tannante parfois. »

Même si elle est du type à donner sa chance au coureur, Sylvie ne fait pas confiance aux actuelles résidences pour personnes âgées.

« J'ai vu une préposée crier sur un résident à l'heure du repas. Le monsieur ne voulait pas de quelque chose dans son assiette, elle lui a envoyé un « ben si t'es pas content, t'as juste à te commander du Coq crisse ». J'ai vu une propriétaire de résidence donner du Haldol à ses patients atteints d'Alzheimer pour les calmer. Ces gens-là n'avaient même pas de prescription! »

Des caméras pour redonner confiance
Sylvie a travaillé plusieurs années dans ces établissements. Selon elle, les caméras de surveillance avec son seraient un excellent moyen de retrouver cette confiance perdue des gens à l'endroit des institutions.

« Des « awaye la vieille », j'en ai entendu. Des visites qui sont réellement des visites-surprises, ça aiderait. N'avertissez plus, surprenez-les! Quand on le sait qu'un inspecteur vient, tout le monde est gentil. J'ai déjà eu un service de garde pour enfants handicapés et j'ai eu quinze visites en un an, en plus des caméras. C'est très sévère, encadré. »

Selon elle, le contrôle et la surveillance doivent être accrus, sans distinction. Aussi, le recrutement du personnel doit être revu et resserré.

« Les résidences ne devraient pas pouvoir engager n'importe qui, sans expérience, parce qu'elles manquent de personnel, explique-t-elle. Pourquoi pas un simple stage pour réellement voir c'est quoi, une personne âgée atteinte d'Alzheimer. Et pourquoi ne pas fouiller le passé de la personne, comme on le fait pour les éducatrices en service de garde? Pourquoi on le fait pour les enfants et pas pour les personnes âgées? »


A.R.Turgeon Portes - Fenêtres - Rénovations
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Invasion à domicile dans l’est de la ville

Invasion à domicile dans l’est de la ville
Les suspects comparaissent pour le meurtre de Félix Bergeron

Les suspects comparaissent pour le meurtre de Félix Bergeron
NOS RECOMMANDATIONS
3 M$ consacrés à la science à l'UdeS

3 M$ consacrés à la science à l'UdeS
Haute vitesse en moto: trois contraventions salées en une journée

Haute vitesse en moto: trois contraventions salées en une journée
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

A.R.Turgeon Portes - Fenêtres - Rénovations
Inscription Infolettre EstriePlus.com
Club de Golf Milby 27 mai 2018
 
Marie-Soleil Samson, B.Sc., ND.,K.in
Vendredi, 20 juillet 2018
La crème solaire, bonne ou mauvaise pour la santé?

Sylvie Roy
Jeudi, 19 juillet 2018
« C’est pas juste! »

Royal Lepage Jacinthe Dubé - 20 juillet 2018
Golf et Académie Longchamp inc. 2018
Encore des récalcitrants du cellulaire au volant Par Cynthia Dubé Jeudi, 19 juillet 2018
Encore des récalcitrants du cellulaire au volant
Retour du gars sympathique Par François Fouquet Lundi, 16 juillet 2018
Retour du gars sympathique
Invasion à domicile dans l’est de la ville Par Cynthia Dubé Mercredi, 18 juillet 2018
Invasion à domicile dans l’est de la ville
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous