Sherbrooke Auto Occasion
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
 
12°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
Memphrémagog - journal
ACTUALITÉS
Estrie
Memphrémagog
Ça se passe en Estrie
Culture & Événements
Sports
L'actualité en photos
L'actualité en vidéos
J & M Grégoire
ACTUALITÉS / Estrie
Vincent Lambert Par Vincent Lambert
vlambert@estrieplus.com

Lundi, 5 juin 2017

La prison Winter pourrait revivre



 Imprimer   Envoyer 
Le désir de la Société d’histoire de Sherbrooke est évidemment de conserver ce patrimoine, mais aussi de faire vivre des émotions aux éventuels visiteurs.

L'ancienne prison Winter de Sherbrooke pourrait revivre éventuellement, non pas comme pénitencier, mais comme lieu historique. C'est du moins le souhait de la Société d'histoire de Sherbrooke.

Lorsqu'on entre dans l'ancienne prison Winter de Sherbrooke, qui a accueilli des prisonniers pour la première fois en 1869, l'ambiance punitive de l'époque est rapidement ressentie. Des éclairages sombres, petites cellules, barbelées, tout y est pour renouer avec l'histoire de ce pénitencier mis sur pied en 1865. Fermée en 1990 pour des raisons d'insalubrité, la prison Winter était un établissement de droits communs.

« On retrouvait ici des gens qui commettaient des vols, de la fraude et des méfaits publics, explique le directeur général de la Société d'histoire de Sherbrooke, Michel Harnois. Il n'y avait pas de meurtriers même s'il y a eu six pendaisons. Les sentences étaient de deux ans moins une journée. La moyenne était d'environ quatre mois. On retrouve en tout 51 cellules qui accueillaient de 95 à 100 prisonniers », ajoute-t-il.

Unique au Canada, la cour arrière de la prison Winter possède encore ses grands murs de briques et son barbelé. Pour la Société d'histoire de Sherbrooke, l'un de ses objectifs est de conserver ce patrimoine.

« Vivre des émotions en entrant »

Le désir de la Société d'histoire de Sherbrooke est évidemment de conserver ce patrimoine, mais aussi de faire vivre des émotions aux éventuels visiteurs. « Ce patrimoine nous parle et nous raconte des histoires, explique M. Harnois. On veut d'abord et avant tout faire vivre une expérience aux visiteurs. Un lieu comme celui-ci contient toutes les caractéristiques propres que les gens veulent voir : authenticité, l'odeur, la propagation du son, etc. », souligne-t-il.

Selon Statistique Canada, c'est 0,7% de la population canadienne qui a été ou qui est incarcéré, explique M. Harnois. « Ça veut dire que 99,3 % de la population canadienne n'a jamais mis les pieds dans une prison, illustre-t-il. Ce que je me dis, c'est la curiosité de toutes ces personnes-là. Les gens veulent voir comme ça se passe dans une prison. Les derniers prisonniers sont sortis en 1990. On veut rendre cela accessible et montrer aux gens le contexte qui s'y rattache », précise-t-il.

Afin que la prison Winter revive comme lieu historique, des investissements d'un peu plus de 6 M$ seraient nécessaires pour restaurer la bâtisse au complet. « Ce montant nous permettrait de restaurer la bâtisse au complet, du toit jusqu'au sous-sol, note M. Harnois. Ça nous permettrait de le rendre sécuritaire pour les visiteurs ».

L'autre option plus réalisable qui s'offre à la Société d'histoire de Sherbrooke est d'y aller par étape, souligne le directeur général. « C'est ce qui nous semble le plus probable. La première étape nécessiterait environ 1,5 million $ pour rendre accessible le lieu, le restaurer correctement et en faire l'interprétation avec un circuit guidé et immersif », indique-t-il.

Dans un monde idéal, la Société d'histoire souhaiterait mettre sur pied trois circuits lors des visites de la prison : un parcours guidé, interactif et de réalité augmentée. Un parcours d'évasion serait aussi développé.

Même si aucune échéance n'est dévoilée pour faire revivre la prison Winter, la Société de sauvegarde de l'ancienne prison de Sherbrooke est en accord avec l'idée sur la table de la Société d'histoire de Sherbrooke.


  CONSULTER L'ALBUM PHOTO
Basta Communication sept 2018
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Nouveau parc inspiré d'un homme engagé

Nouveau parc inspiré d'un homme engagé
Finissants: un nombre record historique pour l’UdeS

Finissants: un nombre record historique pour l’UdeS
NOS RECOMMANDATIONS
Voter autrement pour gouverner autrement…

Voter autrement pour gouverner autrement…
Ils volent et prennent la fuite

Ils volent et prennent la fuite
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

A.R.Turgeon Portes - Fenêtres - Rénovations
Inscription Infolettre EstriePlus.com
Electro-5 Recyclage Ecoresponsable
 
Pierre-Olivier Pinard, B.sc. CFMP
Vendredi, 21 septembre 2018
Mythes et réalités (partie 2)

Me Michel Joncas
Jeudi, 20 septembre 2018
Bière et tout-terrain

Daniel Nadeau
Mercredi, 19 septembre 2018
Voter autrement pour gouverner autrement…

William Lafleur
Mercredi, 19 septembre 2018
Plus fort que le café

Priscilla Boutin
Mercredi, 19 septembre 2018
La tendance est aux couleurs!

Jacinthe Dubé
Hyundai Sherbrooke
Le hockey, de père en fils Par Vincent Lambert Jeudi, 20 septembre 2018
Le hockey, de père en fils
Un homme qui souffre de schizophrénie manque à l’appel Par Cynthia Dubé Vendredi, 14 septembre 2018
Un homme qui souffre de schizophrénie manque à l’appel
La communauté derrière Èva Par Vincent Lambert Mercredi, 19 septembre 2018
La communauté derrière Èva
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous