Théâtre des employés du CHUS
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
 
4°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
ACHETEZ EstriePlus.com
ACTUALITÉS
Estrie
Culture & Événements
Sports
L'actualité en photos
L'actualité en vidéos
CAHIERS
Automobiles
Habitation
Mode-Santé-Beauté
Voyages & Gastronomie
Affaires & Juridique
Famille
Style de vie
Éducation
Blogue
JOURNAUX LOCAUX
Le Papotin
Radioactif - sept 2017
ACTUALITÉS / Estrie
Elizabeth Nadeau Par Elizabeth Nadeau
enadeau@estrieplus.com

Vendredi, 4 décembre 2015

Suicide : le Québec a tout à gagner à mieux investir en prévention, selon une étude



 Imprimer   Envoyer 

Un suicide coûte 625 000 $ aux contribuables québécois, selon une étude menée par Helen-Maria Vasiliadis, professeure adjointe au département des sciences de la santé communautaire de la Faculté de médecine et des sciences de la santé de l'Université de Sherbrooke.

L'étude de la professeure et de trois collègues visait à transposer dans un contexte canadien les résultats de la Nuremberg Alliance against Depression (NAD), une organisation européenne regroupant 17 pays qui travaille à optimiser les programmes et stratégies en prévention du suicide à travers l'Europe.

Les coûts associés à l'étude incluent ceux en prévention, les coûts médicaux et non-médicaux, ceux liés aux enquêtes policières et les frais funéraires. Les coûts indirects de la perte de productivité de la personne qui met fin à ses jours ont aussi été inclus. Toutes les données du modèle utilisé par l'étude sont québécoises.

La stratégie globale
Le programme complet de la NAD coûterait 24M $ à implanter au Québec. De ce montant, plusieurs millions sont déjà engagés dans différentes stratégies actuellement déployées sur le territoire.

La stratégie globale comprend quatre grands axes : une campagne de déstygmatisation du suicide, la formation des médecins omnipraticiens pour une meilleure détection et un meilleur traitement de la dépression chez leurs patients, la formation des « sentinelles » ou « facilitateurs » sur le terrain (journalistes, enseignants, travailleurs sociaux, pharmaciens, etc.) et finalement, la post-intervention, c'est-à-dire le suivi des personnes à haut risque qui ont déjà tenté de mettre fin à leurs jours.

Selon Mme Vasiliadis, plusieurs ressources, comme des infirmières de liaison, « sont déjà présentes dans plusieurs urgences du Québec pour accomplir cette tâche. Quelques régions offrent de la psychothérapie pour les proches de suicidés. Ce ne sont pas nécessairement de nouvelles sommes parce que plusieurs programmes existent déjà. Il s'agit plutôt de bonifier la recette », explique-t-elle.

Des économies à tous les niveaux
Selon l'étude, implanter la stratégie globale permettrait d'économiser 3979 $ par année de vie sauvée. Le principe de base est simple : sauver une vie coûte moins cher parce qu'elle contribue à la société économiquement et socialement.

« Au Québec, un suicide coûte en moyenne 25 000 $ au système de santé, avant tout autre calcul. C'est une moyenne, puisque l'écart réel se situe entre 10 000 $ et 103 000 $. Une personne âgée de 30 ans met fin à ses jours : celle-ci aurait pu être productive, c'est-à-dire sur le marché du travail, jusqu'à 65 ans et active jusqu'à 83 ans. En tenant compte des années de productivité perdues, le Québec perdrait environ 625 000 $ en fonction d'un salaire annuel moyen de 52 000 $. Mais attention : c'est une sous-estimation parce qu'on ne peut pas évaluer tous les coûts pour les proches. Le deuil, la douleur, la peine, c'est difficilement mesurable. »

Selon Mme Vasiliadis, d'investir en prévention du suicide au Québec n'a que des avantages : « Du côté sociétal, it pays for itself. Prévenir le suicide amène certes une baisse de la mortalité, mais aussi une diminution de l'incapacité liée aux traitements des troubles de santé mentale communs, dont la dépression, dont certaines personnes peuvent souffrir à la suite du suicide d'un proche. »

En 2007, 1069 adultes de plus de 20 ans se sont suicidés au Québec, selon les données utilisées par l'étude (Institut national de santé publique du Québec). De ce nombre, 6,1 % avaient commis une tentative au cours de l'année qui précède. En gros, une meilleure stratégie de prévention aurait peut-être permis de sauver 65 personnes.

Les travaux de Mme Vasiliadis ne s'arrêtent toutes fois pas là : « Le problème de l'évaluation des programmes est que nous ne savons pas quelles modalités ont plus d'influence que d'autres puisque les programmes se déclinent en plusieurs axes. Ces axes ont un effet de synergie et on ne peut qu'étudier la chose qu'en un ensemble. Ce qu'on veut étudier maintenant, c'est par exemple, quel impact pourrait avoir une équipe de liaison dans toutes les régions du Québec. »

65 personnes. Ça vaut le coup d'étudier comment faire mieux pour la prévention, non?

 

Article : Helen-Maria Vasiliadis, Alain Lesage, Eric Latimer, Monique Séguin. « Implementing Suicide Prevention Programs: Costs ans Potential Life Years Savde in Canada », The Journal of Mental Health Policy and Economics, no. 18, 2015, pp. 147-155.


Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Kanak inspire une dizaine d’autres corps de police

Kanak inspire une dizaine d’autres corps de police
Taxi à prix réduit pour les jeunes de Magog

Taxi à prix réduit pour les jeunes de Magog
NOS RECOMMANDATIONS
Quelques idées de sorties!

Quelques idées de sorties!
Tentative de meurtre pour une histoire de séparation

Tentative de meurtre pour une histoire de séparation
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Caffuccino -  semaine du 20 novembre 2017
 
Alexandre Hurtubise
Vendredi, 24 novembre 2017
De tout pour tous les goûts !

Rosemarie Lacroix
Jeudi, 23 novembre 2017
Schweizer

Isabelle Fournier
Jeudi, 23 novembre 2017
Le désir de performance chez les adolescents

René Dubreuil
Mercredi, 22 novembre 2017
Les nouvelles rondes de René

Catherine Côté
Mercredi, 22 novembre 2017
Party de bureau: comment éviter les faux-pas !

Daniel Nadeau
Mardi, 21 novembre 2017
Les réflexes du boutiquier

Yves Paquette
Mardi, 21 novembre 2017
Essai routier du Chevrolet Bolt EV 2017

Isabelle Perron
Mardi, 21 novembre 2017
Mon Top 5 des meilleurs cafés à Sherbrooke

APCHQ Estrie
Lundi, 20 novembre 2017
Groupe Concept PV spécialiste en revêtement de cèdre!

François Fouquet
Lundi, 20 novembre 2017
Tous pour… soi

Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke
Lundi, 20 novembre 2017
Le psychologue scolaire, une ressource clé

Assurance Xpert
Lundi, 20 novembre 2017
L’assurance hypothécaire, c’est quoi exactement?

Royal Lepage Jacinthe Dubé - 8 novembre 2017
Bedon & bout'chou
Une bière qui redonne à la communauté Par Cynthia Dubé Lundi, 20 novembre 2017
Une bière qui redonne à la communauté
Les réflexes du boutiquier Par Daniel Nadeau Mardi, 21 novembre 2017
Les réflexes du boutiquier
Une adolescente portée disparue Par Cynthia Dubé Vendredi, 17 novembre 2017
Une adolescente portée disparue
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous