Fête nationale en Estrie 2018
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
 
4°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
  Matières recyclables: la collecte prévue lundi dernier a lieu demain, vendredi (à moins d'un revirement de situation).
 
ACHETEZ EstriePlus.com
ACTUALITÉS
Estrie
Memphrémagog
Culture & Événements
Sports
L'actualité en photos
L'actualité en vidéos
Fête du Lac des Nations 2018
ACTUALITÉS / Estrie
Vincent Lambert Par Vincent Lambert
vlambert@estrieplus.com

Jeudi, 23 février 2017

La victime de Pierrot Lapierre se confie



 Imprimer   Envoyer 
Ce n’est pas par choix que Sylvie veut déménager, mais bien parce qu’elle veut passer à autre chose et laisser les cauchemars et mauvais souvenirs derrière elle.

Suite à la condamnation de Pierrot Lapierre à trois ans de prison, le journal EstriePlus.com s'est entretenu avec la victime. Rappelons que celle-ci avait été séquestrée et battue pendant près de six heures à son domicile. Depuis, elle se bat pour se relever et regarder vers l'avenir.

Après s'être séparé de sa conjointe, Pierrot Lapierre n'avait pas d'endroit où aller. Sylvie, victime de la séquestration, avait donc décidé de l'héberger pour lui donner un coup de main. « Il venait de se séparer de sa conjointe, qui était mon amie de femme, souligne-t-elle. Il ne connaissait pas personne dans le coin puisqu'il vient des Îles de la Madeleine. Je lui ai donc offert de venir rester chez moi pour le dépanner en attendant qu'il se trouve un appartement », explique Sylvie.

L'élément déclencheur de cet acte de violence de Lapierre aurait été causé par sa séparation. « Il n'a pas eu de réaction lors de sa séparation. Je pense que c'est ce qui a causé ses agissements. Des fils se sont touchés et c'est moi qui étais là », commente Sylvie.

Selon les dires, Lapierre avait déjà un dossier antérieur que la victime ne savait pas. «lL'avoir su avant, je ne l'aurais pas hébergé », avance-t-elle. « Ça faisait trois ans que je le connaissais. Il m'aidait à faire mon épicerie et mes commissions. Il était bien correct. On n'avait eu aucune dispute, c'est arrivé comme ça », note Sylvie.

Depuis ce triste événement, Sylvie ne s'en cache pas : c'est difficile. « C'est dur, mais j'ai ma fille qui m'aide beaucoup. Je vais avoir besoin d'un suivi et je dois déménager, car ça me rappelle trop ce qui s'est passé », précise avec émotion la dame.

Repartir à neuf

Afin de continuer d'avancer dans la vie et de passer à autre chose, la fille de Sylvie a mis sur pied une campagne de socio financement GoFoundMe (les détails ici)pour sa mère. L'objectif est d'amasser 7 000 $ pour répondre au besoin de Sylvie. « Quand je vais déménager, je vais devoir acheter de nouveaux électroménagers, de nouvelles béquilles. L'Escale ne pouvait pas m'aider vu que ce n'était pas de la violence conjugale », fait valoir Sylvie.

« Lorsqu'on est victime d'actes criminels, on ne peut pas casser un bail. Il faut se protéger, car on n'a pas les sous pour payer les mois où on ne sera plus ici. Ma mère ne peut pas vraiment aller en hébergement parce qu'elle a de la difficulté à monter les marches », soutient Katherine, la fille de Sylvie. « Un traumatisme comme ça ne se perd pas en six mois. Il va falloir un long suivi psychologique. Ça va rester à vie ce qui s'est passé », ajoute-t-elle.

Ce n'est pas par choix que Sylvie veut déménager, mais bien parce qu'elle veut passer à autre chose et laisser les cauchemars et mauvais souvenirs derrière elle. « Je veux reprendre ma vie en main et repartir à neuf. Ça fait peur par contre de repartir à neuf à 59 ans. Pour me changer les idées, je cuisine beaucoup et je téléphone. J'ai fait du pain pour ceux qui m'ont aidé », précise la dame au grand cœur.

Lorsqu'elle sort à l'extérieur, Sylvie se sent juger et regarder. « J'ai toujours peur que quelqu'un soit en arrière de moi. Si je vais dans un autre quartier, je vais pouvoir repartir à neuf. Dans mon salon, je revois défiler ce qui m'est arrivé. Je ne peux plus rester ici. J'ai besoin d'aide et c'est fou ce que j'ai passé en six heures », insiste tristement Sylvie.

 Une approche professionnelle des policiers

Dans la façon de gérer la situation, Sylvie affirme que les policiers ont fait un bon travail. « Ils ont été tellement gentils. J'ai été super bien gérée. Ils ont vu que j'avais peur et ils ont vu mes blessures », illustre Sylvie.

Dans tout ce brouhaha, Katherine regrette de ne pas avoir été sur place pour aider sa mère. « J'étais au cinéma et les policiers m'ont appelé. Ma mère était en choc. J'ai trouvé qu'ils géraient bien la situation. Ma mère a toujours été fière et forte », explique-t-elle.

Dans sa malchance, Sylvie a été chanceuse de ne pas avoir des blessures majeures. « Ma mère n'a pas vraiment de séquelles physiques. Elle n'a pas eu de cassures. Elle n'avait rien sauf des blessures au visage », avance Katherine. Les actes de violence auraient été faits en toute conscience et Sylvie a reçu plusieurs menaces. Elle a tenté de gérer la situation en parlant à Lapierre lorsqu'il revenait à lui-même. Elle lui a demandé de s'en aller et d'aller chercher de l'aide pour lui.

Une sentence tout de même satisfaisante

Questionnée sur la sentence de Lapierre, Sylvie a avoué être satisfaite. « Je suis satisfaite, car si ça avait été en procès, ça aurait trainé. Je ne voulais pas le confronter en cours. Je dois aller de l'avant », estime-t-elle.

« Moi je ne suis pas contente. Ça reste que c'est un acte criminel. On va avoir la paix pour deux ans. Le traumatisme restera là. Il y a toujours une crainte. On vit ça dans le film, mais on ne pense jamais que ça va arriver. La journée que c'est arrivé, j'étais censé aller voir ma mère, mais j'ai eu un imprévu. J'aurais voulu défendre ma mère. J'en fais des cauchemars », illustre émotionnellement Katherine.

« Je ne dois pas avoir de rage au cœur si je veux continuer d'avancer. C'est dur pardonner, mais je devrai le faire pour repartir à neuf et m'en sortir. Il faut y aller au jour le jour et profiter des moments présents », termine Sylvie.


Club de Golf de Sherbrooke
Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Agression armée : un complice recherché

Agression armée : un complice recherché
L'histoire derrière le Défi Félix

L'histoire derrière le Défi Félix
NOS RECOMMANDATIONS
Toby Lafrance impatient de se joindre aux Cantonniers

Toby Lafrance impatient de se joindre aux Cantonniers
Une centaine de jeunes rencontrent Laurent Duvernay-Tardif

Une centaine de jeunes rencontrent Laurent Duvernay-Tardif
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Écoloboutique.com
Inscription Infolettre EstriePlus.com
J & M Grégoire juin 2018
 
Sarah-Eve Desruisseaux
Jeudi, 21 juin 2018
Faites-nous confiance!

Daniel Nadeau
Mercredi, 20 juin 2018
Fêter la nation québécoise

Catherine Côté
Mercredi, 20 juin 2018
Mode homme – Les tendances de l’été

Cégep de Sherbrooke
Lundi, 18 juin 2018
Oser le monde au Cégep de Sherbrooke!

François Fouquet
Lundi, 18 juin 2018
Il est où, l’essentiel, il est où?

Royal Lepage Jacinthe Dubé - 18 juin 2018
Golf et Académie Longchamp inc. 2018
L’autisme dans le ventre? Par Pierre-Olivier Pinard, B.sc. CFMP Vendredi, 15 juin 2018
L’autisme dans le ventre?
Les meilleures amandes au chocolat du pays viennent de Sherbrooke Par Cynthia Dubé Jeudi, 14 juin 2018
Les meilleures amandes au chocolat du pays viennent de Sherbrooke
Une centaine de jeunes rencontrent Laurent Duvernay-Tardif Par Vincent Lambert Lundi, 18 juin 2018
Une centaine de jeunes rencontrent Laurent Duvernay-Tardif
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous