La Maison Aube-Lumière - poinsettias 2018
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Contactez-nous        
  Erreur de traitement

détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
Memphrémagog - journal
Journal Le Haut-Saint-François
La une
Actualité
Art et Culture
Cahiers Spéciaux
Sports
Opinions
Dates de parution
Contactez-nous
Facebook
Agenda
JOURNAL LE HAUT-SAINT-FRANÇOIS / Actualité
Pierre Hébert Par Pierre Hébert
pierre@journalhsf.com

Mercredi, 21 octobre 2015

Partenariat transpacifique



 Imprimer   Envoyer 

L'adhésion du Canada au Partenariat transpacifique (PTP) est dénoncée notamment par les producteurs laitiers du fait qu'elle crée une brèche dans la gestion de l'offre accordant un accès de 3,25 % au marché étranger. Marcel Blais, producteur laitier du Haut-Saint-François et vice-président du Syndicat des producteurs de lait de l'Estrie, craint que l'impact puisse être encore pire si on ne resserre pas les mesures de contrôles aux frontières canadiennes.

« Nous comme producteurs de lait, on dit que l'entente ça pas d'allure. L'entente est signée, mais pas encore ratifiée. L'ouverture du marché c'est une chose, mais le contrôle aux frontières, c'est autre chose. Ça sera encore plus important d'assurer le contrôle. On ne sait pas si ça va être bien géré. Si ce n'est pas bien géré, ça peut être pire que 3,25 %. »
Les craintes de M. Blais sont motivées, explique-t-il, du fait que des protéines liquides, utilisées principalement pour le fromage et le yogourt passeraient allègrement les frontières sans contrainte ou presque pour entrer au Canada. « S'il n'y a pas plus de surveillance, ça pourrait être beaucoup plus que 3,25 % », laisse-t-il entendre.

D'autre part, M. Blais mentionne qu'une évaluation sommaire laisse entrevoir que l'impact de l'entente pourrait priver les producteurs laitiers de fermes moyennes, de revenus variant de 10 000 $ à 13 000 $ par année, sur une période de 15 ans. Ce qui pourrait représenter une perte de quelque 170 000 $ pour cette période. Le vice-président du Syndicat des producteurs de lait de l'Estrie est également inquiet des mesures compensatoires de 4,3 milliards $ annoncées par le gouvernement canadien. « Sur quoi ils vont se baser pour nous dédommager ? » M. Blais s'interroge à savoir comment fera le gouvernement pour faire une évaluation juste et efficace si les producteurs ne subissent pas de perte de marché, mais qu'ils n'ont pas accès à la croissance faute d'être absorbés par l'ouverture des marchés. « Comment cela pourra être comptabilisé ? », lance-t-il. Autant de questions qui demeurent sans réponse pour l'instant.

Dans le monde agricole, on estime que l'accès supplémentaire de 3,25 % au marché en plus de la concession accordée dans l'entente Canada-Europe ouvrant les portes à l'importation de fromages entraînera une perte importante d'emplois et une diminution de la contribution des secteurs de la production et de la transformation alimentaire à l'économie canadienne et des régions. On estime au Québec que 43 % des revenus agricoles proviennent des productions sous gestion de l'offre. Les secteurs laitier et avicole rapportent chaque année près de 8,2 milliards $ au PIB, génèrent 92 000 emplois et permettent le versement de 1,38 milliard $ en taxes et impôts. Au plan canadien, ils contribuent pour plus de 30 milliards au PIB et génèrent plus de 300 emplois de qualité. Le Canada a tout intérêt à préserver cette contribution majeure à son économie, pouvait-on lire dans un communiqué de presse signé par les représentants des producteurs de lait, volaille et œufs.


La Maison Aube-Lumière - poinsettias 2018
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Arrêté pour s’être exhibé devant des enfants

Arrêté pour s’être exhibé devant des enfants
Aider son enfant à surmonter la perte d’un animal

Aider son enfant à surmonter la perte d’un animal
NOS RECOMMANDATIONS
L’Estrie comme pôle d’enseignement supérieur

L’Estrie comme pôle d’enseignement supérieur
Fermeture de l’autoroute 10 pour la démolition du pont de la rue Saint-Michel

Fermeture de l’autoroute 10 pour la démolition du pont de la rue Saint-Michel
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Fondation Rock-Guertin - Collectes de denrées 2018
Inscription Infolettre EstriePlus.com
Val Estrie Ford - mai 2018
 
Caroline Caouette
Jeudi, 13 décembre 2018
L’enfant, un enseignant pour l’adulte!

Me Karine Bourassa
Jeudi, 13 décembre 2018
Mais qu’en est-il des servitudes de passage?

Daniel Nadeau
Mercredi, 12 décembre 2018
Les accoutrements ridicules

William Lafleur
Mercredi, 12 décembre 2018
Prend les devants avant de tirer de l'arrière

Cégep de Sherbrooke
Mercredi, 12 décembre 2018
Stage au Nicaragua : Jocelyne Lacasse se souvient

Alexis Jacques
Mardi, 11 décembre 2018
Le charme parisien

François Fouquet
Lundi, 10 décembre 2018
L’esprit des Fêtes… ou les esprits de Fêtes!

Centre de développement athlétique Badmofo Methods
Le Cégep de Sherbrooke à l'international Par Cégep de Sherbrooke Mercredi, 5 décembre 2018
Le Cégep de Sherbrooke à l'international
Fermeture de l’autoroute 10 pour la démolition du pont de la rue Saint-Michel Par Cynthia Dubé Vendredi, 7 décembre 2018
Fermeture de l’autoroute 10 pour la démolition du pont de la rue Saint-Michel
Il met le feu dans sa chambre à l’Université de Sherbrooke Par Cynthia Dubé Lundi, 10 décembre 2018
Il met le feu dans sa chambre à l’Université de Sherbrooke
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous