magasingeneral.com
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Contactez-nous        
 
-4°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
Memphrémagog - journal
Journal Le Haut-Saint-François
La une
Actualité
Art et Culture
Cahiers Spéciaux
Sports
Opinions
Dates de parution
Contactez-nous
Facebook
Agenda
JOURNAL LE HAUT-SAINT-FRANÇOIS / Actualité
Valérie Grondin Par Valérie Grondin
valerie@journalhsf.com

Mercredi, 15 juin 2016

Numéro civique mal identifié à certains endroits à Cookshire-Eaton



 Imprimer   Envoyer 

Gaétane Therrien Martel, résidente de la municipalité, s'inquiète du sort réservé à la population rurale de Cookshire-Eaton en cas d'urgence. La citoyenne rapporte que les adresses civiques en campagne ne sont pas bien identifiées, ce qui pourrait être dangereux pour la sécurité des citoyens advenant le cas où ceux-ci auraient recours aux services d'urgence et propose un système d'affichage. Estimant que les résidences sont généralement bien identifiées, à quelques exceptions près, Noël Landry, maire de Cookshire-Eaton, est hésitant à l'idée d'aller de l'avant dans le projet aux frais des contribuables. Mme Therrien Martel propose un système aux entrées des résidences sur le bord de la rue comme la ville d'Ascot Corner a mis en place. Le maire a pour sa part indiqué que le sujet n'a pas encore été rapporté par les citoyens au conseil municipal. Est-ce qu'on lui a en déjà parlé ? « Oui, deux fois, de personne à personne », précise-t-il.

Plusieurs municipalités ont adhéré récemment à l'inscription du numéro civique par l'installation de poteaux uniformes avec bande réfléchissante, le tout implanté en bordure de terrain dans l'emprise de la rue. C'est avant tout une question de sécurité publique, qui semble motiver les municipalités à aller de l'avant dans l'installation de bande réfléchissante. De son côté, le maire Landry laisse entendre qu'il a fait ses devoirs. Il a déjà été de l'avant en ce sens, il y a trois ans, en recueillant toutes les informations nécessaires, en autres à la FQM (Fédération québécoise des municipalités).

Il en a été conclu, à l'époque, non seulement que la plupart des résidences étaient quand même bien identifiées, à l'exclusion de quelques exceptions et que la question est surtout reliée aux coûts, explique M. Landry. Il faut se demander comment en assumer les frais, qui sont de plus de cinquante dollars par adresse, sans augmenter les taxes ou en faire payer la facture à la population, ajoute-t-il. La ville hésite d'émettre un règlement qui obligerait le citoyen à s'afficher, car « quand on met en place ceci, on doit en assumer la dépense », précise M. Landry. La municipalité doit prendre à sa charge l'entière responsabilité, de plus, cela en devient que l'inspecteur municipal aura à jouer le rôle de la police de la ville, déclare-t-il, dans le but d'en faire respecter le règlement. Ayant réalisé une baisse des taxes, M. Landry ne souhaite pas voir d'augmentation, conservant ainsi un budget équilibré pour l'ensemble de ses citoyens.

Le maire Landry mentionne cependant qu'il n'est pas fermé à l'idée et que bien sûr, si les gens démontrent une certaine volonté d'aller de l'avant et viennent rapporter le fait au conseil, il verra le dossier plus concrètement. Le maire spécifie qu'il n'a pas d'objection à toute amélioration. Éric Cloutier, directeur de la sécurité publique de la ville, indique que ce n'est pas toutes les adresses qui sont mal identifiées. Cependant pour les résidences dont c'est le cas, il mentionne: « On a, à l'occasion, couru après l'adresse et ça peut jouer en défaveur pour la personne en cas d'urgence », a-t-il déclaré. Il considère que le système d'affichage par bande fluorescente des autres municipalités qui ont adhéré à ceci est ingénieux. Les poteaux peuvent notamment témoigner d'un danger potentiel qui peut être bien vu par tous les services d'urgence par exemple: « en plus d'indiquer l'adresse, ceux-ci peuvent être munis d'une bande de couleur indiquant du propane ou autre danger », informe-t-il. Pour sa part, M. Cloutier a mentionné le projet au conseil, il y a quelques années, voire deux ou trois ans, il lui a été répondu que « ça coûte trop cher ». Le directeur de la sécurité publique témoigne que jusqu'à maintenant, aucune perte humaine ou aucun grand danger pour la vie ne s'est produit, à sa connaissance, en lien avec une recherche d'adresse par les services d'urgence. Gaétane Therrien Martel, qui habite au cœur de la ville de Cookshire-Eaton, est déterminée à voir le projet au jour. Elle s'est déjà impliquée et a œuvré par le passé dans de tels projets afin de protéger la sécurité des citoyens et c'est avec ferveur et ténacité qu'elle compte bien mener le tout à terme.


Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Célibataire ? Tu dois être folle !

Célibataire ? Tu dois être folle !
Les urgences débordent en Estrie

Les urgences débordent en Estrie
NOS RECOMMANDATIONS
Briser les barrières culturelles dans trois provinces

Briser les barrières culturelles dans trois provinces
Un nouveau visage à la Fondation Cégep de Sherbrooke

Un nouveau visage à la Fondation Cégep de Sherbrooke
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Hyundai Sherbrooke - janvier 2018
 
Jessica Mackey, Via L'Attitude
Vendredi, 19 janvier 2018
Manger en pleine conscience

René Dubreuil
Vendredi, 19 janvier 2018
Les nouvelles rondes de René

Alexandre Dagenais
Jeudi, 18 janvier 2018
La culture de légumes à l’intérieur, c’est possible?

Rosemarie Lacroix
Jeudi, 18 janvier 2018
Ces maladies camouflées

Isabelle Fournier
Jeudi, 18 janvier 2018
Mon ado et les tâches...

Daniel Nadeau
Mercredi, 17 janvier 2018
Histoire et récits : façonner le monde

Marianne Therriault
Mercredi, 17 janvier 2018
Faire pousser nos cheveux: pas si facile?

Catherine Côté
Mercredi, 17 janvier 2018
Tendances à surveiller en 2018

François Fouquet
Lundi, 15 janvier 2018
Apprécier quoi, au juste?

Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke
Lundi, 15 janvier 2018
Le projet CLASS : un atout pour la réussite

Bedon & bout'chou
Va jouer…  à l’intérieur! Par Tourisme Cantons-de-l'Est Vendredi, 12 janvier 2018
Va jouer… à l’intérieur!
Rhume: un mal nécessaire pour le système immunitaire de l'enfant Par Bedon & bout'chou Jeudi, 11 janvier 2018
Rhume: un mal nécessaire pour le système immunitaire de l'enfant
Skier pour persévérer et ne pas décrocher Par Vincent Lambert Mardi, 16 janvier 2018
Skier pour persévérer et ne pas décrocher
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous