Sherbrooke Auto Occasion
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
 
21°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
Memphrémagog - journal
ACTUALITÉS
Estrie
Memphrémagog
Culture & Événements
Sports
L'actualité en photos
L'actualité en vidéos
J & M Grégoire
ACTUALITÉS / Estrie
Elizabeth Nadeau Par Elizabeth Nadeau
enadeau@estrieplus.com

Jeudi, 14 janvier 2016

Équité salariale : « le gouvernement discrimine les femmes »



 Imprimer   Envoyer 
Josée Marcotte, vice-présidente de la FSSS-CSN.

La Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN) estime que l'entente de principe conclue entre le Front commun syndical et le gouvernement du Québec discrimine les salariées du secteur public. C'est pour cette raison qu'elle recommandera à ses membres de rejeter l’accord de décembre 2015.

Les délégués syndicaux de la FSSS-CSN seront réunis à Sherbrooke les 13 et 14 janvier pour y tenir leur conseil fédéral et se donner une orientation en vue des prochaines négociations avec le gouvernement.

Selon la vice-présidente de la FSSS-CSN, Josée Marcotte, l'entente de principe conclue en décembre 2015 est inacceptable puisqu'elle impose aux syndiquées de renoncer à la loi sur l'équité salariale si elles veulent que leurs conditions salariales s'améliorent.

« Il y a une obligation au Québec qui est aussi valable pour le gouvernement, d'accorder un salaire égal à des emplois qui peuvent être différents mais qui sont de valeur égale en vertu de la loi sur l'équité salariale. Par exemple, on doit offrir un salaire pour un poste de secrétaire, un type de poste majoritairement occupé par des femmes, équivalent au salaire d'un peintre. Si celui-ci gagne plus cher, on doit accorder un salaire équivalent à la secrétaire. »

Tout cela est calculé en fonction des catégories d'emploi pour chacun des secteurs. Tous les cinq ans, le gouvernement doit refaire un examen des emplois pour s'assurer qu'il n'y ait pas de discrimination faite aux femmes travaillant dans le secteur public.

Impossible cependant pour Mme Marcotte de chiffrer les différences entre par exemple, une infirmière auxiliaire travaillant dans le privé et une autre travaillant dans le réseau public.

« On compare le salaire des emplois féminins et le salaire des emplois masculins dans le réseau de la santé. La valeur d'une catégorie d'emploi peut être différente en vertu de la loi. Nous sommes discriminées parce qu'en comparaison avec les autres entreprises québécoises, on n'arrive pas à se faire considérer les mêmes augmentations salariales. Au sein de son entreprise, le gouvernement discrimine les femmes. »

Le Conseil du trésor aurait omis de réaliser correctement cet exercice de mise à jour prévu à la loi et embourberait le dossier dans la confusion, selon Mme Marcotte.

« À la suite à l'exercice du Conseil du trésor, on constate une nouvelle discrimination puisqu'on demande aux salariées de renoncer à huit années de plaintes en vertu de la loi sur l'équité salariale pour obtenir des augmentations de salaire. »

Si la Fédération interprofessionnelles de la santé du Québec (FIQ) a accepté d'y renoncer, il est hors de question pour la FSSS-CSN d'emboîter le pas.

« Dans l'entente conclue avec la FIQ [ndlr :], il y a une renonciation à la discrimination faite aux femmes qui travaillent en soins infirmiers et aux inhalothérapeutes non seulement en vertu d'un portrait datant de 2010, mais en plus, il y a une admission pour dire qu'il n'y a toujours pas de discrimination en 2015 et qu'elle ne sera corrigée qu'en 2018. »

À cela s'ajoute des augmentations salariales jugées nettement insatisfaisantes en comparaison avec d'autres entreprises québécoises. Selon Mme Marcotte, le gouvernement bafoue le droit des femmes et « on vient leur dire que la valeur de leurs emplois ne vaut pas cher. Et qu'en plus, on leur exige de renoncer à leur droit sur l'équité salariale. On assiste à un appauvrissement des femmes du secteur public. »

La FSSS-CSN entend bien poursuivre les discussions même si le président du Conseil du trésor, Martin Coiteux, affirmait récemment que le dossier était clos.


Lebeau Vitres d’Autos
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Tatoueurs itinérants: aucune loi concernant les ados

Tatoueurs itinérants: aucune loi concernant les ados
Tatouages sur ados: deux hommes se rendent à la police

Tatouages sur ados: deux hommes se rendent à la police
NOS RECOMMANDATIONS
Quoi savoir sur l’alimentation cétogène ou « ketogenic diet »

Quoi savoir sur l’alimentation cétogène ou « ketogenic diet »
1,4 M$ pour les victimes d’actes criminels

1,4 M$ pour les victimes d’actes criminels
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Écoloboutique.com
Inscription Infolettre EstriePlus.com
Club de Golf Milby
 
Caroline Caouette
Jeudi, 16 août 2018
Les bons et mauvais côtés du maternage

Daniel Nadeau
Mercredi, 15 août 2018
Refus global : la honte de l’oubli

Priscilla Boutin
Mercredi, 15 août 2018
Trucs pratiques pour cheveux abîmés

Cégep de Sherbrooke
Mardi, 14 août 2018
Une relève scientifique assurée au Cégep de Sherbrooke

Marie-Soleil Samson, B.Sc., ND.,K.in
Mardi, 14 août 2018
Quoi savoir sur l’alimentation cétogène ou « ketogenic diet »

François Fouquet
Lundi, 13 août 2018
Vacances performantes

Royal Lepage Jacinthe Dubé - 20 juillet 2018
Centre de développement athlétique Badmofo Methods
Une relève scientifique assurée au Cégep de Sherbrooke Par Cégep de Sherbrooke Mardi, 14 août 2018
Une relève scientifique assurée au Cégep de Sherbrooke
Achalandage record pour le Festival des traditions du monde Par Cynthia Dubé Lundi, 13 août 2018
Achalandage record pour le Festival des traditions du monde
1,4 M$ pour les victimes d’actes criminels Par Vincent Lambert Lundi, 13 août 2018
1,4 M$ pour les victimes d’actes criminels
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous