Phoenix de Sherbrooke - 21 février 2018
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
 
4°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
  La circulation est maintenant rétablie sur l’autoroute 10 Ouest à la hauteur de la sortie 118 à Magog.
 
ACHETEZ EstriePlus.com
ACTUALITÉS
Estrie
Memphrémagog
Culture & Événements
Sports
L'actualité en photos
L'actualité en vidéos
CAHIERS
Affaires & Juridique
Automobiles
Découvertes
Éducation
Famille
Habitation
Mode-Santé-Beauté
Style de vie
Voyages & Gastronomie
Blogue
JOURNAUX LOCAUX
Le Papotin
Electro-5 Reparation Ecoresponsable
ACTUALITÉS / Estrie
Cynthia Dubé Par Cynthia Dubé
cdube@estrieplus.com

Jeudi, 8 juin 2017

Après 50 ans, le moment est venu de dire au revoir



 Imprimer   Envoyer 
L’aventure journalistique a commencé à l’été 1967 pour Marcel Gagnon. Il avait 19 ans.

Le journaliste Marcel Gagnon prend sa retraite aujourd'hui, après 50 ans de métier à TVA Sherbrooke. Quelques heures avant de dire au revoir à ses collègues, le populaire journaliste s'est entretenu avec Estrie.Plus.com.

L'aventure journalistique a commencé à l'été 1967 pour Marcel Gagnon. Il avait 19 ans. La télé, qui était encore en noir et blanc, existait depuis à peine onze ans. C'est André Desève , directeur des nouvelles à l'époque, qui lui a donné sa première chance.

«Plusieurs années plus tard, monsieur Desève m'a remémoré qu'à notre première rencontre, je lui ai dit que s'il m'engageait, il allait faire une excellente chose, et que dans le cas contraire, il le regretterait peut-être», raconte Marcel Gagnon en riant.

Deux semaines plus tard, il était engagé. À l'époque, TVA Sherbrooke (CHLT-TV) était situé sur la rue Dufferin, au centre-ville. L'année suivante, la télé passait à la couleur et l'équipe déménageait dans la bâtisse qui abrite toujours TVA, rue King Ouest.

«C'est une période où tout était à bâtir. Une période aussi où il n'y avait pas de réseaux sociaux et toute cette nouvelle technologie qui fait qu'on puise l'information partout.»

L'équipe de Sherbrooke avait une vingtaine de correspondants à travers le Québec. Au fil des années, de nombreuses émissions ont vu le jour ici, sur la rue King Ouest, dont la Soirée canadienne, Café Show et Mongrain de sel.

Marcel ne s'en cache pas, une carrière à Montréal ne l'a jamais intéressé, même s'il a reçu quelques offres. «Ici, tout était possible et je suis resté à Sherbrooke par choix», souligne le journaliste. Lorsqu'on lui demande qui a fait une différence dans sa vie professionnelle, il cite au passage les noms d'André Desève, qui lui a offert sa première chance, Roxan Paradis, qui a été dans les années 80 la directrice des nouvelles, ainsi que le producteur Bernard Fabi, à l'époque directeur général de la station.

De beaux souvenirs, de grands moments

Le métier était bien différent à l'époque. Dans les années 80, Marcel a pu réaliser des séries de reportages outre-mer, en compagnie de ses collègues caméramans Aimé Morin et Pierre Therrien, entre autres.

Parmi les projets, Marcel se souvient de la série de reportages tournée à Haïti, en 1987, ainsi que la série de reportages intitulée Au pays de Lamoussa, tournée en 1989, dans un petit village du Burkina Faso. Il y a aussi la fois où il est allé tourner en France, lorsque la compagnie Cascades s'est implantée chez les Français.

«Je vous le dis, on faisait l'envie de nos collègues de Montréal. Et je ne charrie pas en le disant! Je ne veux pas dire que les années d'aujourd'hui ne sont pas belles, elles sont différentes, mais j'ai connu une période d'effervescence. C'est-à-dire qu'on devait faire la démonstration que le besoin de l'information était réel.»

Ses souvenirs les plus marquants en carrière? L'enlèvement de Charles Marion, en 1977, et une série de reportages sur les travailleurs de rue, en 1995, répond le journaliste sherbrookois. «Cette série a permis pour bien des gens de réaliser que la réalité de la rue, ce n'est pas juste à Montréal.»

Et maintenant?

Aujourd'hui, à l'aube de ses 70 ans, Marcel Gagnon tire sa révérence, après 50 années de journalisme. Un demi-siècle de passion. Que compte-t-il faire de ses longues vacances bien méritées? De la moto, des voyages et du temps sur son terrain à la campagne, répond-il.

«Mais je reste un journaliste dans la tête. Je reste membre de la Fédération des journalistes et je continue à parrainer des organismes, dont les Petits frères. J'ai eu du plaisir jusqu'à la fin dans mon métier», conclut-il.


Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Quoi faire ce week-end!

Quoi faire ce week-end!
Les funérailles de l’abbé Jolicoeur célébrées vendredi

Les funérailles de l’abbé Jolicoeur célébrées vendredi
NOS RECOMMANDATIONS
Chasse aux sorcières

Chasse aux sorcières
Mini-maisons en milieu urbain: Sherbrooke enregistre une 1ère au Canada

Mini-maisons en milieu urbain: Sherbrooke enregistre une 1ère au Canada
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Coopérative Funéraire de l'Estrie - 20 février 2018
 
Léandre Lachance
Mardi, 20 février 2018
La table à cinq pattes

François Fouquet
Lundi, 19 février 2018
Photo des Jeux

Guillaume Rousseau
Lundi, 19 février 2018
Quelques aspects juridiques entourant la question autochtone

René Dubreuil
Vendredi, 16 février 2018
Les nouvelles rondes de René

Alexandre Hurtubise
Vendredi, 16 février 2018
Marvel, toujours la même chose? Vraiment?

Royal Lepage Jacinthe Dubé - 4 janvier 2018
Domino's Pizza
Un succès pour le Grand Prix de Valcourt Par Vincent Lambert Mardi, 13 février 2018
Un succès pour le Grand Prix de Valcourt
Chasse aux sorcières Par Daniel Nadeau Mercredi, 14 février 2018
Chasse aux sorcières
Le temps d’un livre Par François Fouquet Lundi, 12 février 2018
Le temps d’un livre
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous