Sherbrooke Auto Occasion
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
  Erreur de traitement

détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
Memphrémagog - journal
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
L'actualité en vidéos
Affaires & juridique
L'actualité en photos
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Ça se passe chez nous!
Blogue
Novus Vitres Sherbrooke
ACTUALITÉS / Estrie
Cynthia Dubé Par Cynthia Dubé
cdube@estrieplus.com

Lundi, 11 septembre 2017

Tragédie de Lac-Mégantic: la sélection des jurés entamée ce matin à Sherbrooke



 Imprimer   Envoyer 
L’exercice des prochains mois sera extrêmement difficile, indique Me Fréchette. C’est que les coaccusés ont la sympathie du public.

Plus de quatre ans après la tragédie qui a fait 47 morts, le procès des coaccusés Thomas Harding, Jean Demaître et Richard Labrie a commencé ce matin au palais de justice de Sherbrooke avec la sélection des jurés. EstriePlus.com s'est entretenu avec Me Patrick Fréchette, pour mieux comprendre comment les jurés potentiels sont sélectionnés dans un dossier aussi médiatisé.

La sélection des jurés devrait prendre quelques jours. Par la suite, les procureurs aux poursuites criminelles et pénales tenteront de faire la preuve que Thomas Harding, Jean Demaître et Richard Labrie ont, par négligence criminelle, causé la mort des 47 personnes le 6 juillet 2013, à lac-Mégantic. Le procès devrait durer environ trois mois et demi.

La tragédie et ses conséquences font les manchettes depuis plus de quatre ans. Difficile, dans ce cas, de faire une sélection des jurés? Oui, soutient Me Patrick Fréchette. Puisque c'est un procès qui s'étalera sur au moins trois mois, plusieurs personnes assignées comme candidat juré tenteront d'être exemptées par le juge.

«La principale difficulté pour le juge c'est de trouver des gens disponibles pendant environ trois mois, indique Me Fréchette. Ce sera plus difficile pour le juge d'exempter des gens, puisqu'il sait que ce sera compliqué d'avoir une bande de gens disponibles pour une aussi longue période.»

Autre difficulté dans ce dossier; trouver des candidats qui seront capables de faire abstraction de tout ce qu'ils ont lu et entendu jusqu'à présent.

«L'idée ce n'est pas de trouver des gens qui ont jamais entendu parler de ce dossier, mais de trouver des personnes qui seront capables de faire abstraction de ce qu'ils ont entendu, pour rendre un verdict basé sur la preuve qui sera faite au procès.»

Sympathie du public pour les coaccusés

L'exercice des prochains mois sera extrêmement difficile, indique Me Fréchette. C'est que les coaccusés ont la sympathie du public.

«Les candidats choisis devront être capables de sortir de leurs convictions pour essentiellement écouter une preuve d'experts et rendre un verdict basé sur la preuve. La couronne sait très bien que les coaccusés ont la sympathie du public, alors ils ont une grosse côte à remonter. Ils doivent faire une preuve hors de tout doute raisonnable qu'il y a eu de la négligence criminelle. C'est une tâche très difficile.»

Aussi, le procès sera davantage un débat d'experts, pour déterminer si les accusés ont fait ce qu'ils devaient faire dans l'utilisation de la machinerie qui leur était confié.

«On ne connait pas les trains, la mécanique derrière ça. Alors ce sera un débat d'experts Non seulement le procureur doit tirer la conclusion que les coaccusés ont agi de façon contraire aux normes existantes, mais ils doivent aussi prouver que leur action a été négligente. On ne peut pas non plus considérer les 47 morts ni les conséquences du geste.»

Thomas Harding, Jean Demaître et Richard Labrie subissent leur procès en même temps, mais le verdict peut différer d'un accusé à l'autre.


Fondation Rock-Guertin - Collectes de denrées 2018
Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
15 des 71 patinoires de Sherbrooke ouvertes!

15 des 71 patinoires de Sherbrooke ouvertes!
La nouvelle députée vient d’ouvrir ses portes

La nouvelle députée vient d’ouvrir ses portes
NOS RECOMMANDATIONS
L’Estrie comme pôle d’enseignement supérieur

L’Estrie comme pôle d’enseignement supérieur
(MISE À JOUR) Fausse alerte à la bombe à l’usine Camso de Magog

(MISE À JOUR) Fausse alerte à la bombe à l’usine Camso de Magog
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

A.R.Turgeon Portes - Fenêtres - Rénovations
Inscription Infolettre EstriePlus.com
J & M Grégoire juin 2018
 
Pierre-Olivier Pinard, B.sc. CFMP
Vendredi, 14 décembre 2018
Tout sur le sommeil (part 2)

Me Karine Bourassa
Jeudi, 13 décembre 2018
Mais qu’en est-il des servitudes de passage?

Caroline Caouette
Jeudi, 13 décembre 2018
L’enfant, un enseignant pour l’adulte!

William Lafleur
Mercredi, 12 décembre 2018
Prend les devants avant de tirer de l'arrière

Cégep de Sherbrooke
Mercredi, 12 décembre 2018
Stage au Nicaragua : Jocelyne Lacasse se souvient

Daniel Nadeau
Mercredi, 12 décembre 2018
Les accoutrements ridicules

Jacinthe Dubé 29 nov 2018
Clinique Supra Santé nov 2018
Des voleurs recherchés à Magog récidivent Par Vincent Lambert Jeudi, 13 décembre 2018
Des voleurs recherchés à Magog récidivent
Groupe Custeau remet 50 000$ à l’école Larocque Par Cynthia Dubé Mardi, 11 décembre 2018
Groupe Custeau remet 50 000$ à l’école Larocque
L’Estrie comme pôle d’enseignement supérieur Par Vincent Lambert Lundi, 10 décembre 2018
L’Estrie comme pôle d’enseignement supérieur
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous