GRANADA 28 OCT 21
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe en Estrie
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Santé et Beauté
Famille
Automobile
Avis publics
Découvertes
Blogue
SMLT_2021
CHRONIQUEURS / L'Agora
Daniel Nadeau Par Daniel Nadeau

Mercredi, 23 juin 2021

La rancœur des transfuges



 Imprimer   Envoyer 
Crédit photo - Jean-Vincent Verville

Les choses se ressemblent, mais sont souvent différentes. On ne se baigne jamais dans la même rivière dit le vieil adage chinois. La décision maladroite et mal avisée de la députée de la Coalition avenir Québec d'Iberville, Claire Samson, de devenir la première députée du Parti conservateur du Québec d'Éric Duhaime n'est pas la plus édifiante pour la démocratie et pour le rôle de député. Mais au fond, malgré le bruit médiatique entourant cette affaire, cela demeure un fait divers de la politique et surtout une triste fin de parcours politique pour madame Samson. Explications.

La députée Samson

Si l'on met les choses en perspectives, la députée Claire Samson est loin de représenter un poids lourd de la politique québécoise. Depuis son élection comme députée en 2014, on a peu de souvenirs d'elle si ce n'est le rapport Samson sur la langue française. Rapport qui fut plutôt bien accueilli à l'époque où la langue française menacée comptait peu de gestes de bonne volonté pour la préserver. Sans quoi, on retiendra de la députée d'Iberville qu'elle avait un chien qui l'accompagnait à l'Assemblée nationale, Pepper, pour l'assister dans son état de santé afin d'aider madame Samson à prévenir des crises d'épilepsie. Ah oui, j'oubliais, il y a aussi eu la crise de madame Samson qui a très mal pris le fait de ne pas être nommée au Conseil des ministres par monsieur Legault au lendemain de la dernière élection générale. Les actions récentes de la députée d'Iberville prouvent que le premier ministre Legault a bien fait de ne pas la faire accéder au Conseil des ministres. La faiblesse de son argumentaire pour justifier son geste est indicateur de son sens politique et de la profondeur de son engagement.

En fait, madame Samson qui a un curriculum vitae fort impressionnant dans le monde de la télévision en ferait une candidate vedette d'un parti politique si elle n'avait jamais fait de politique. Elle ne sera pas la première ni la dernière de ce profil de candidature à avoir de la difficulté avec les règles et les us et coutumes de la vie politique. À une autre époque, dans un contexte fort différent, j'ai connu de grandes personnalités du monde des affaires qui trouvaient difficiles les règles du jeu parlementaire et l'inaction relative du monde politique eu égard à celui de l'entreprise privée. La défection de madame Samson ne peut que réjouir les membres de la Coalition avenir Québec. Bon débarras, doivent-ils se dire en chœur.

La discipline de parti et la démocratie

Bien sûr, il se trouvera des gens qui salueront le courage de la députée d'Iberville de dénoncer haut et fort les travers de la vie de parti avec ses obligations de solidarité au caucus et la loyauté indéfectible qui doit être témoignée au pouvoir exécutif dans notre système parlementaire. Dans la vision idyllique sous-jacente à cette façon de voir les choses, on s'imagine des députés-législateurs votant des lois selon leur conscience et sans se rapporter au pouvoir exécutif ou à la discipline de parti. Cela est de l'ordre de l'utopie. Un tel fonctionnement d'une vie politique sans parti, sans idéologie, sans valeurs communes autre que le bien commun est une hérésie. C'est refuser de reconnaître que nos sociétés sont le lieu de luttes sociales incessantes et que le gouvernement doit arbitrer de puissants conflits entre divers groupes d'intérêts. Malheureusement, nous ne vivons pas dans une société exempte d'intérêts en lutte les uns contre les autres. Le Québec, comme toutes les sociétés industrielles avancées et même en voie d'émergence, est une société de classes sociales et de groupes en lutte les uns contre les autres. La députée Samson peut bien se réclamer du bien commun et souhaiter une plus grande diversité des voix, mais le Parti conservateur d'Éric Duhaime n'est pas le représentant du bien commun. À titre d'exemple, c'est ce même monsieur Duhaime qui s'est fait le complice des gens qui auraient voulu une politique de laissez-faire complet des gouvernements en matière de pandémie. Si on en croit ces voix conservatrices, les gouvernements auraient dû ne rien faire et laisser la nature ou Dieu faire son œuvre. Pas de restrictions de libertés, mais des milliers de morts supplémentaires. Les forts auraient survécu et les faibles auraient disparu. Du darwinisme à l'état pur, « The survival of the fittest ».

Jusqu'à preuve du contraire, je crois que l'État est un puissant outil de développement et c'est d'ailleurs la vigueur de cet État au Québec qui lui a permis de résister aux forces d'assimilation mises en place par le pouvoir britannique et l'État canadien. Madame Samson peut bien décrier le régime des béni-oui-oui, mais même si ce système est imparfait, la preuve n'est pas faite qu'il en existe des meilleurs.

L'avenir de Duhaime et du parti conservateur

Madame Samson a rompu avec les béni-oui-oui, mais elle est devenue un simple pion dans l'échiquier d'Éric Duhaime. Ce dernier cherche à faire une place au soleil à sa nouvelle formation politique qui enregistre d'intéressants résultats dans les sondages tout particulièrement dans la mystérieuse région de la Capitale-Nationale où les idées de droite semblent jouir d'une faveur plus grande qu'ailleurs au Québec. L'avenir nous dira si cela n'est que le résultat de la déformation temporaire d'une opinion publique qui en a marre, comme nous tous, de la pandémie. Il doit y avoir un peu plus, car les partis de droite comme le Parti conservateur du Canada et l'ADQ de Mario Dumont à une autre époque ont toujours connu d'excellents résultats dans ces terres québécoises où est établie notre capitale.

Ainsi donc, le chef du Parti conservateur du Québec nouvellement élu a réussi son coup d'attirer dans ses griffes une députée qui siège à l'Assemblée nationale du Québec. Cela lui permettra d'avoir accès par l'entremise de madame Samson aux journalistes de la tribune parlementaire et au parquet des débats de l'Assemblée nationale du Québec. Joli coup pour monsieur Duhaime. C'est ce qui explique qu'hier, il avait le sourire du chat qui a avalé le canari lors du point de presse formalisant le passage de la députée d'Iberville au Parti conservateur de Duhaime. L'effet de toge étant chose du passé, la réalité ne tardera pas à rattraper les protagonistes de cette mauvaise pièce de théâtre d'été. Du burlesque sans grand effet sur les spectateurs. Deux personnes qui ont fait la preuve qu'ils ne se connaissaient pas tant que cela et qui avaient de la difficulté à répondre aux questions pourtant simples de la presse parlementaire sur leurs valeurs et convictions. Monsieur Legault, madame Anglade, monsieur Nadeau-Dubois et monsieur St-Pierre Plamondon peuvent dormir sur leurs deux oreilles. Une nouvelle force politique ne risque pas d'ébranler les résultats de la prochaine élection si ce n'est peut-être qu'à la marge pour la CAQ dans la région de Québec. Cela est rassurant au fond, car cela fera la preuve que la politique ne peut pas être bâtie sur la rancœur des transfuges...



Coop Funéraire arrangements oct 2020
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Cachez ces mots que je ne veux pas voir…

Cachez ces mots que je ne veux pas voir…
Ne tuons pas la beauté du monde

Ne tuons pas la beauté du monde
SMLT_2021
NOS RECOMMANDATIONS
La fin d’un monde

La fin d’un monde
Journée des ombudsmans

Journée des ombudsmans
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

HYUNDAI_USAGÉ_2
Inscription Infolettre EstriePlus.com
CCSI SHERBROOKE OCT 21
 
Daniel Nadeau
Mercredi, 20 octobre 2021
Ne tuons pas la beauté du monde

François Fouquet
Lundi, 18 octobre 2021
Une vie, un sentier, des repères

Ombudsman de la Ville de Sherbrooke
Jeudi, 14 octobre 2021
Journée des ombudsmans

Jacinthe Dubé 14 sept 2020
Personne recherchée Vendredi, 15 octobre 2021
Personne recherchée
Un cycliste frappé  mortellement à Sherbrooke, la conductrice poursuit son chemin ! Par Daniel Campeau Lundi, 18 octobre 2021
Un cycliste frappé mortellement à Sherbrooke, la conductrice poursuit son chemin !
La fin d’un monde Par Daniel Nadeau Mercredi, 13 octobre 2021
La fin d’un monde
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous
slimecut