Sherbrooke Auto Occasion
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
  Erreur de traitement

détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
ACHETEZ EstriePlus.com
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
L'actualité en vidéos
Affaires & juridique
L'actualité en photos
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Ça se passe chez nous!
Blogue
Bingo Abénaquis fêtes 2018
ACTUALITÉS / Estrie
Cynthia Dubé Par Cynthia Dubé
cdube@estrieplus.com

Mardi, 22 novembre 2016

Le chef de cabinet de la mairie répond à la déclaration du conseiller Rouleau



 Imprimer   Envoyer 
Jean François Rouleau, conseiller municipal

À la suite d'une publication le concernant du conseiller municipal Jean-François Rouleau, le chef de cabinet de la mairie Étienne Vézina s'est entretenu avec EstriePlus pour donner sa version des faits.

Dans une déclaration mise en ligne un peu plus tôt ce matin, Jean-François Rouleau dénonçait une situation survenue il y a quelques jours à l'hôtel de ville, concernant sa collègue Annie Godbout, conseillère municipale, et Étienne Vézina, chef de cabinet de la mairie.

On pouvait y lire entre autres que sa collègue avait été invitée par le chef de cabinet à quitter les lieux d'une réception civique, tenue à l'hôtel de ville, sous prétexte qu'il s'agissait d'une activité privée.

«Je vous rappelle que cet événement avait pour but de souligner le dynamisme des jeunes et des femmes entrepreneurs de Sherbrooke! L'insulte est d'autant plus grave que cette initiative de tenir une réception pour souligner l'entrepreneurship était justement l'idée de ma collègue!», a écrit M. Rouleau dans sa déclaration.

«Je m'indigne au plus haut point de cette situation sur plusieurs points, poursuit-il. Premièrement, qu'une réception civique soit identifiée comme privé alors qu'elle se tient à l'hôtel de ville est tout à fait ridicule...Deuxièmement, que l'on utilise les installations et les fonds de la ville pour tenir une activité qui se veut en bout de ligne un exercice qui ressemble davantage à un événement partisan... Troisièmement, qu'un employé politique ait le culot d'exiger d'une élue de quitter une réception civique est non seulement inacceptable mais totalement méprisant... Je peux vous dire monsieur le président que si une telle chose s'était produite à l'époque du maire Perrault, l'employé en question aurait été congédié sur-le-champs.»

Les réactions d'Annie Godbout et d'Étienne Vézina

Annie Godbout a confirmé à EstriePlus que cette situation a bel et bien eu lieu. «Oui, on m'a demandé de sortir. J'ai été très surprise puisque l'événement était au calendrier public de la Ville. Je ne savais donc pas que c'était un événement privé. Je dois avouer que ça m'a mise inconfortable, mais je ne voulais pas faire une scène devant les jeunes entrepreneurs, alors je suis sortie», explique Mme Godbout, qui confirme du même coup que c'est elle qui, plusieurs mois plus tôt, avait lancé l'idée d'une réception pour de jeunes entrepreneurs et pour des femmes entrepreneures.

De son côté, Étienne Vézina se dit surpris et choqué de cette sortie de Jean-François Rouleau. «Je n'ai jamais vu une réaction comme celle-ci de toute ma carrière», lance-t-il.

M. Vézina confirme que la première activité de cette journée qui soulignait l'entreprenariat et les femmes était ouverte à tous. Mais selon lui, la deuxième activité, organisé pour les jeunes entrepreneurs de moins de 30 ans, était privée.
«Il n'y avait que moi, le maire et ces jeunes entrepreneurs qui étaient invités à ce diner, explique-t-il. Mme Godbout s'est dirigée à la table un peu plus tôt avant le diner pour parler à quelques entrepreneurs. Je n'ai pas fait de cas avec ça, mais au moment où le diner a commencé, j'ai signifié à Mme Godbout qu'elle devait quitter. Je l'ai fait discrètement», assure M. Vézina.

 

Voici la déclaration complète de Jean-François Rouleau


«Monsieur le président, je voudrais attirer l'attention du conseil sur une situation qui s'est produite dernièrement ici à l'hôtel de ville et que je juge tout à fait inacceptable!

En effet monsieur le président, j'ai appris au cours des derniers jours que ma collègue, Annie Godbout avait été invitée par le chef de cabinet de la mairie, Étienne Vézina, à quitter les lieux d'une réception civique, tenue ici à l'hôtel de ville sous prétexte que cette activité était privée! Je vous rappelle que cet événement avait pour but de souligner le dynamisme des jeunes et des femmes entrepreneurs de Sherbrooke!

L'insulte est d'autant plus grave que cette initiative de tenir une réception pour souligner l'entrepreneurship était justement l'idée de ma collègue!

Monsieur le président, jamais en 26 ans au conseil municipal, je n'ai entendu parler d'une chose pareil! Je m'indigne au plus haut point de cette situation sur plusieurs points:
Premièrement, qu'une réception civique soit identifiée comme ''privé'' alors qu'elle se tient à l'hôtel de ville est tout à fait ridicule.L'hotel de ville étant un lieu public.

Deuxièmement, que l'on utilise les installations et les fonds de la ville pour tenir une activité qui se veut en bout de ligne un exercice qui ressemble davantage à un événement partisan. D'ailleurs, selon certaines personnes ayant assisté à ce diner, le maire Sévigny en aurait profité pour dénigrer ma collègue.

Troisièmement, qu'un employé politique ait le culot d'exiger d'une élue de quitter une réception civique est non seulement inacceptable mais totalement méprisant. Je peux vous dire monsieur le président que si une telle chose s'était produite à l'époque du maire Perrault, l'employé en question aurait été congédié sur-le-champs.

J'exige donc monsieur le président, que le directeur de cabinet de la mairie adresse personnellement ses excuses à madame Godbout pour cet abus de pouvoir et qu'il assure également le conseil municipal qu'une telle situation ne se reproduise plus jamais.»

 

.

 


Centre de développement athlétique Badmofo Methods
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Plus du triple de la limite permise, en fin d’avant-midi!

Plus du triple de la limite permise, en fin d’avant-midi!
L’Estrie comme pôle d’enseignement supérieur

L’Estrie comme pôle d’enseignement supérieur
NOS RECOMMANDATIONS
Plus du triple de la limite permise, en fin d’avant-midi!

Plus du triple de la limite permise, en fin d’avant-midi!
«Le Sapin a des boules» … à  Lennoxville!

«Le Sapin a des boules» … à Lennoxville!
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Fondation Rock-Guertin - Collectes de denrées 2018
Inscription Infolettre EstriePlus.com
Fondation Rock-Guertin - Collectes de denrées 2018
 
Pierre-Olivier Pinard, B.sc. CFMP
Vendredi, 14 décembre 2018
Tout sur le sommeil (part 2)

Me Karine Bourassa
Jeudi, 13 décembre 2018
Mais qu’en est-il des servitudes de passage?

Caroline Caouette
Jeudi, 13 décembre 2018
L’enfant, un enseignant pour l’adulte!

William Lafleur
Mercredi, 12 décembre 2018
Prend les devants avant de tirer de l'arrière

Cégep de Sherbrooke
Mercredi, 12 décembre 2018
Stage au Nicaragua : Jocelyne Lacasse se souvient

Daniel Nadeau
Mercredi, 12 décembre 2018
Les accoutrements ridicules

Jacinthe Dubé 29 nov 2018
Ameublement Brand Source Gilles Boisvert dec 2018
(MISE À JOUR) Fausse alerte à la bombe à l’usine Camso de Magog Par Cynthia Dubé Vendredi, 14 décembre 2018
(MISE À JOUR) Fausse alerte à la bombe à l’usine Camso de Magog
OTL Gouverneur Sherbrooke classé dans le top 3 des hôtels 5 étoiles au Québec Par Cynthia Dubé Jeudi, 13 décembre 2018
OTL Gouverneur Sherbrooke classé dans le top 3 des hôtels 5 étoiles au Québec
Des voleurs recherchés à Magog récidivent Par Vincent Lambert Jeudi, 13 décembre 2018
Des voleurs recherchés à Magog récidivent
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous