SSRI_OCT_2021
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe en Estrie
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Santé et Beauté
Famille
Automobile
Avis publics
Découvertes
Blogue
COOPERATIVE FUNERAIRE SEPT 21
CHRONIQUEURS / L'Agora
Daniel Nadeau Par Daniel Nadeau

Mercredi, 17 mars 2021

Jamais plus le déshonneur…



 Imprimer   Envoyer 

On ne peut passer à côté. La semaine dernière, on notait le triste anniversaire d'une très longue année de pandémie. Cela a été souligné par nos gouvernements qui ont profité de l'occasion pour faire le bilan de leurs actions et surtout, c'est la moindre des choses, pour commémorer la mémoire de celles et ceux qui en sont morts. Des milliers de visages anonymes, des destins singuliers qui sont passés à la trappe de la vie parce que nous les avons lâchement abandonnés à leur solitude dans des structures bureaucratiques lourdes et inhumaines. Le sort de nos aînés est une tache indélébile à notre humanité. Notre société a failli à sa responsabilité première de prendre soin de celles et ceux qui ont bâti le Québec et le Canada. Des femmes et des hommes qui sont morts dans la solitude et le déshonneur. C'est la triste histoire de la pandémie et de ses conséquences que nous avons vécues chez nous au Québec en laissant mourir dans l'indignité des milliers de femmes et d'hommes qui auraient mérité beaucoup mieux de nous. Regard sur une crise qui nous déshonore comme société.

Le bilan d'une crise inédite

Chacun peut faire son bilan de la crise pandémique que nous vivons. La classe politique ne s'en est pas privée ces dernières semaines. Des partis d'opposition cherchent à peinturer les gouvernements dans le coin en les accusant d'avoir mal agi ou pas agi. Le cirque de la politique ordinaire reprend ses représentations. Il ne faut pas être dupe et traiter de cette question avec une approche plus large que le triste sentier des discours partisans. D'abord, pour comprendre, laissez faire vos propres recherches et lisez plutôt celle réalisée par des professionnels dont c'est le métier de faire des recherches, de mener des enquêtes et de raconter des histoires. Je vous parle des médias et des journalistes sérieux par exemple, le récit du talentueux journaliste Alec Castonguay.

Printemps le plus long...Alec Castonguay est chef du bureau politique au magazine L'actualité et analyste à la radio et à la télévision de Radio-Canada. Il vient de publier un livre chez Québec Amérique : Le Printemps le plus long. Au cœur des batailles contre la COVID-19, Montréal, Québec Amérique, 2021, 392 p. Un livre choc qui nous raconte de l'intérieur l'histoire du Québec qui a vécu la pire crise sanitaire de son histoire. C'est l'histoire de cette première vague et de la désolation dans les CHSLD et les RPA où logent nos aînés.

Un mammouth dans nos vies

Dans ce récit, non recommandé aux âmes sensibles, on peut voir ce qui s'est réellement passé dans les entrailles du gouvernement alors qu'il cherchait à lutter au mieux contre la progression de la pandémie. On peut voir tous les dysfonctionnements de notre système de gouvernance, les pannes de nos systèmes d'alerte, les fausses pistes scientifiques, les luttes de pouvoir, la tragédie de notre impuissance et de nos incompétences auxquelles s'ajoutent la lourdeur d'un système de santé mammouth sans contrôle et direction claire. On peut comprendre aussi grâce aux dizaines d'entrevues menées avec minutie par Alec Castonguay avec des acteurs clés de ce drame les décisions de confiner Montréal et le Québec, les hésitations quant à l'obligation de porter un masque, les coups de force du premier ministre Legault pour faire bouger les choses. Comme le dit l'éditeur sur la jaquette du livre, « c'est un livre à suspense qui se lit comme un roman. Sauf que tout est vrai... »

Un lecteur attentif ne peut que conclure trois choses simples : la première c'est que tous ont fait de leur mieux, la seconde c'est le degré de centralisation et de bureaucratisation de notre système de santé était un frein majeur à une intervention efficace, le mammouth dans la pièce et que nous n'étions pas préparés comme le reste des pays du monde à une telle crise.

Chercher les coupables

Il est dans la nature humaine en temps de crise de chercher un coupable, un responsable. D'ailleurs, cela est bien visible dans la couverture des médias tout au long de cette crise. On a eu les voyageurs de la semaine de relâche, puis les irresponsables du karaoké, les rassemblements interdits dans les domiciles, la lenteur du gouvernement Trudeau à fermer les frontières, les complotistes, les réseaux sociaux et dernièrement les snowbirds qui vont nous infecter lors de leur retour de Floride par la frontière terrestre alors qu'ils sont majoritairement vaccinés avec le même produit que nous le sommes si peu au Québec.

Ces dernières semaines, le discours des commentateurs de la scène politique et les partis d'opposition met tous ces efforts à convaincre de faire une commission d'enquête en affirmant que c'est la meilleure façon de s'améliorer pour la prochaine fois alors qu'il existe une panoplie d'enquête déjà en cours. Je ne suis pas d'avis que mettre en œuvre une commission d'enquête sera utile à part pour meubler l'espace politique et faire la joie des commentateurs de la scène politique. À moins que l'on enquête sur les vraies choses comme le ferait un BAPE englobant sur une question.

Les vraies questions

Les vraies questions qu'il faut se poser sont les suivantes : Pourquoi avons-nous choisi un jour de parquer nos vieux dans des institutions loin de nos vies ? Comment se peut-il que nous ayons cessé de les voir ? Pourquoi avoir fait la sourde oreille pendant tant d'années aux multiples rapports, on ne les compte plus tant ils sont nombreux, sur les conditions de vie inacceptables faites à nos aînés, à ces bâtisseuses et ces bâtisseurs du Québec moderne ? C'est quoi cette idée d'avoir tout sacrifié à la poursuite du bonheur dans la consommation et le luxe inutile ? Pourquoi réussir sa vie est-il devenu synonyme d'être entouré de babioles inutiles et sans signification ? Pourquoi le dieu argent a-t-il sacré dehors de nos vies toutes les valeurs humaines et spirituelles ?

Voilà des questions parmi d'autres qui pourraient être posées dans l'espace public et qui mériteraient une commission d'enquête. La vraie question est la suivante : À quel moment avons-nous perdu nos âmes et notre humanité ? Comment et pourquoi ? Voilà des questions essentielles à nous poser.

Néanmoins, je vous fais un aveu. Je ne suis guère optimiste quant à notre volonté de nous poser de telles questions et à y trouver des réponses. J'en ai une preuve irréfutable à proposer à votre réflexion. Les changements climatiques. Nous savons tous que les conséquences décrites par les scientifiques des changements climatiques auront des répercussions aussi sinon plus importantes que celle de la pandémie que nous combattons toujours. Pourtant, ces jours-ci le projet GNL continue son opération de relations publiques et notre gouvernement qui se dit guidé par la science est prêt à y accorder son aval pour l'argent que nous pourrions en récolter. Pensez-vous que nous avons appris quelque chose de la pandémie ?

Chose certaine, il est clair pour moi que nous devons tout faire pour que jamais plus nous ne vivions encore un tel moment d'inhumanité jamais plus le déshonneur....



Coop Funéraire arrangements oct 2020
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
La fin d’un monde

La fin d’un monde
Les dés sont jetés : Rouge minoritaire

Les dés sont jetés : Rouge minoritaire
CCSI SHERBROOKE OCT 21
NOS RECOMMANDATIONS
Nomination au Golf du Manoir des Sables à Orford

Nomination au Golf du Manoir des Sables à Orford
La fin d’un monde

La fin d’un monde
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

HYUNDAI_USAGÉ_2
Inscription Infolettre EstriePlus.com
ÉLECTION_MUN_OCT_21
 
Daniel Nadeau
Mercredi, 20 octobre 2021
Ne tuons pas la beauté du monde

François Fouquet
Lundi, 18 octobre 2021
Une vie, un sentier, des repères

Ombudsman de la Ville de Sherbrooke
Jeudi, 14 octobre 2021
Journée des ombudsmans

Jacinthe Dubé 14 sept 2020
La fin d’un monde Par Daniel Nadeau Mercredi, 13 octobre 2021
La fin d’un monde
Nomination au Golf du Manoir des Sables à Orford Par Daniel Campeau Vendredi, 15 octobre 2021
Nomination au Golf du Manoir des Sables à Orford
Journée des ombudsmans Par Ombudsman de la Ville de Sherbrooke Jeudi, 14 octobre 2021
Journée des ombudsmans
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous
slimecut