Sykes Sherbrooke ICT Canada Marketing
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
 
14°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
  La circulation est maintenant rétablie sur l’autoroute 10 Ouest à la hauteur de la sortie 118 à Magog.
 
Memphrémagog - journal
AFFAIRES & JURIDIQUE
Affaires
Juridique
Entreprises d’ici
Radioactif - sept 2017
AFFAIRES & JURIDIQUE / Affaires
Elizabeth Nadeau Par Elizabeth Nadeau
enadeau@estrieplus.com

Mardi, 8 septembre 2015

Finaliste au Prix Femmes d’affaires du Québec: Geneviève Lévesque et son accident de parcours



 Imprimer   Envoyer 

Trois femmes de l'Estrie seront honorées le 4 novembre prochain à l'occasion du 15e concours Prix Femmes d'affaires du Québec. Le concours récompense chaque année des femmes qui se sont distinguées, qui sont vues comme influentes et rassembleuses. Estrieplus.com vous présente une de ces trois entrepreneures d'exception chaque semaine.

Geneviève Lévesque ouvre la galerie Artêria en 2008. Spécialisés dans l'exportation d'œuvres d'art, Artêria fait la promotion des artistes québécois partout dans le monde. Pour la jeune femme, l'aventure n'est nul autre que le résultat d'un joyeux accident de parcours.

« Je n'étais pas destinée à travailler dans le domaine. L'art était une passion pour moi oui, mais pas un objectifs de carrière. J'ai fait partie d'un programme de mentorat et j'ai mentionné à mon mentor que j'aimerais aller à la plus grande convention d'art de Shanghai, en Chine. Il m'a demandé « Pourquoi tu n'y vas pas? ». À 23 ans, je suis partie avec mon balluchon voir ce qui se passait là-bas. Ça a été une révélation. »

La jeune femme y découvre un marché très dynamique, très vigoureux.

« Au Québec, l'art est souvent associé au communautaire. À l'international, c'est totalement autre chose. Les chanteurs québécois ont parfois plus de succès ailleurs qu'au Québec. C'est la même chose pour les arts visuels. »

Genviève Lévesque démarre son entreprise d'exportation d'œuvres québécoises en 2008. Jusqu'en 2011, Artêria consiste en un petit entrepôt loué.

L'expansion rapide de son entreprise est entre autres attribuable à la crise économique de 2008, selon l'entrepreneure, aujourd'hui âgée de 32 ans.« Notre premier pignon sur rue a vu le jour en 2011, sur la rue Shefford, à Bromont. C'était un petit 800 pieds carré. Un an plus tard, on a dû passer à 4 mille pieds carrés, toujours sur la rue Shefford. »

« Habituellement, les galeries arrivent où on est rendus en dix ans. À cause d'un espace vide dans l'industrie et de la petitesse de mon équipe, qui nous rend très flexibles et dont les coûts fixes sont moindres, on s'est imposés en deux ans seulement. Et très peu de galeries d'art misent sur l'exportation comme principale source de revenus. Chez Artêria, c'est le cœur de l'entreprise. »

Selon les données pour son année 2013-2014, Artêria a vendu 515 tableaux d'artistes québécois à l'étranger.

« De 12 à 15 fois par an, on se rend dans les grands événements en Asie, au Royaume-Unis, aux États-Unis..., explique Geneviève Lévesque. On se promène à travers le monde pour vendre des œuvres surtout à des particuliers, mais on a des connexions pour les achats corporatifs. Nous sommes aussi partenaires avec une vingtaine de galeries, comme la Galerie Noire de Dallas et Envie d'art, à Paris. »

Prochaine étape?

« On veut conquérir les marchés émergents, comme la Turquie, l'Inde et l'Argentine. Il y a encore beaucoup de barrières à l'entrée. En même temps, l'instabilité environnementale, géopolitique et sociale de certaines régions du monde peut grandement affecter nos affaires. On veut se diversifier, se trouver de nouvelles sources de revenus connexes. Nous sommes en train de conclure des partenariats avec des entreprises de design intérieur, par exemple. »

Le plus important, c'est de poursuivre sa mission de création d'emploi pour les artistes émergents du Québec. Artêria représente actuellement une trentaine d'artistes. Pour plusieurs, la vente de leurs œuvres constituent leur unique source de revenus.

La galerie est toujours ouverte aux curieux et aux amateurs d'arts visuels. Outre la peinture, on peut présentement retrouver chez Artêria les sculptures de bronze de Claire Poiré, le travail presqu'exclusivement digital de Tony Moriello et la peinture sur téléviseurs recyclés de Marie-Ève Proteau. D'ailleurs, une vingtaine de ses œuvres seront envoyées pour l'ouverture d'une galerie coréenne.

Quant à sa nomination au Prix Femmes d'affaires du Québec, Geneviève Lévesque en est plus que ravie.

« Je suis extrêmement chanceuse, c'est quelque chose qui a deux côtés. Ça aide à briser les barrières pour les femmes dans l'industrie de l'exportation d'œuvres d'art. Je suis aussi bien plus jeune que d'autres finalistes, je roule ma bosse depuis moins longtemps que plusieurs d'entre elles. Être nommée représente une certaine forme de validation auprès de nous et de nos artistes. C'est un grand honneur. »


Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Well inc. : le Groupe Laroche intéressé à proposer un projet

Well inc. : le Groupe Laroche intéressé à proposer un projet
Plus de 120 nouveaux emplois chez Nordia Sherbrooke

Plus de 120 nouveaux emplois chez Nordia Sherbrooke
NOS RECOMMANDATIONS
Marvel, toujours la même chose? Vraiment?

Marvel, toujours la même chose? Vraiment?
Les Jeux de Sherbrooke complets pour la deuxième édition

Les Jeux de Sherbrooke complets pour la deuxième édition
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Gestion Financière JLR février mars 2018
 
Guillaume Rousseau
Lundi, 19 février 2018
Quelques aspects juridiques entourant la question autochtone

Me Michel Joncas
Jeudi, 25 janvier 2018
Achat d’un condo, oui mais…

Beer Garden à Magog : un sondage mis en ligne Par Cynthia Dubé Mercredi, 14 février 2018
Beer Garden à Magog : un sondage mis en ligne
Les commerçants en colère Par Cynthia Dubé Lundi, 19 février 2018
Les commerçants en colère
Retourner à l’école à 42 ans, malgré le succès en affaires Par Cynthia Dubé Jeudi, 15 février 2018
Retourner à l’école à 42 ans, malgré le succès en affaires
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous