Remises Gagnon
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
 
1°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
  L'appel des propositions liées au développement de la zone prioritaire du Quartier Well Sud est reporté au 18 janvier.
 
Memphrémagog - journal
ACTUALITÉS
Estrie
Memphrémagog
Ça se passe chez nous!
Culture & Événements
Sports
L'actualité en photos
L'actualité en vidéos
Blogue
Novus Vitres
ACTUALITÉS / Estrie
Elizabeth Nadeau Par Elizabeth Nadeau
enadeau@estrieplus.com

Mardi, 1 décembre 2015

La Fondation Rock-Guertin, 3e génération



 Imprimer   Envoyer 
Catherine Guertin et Denis Fortier, directeur général de la Fondation Rock-Guertin.

Catherine Guertin a commencé à solliciter des dons de cannage et de denrées non-périssables au primaire, alors qu'elle fréquentait l'école Plein-Soleil. Difficile de ne pas être sensibilisée à la pauvreté lorsqu'on est la petite-fille de Rock Guertin!

« Tout a commencé par un appel pendant l'émission de radio qu'il animait, à CHLT. Mon grand-père, c'était un homme avec le cœur sur la main, un homme généreux qui prêchait d'être reconnaissant envers la vie et en même temps, d'être témoin que ce n'est pas tout le monde qui a eu cette chance », affirme la jeune femme de 28 ans.

Comme son père, Catherine Guertin est avocate. Comme son grand-père l'a fait et comme son père le fait maintenant, elle participe activement aux activités de la Fondation Rock-Guertin. Contrairement à ceux que la Fondation aide, Catherine n'a jamais manqué de rien.

« J'ai été choyée par la vie. Mais naturellement, avec l'influence de la vision de la Fondation, j'ai été amenée à moins gaspiller. Lorsqu'on fait des livraisons dans les foyers, c'est là que ça frappe. Ce n'est pas tout le monde qui a de la chance et ça m'a amenée à réaliser que ma génération vit dans une société d'abondance. On veut tout, tout de suite et abondamment. Il faut prendre le temps de voir ce qu'on a et de l'apprécier. »

Ses premières livraisons de paniers de Noël l'ont particulièrement marquée : « Ça m'avait tellement shakée, je ne pouvais pas croire qu'il existait des situations comme celles-là à Sherbrooke. On pense que la misère, ça n'existe pas ici et que c'est seulement à Montréal qu'on voit ça. Mais c'est aussi présent dans beaucoup de secteurs parfois dont on ne se doute pas. »

Mais ce n'est pas tant de constater que la pauvreté se vit à Sherbrooke qui l'a le plus marquée.

« Ca m'a frappé de voir la reconnaissance des gens qui reçoivent les paniers de Noël. Ils pleurent tellement ils sont heureux de recevoir de la nourriture! Pour nous, ce n'est que le quotidien d'avoir de la nourriture sur la table et pour nous, ce n'est pas un cadeau, c'est la banalité, ça fait partie de notre petit quotidien. Mais pour les gens dans le besoin, c'est un véritable cadeau! »

A-t-elle réussi à convaincre son entourage au fil des ans?

« Tous mes amis sont impliqués de près ou de loin dans la Fondation parce qu'ils ont vu ce qu'on faisait ou parce que je leur en parle allègrement, souligne la jeune femme en souriant. Quelques-uns sont venus faire des paniers, d'autres travaillent dans diverses entreprises et cherchent à impliquer leurs patrons pour la cause. De voir les statistiques et de constater la participation positive de la population, c'est venu les chercher. »

Catherine a grandi avec la Fondation Rock-Guertin au fil des ans. Elle se rappelle être allée au tout petit local que son grand-père louait devant la prison Talbot. Il y a quelques années, plusieurs entreprises et acteurs se sont rassemblés pour offrir l'actuel entrepôt de la rue Cherbourg à la Fondation.

« J'ai peu de mots pour décrire toute l'ampleur que la cause a prise. C'est là qu'on voit qu'on peut partir d'une toute petite chose et qu'on peut la transformer en une belle et grande chose. Mon grand-père a aperçu une petite étoile et il l'a utilisée pour créer une fondation qui est aujourd'hui un incontournable pour les gens dans le besoin dans la région de Sherbrooke. De voir cette belle évolution et la tournure des événements, c'est de constater à quel point les gens sont réceptifs, qu'ils croient en la cause et qu'ils sont prêts à nous supporter. Nous pouvons aussi compter sur d'incroyables bénévoles chaque année. »

Elle affirme avoir beaucoup de difficultés à s'imaginer ne pas être impliquée au sein de l'œuvre.

« Notre but est de toujours aller plus loin et d'aider le plus de monde possible. Des gens dans le besoin, il y en aura toujours. Ce ne sont pas seulement ceux qui vivent dans la pauvreté à longueur d'année, il y a beaucoup de situations temporaires liées aux congédiements, aux situations imprévues et aux maladies. Plusieurs familles qui ont bénéficié d'aide temporaire reviennent l'année suivante pour donner du temps. On leur a donné le petit coup de pouce dont elles avaient besoin pour repartir du bon pied. Tant qu'il y aura des situations économiques plus difficiles et que les gens en subiront les contrecoups, la Fondation Rock-Guertin sera là. »

La Fondation Rock-Guertin en chiffres
La valeur de la nourriture distribuée par la Fondation Rock-Guertin atteint environ 1,2 million de dollars par année. La nourriture est distribuée lors des paniers de Noël, des paniers de la rentrée et au service de dépannage alimentaire, mis sur pied en 2008.

En 2008, 25 familles en ont bénéficié du nouveau service de dépannage. En 2015, elles étaient 240.

À l'automne 1982, Rock Guertin a aidé une famille. En 2015, 2150 familles recevront un panier de Noël, le 18 décembre prochain.

Annuellement, la Fondation Rock-Guertin soutient une trentaine d'organismes communautaires, dont la Chaudronnée, les cuisines collectives Le Blé d'Or et les maisons des jeunes de Sherbrooke.

Le Vin & Fromage du 24 novembre dernier a permis d'amasser un peu plus de 124 000 $. 800 convives s'étaient rassemblés chez Occasion Beaucage pour démontrer leur soutien à la cause.


A.R.Turgeon Portes - Fenêtres - Rénovations
Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
La police met fin à une série de vols qualifiés

La police met fin à une série de vols qualifiés
Quoi faire ce week-end

Quoi faire ce week-end
NOS RECOMMANDATIONS
Incendie: retour à la normale pour l’Hôpital de Magog

Incendie: retour à la normale pour l’Hôpital de Magog
Sommes-nous si différents?

Sommes-nous si différents?
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

A.R.Turgeon Portes - Fenêtres - Rénovations
Inscription Infolettre EstriePlus.com
Val Estrie Ford - mai 2018
 
Pierre-Olivier Pinard, B.sc. CFMP
Vendredi, 19 octobre 2018
Plats d’automne à la mijoteuse

Me Ariane Ouellet
Jeudi, 18 octobre 2018
L’autorité parentale: droits et obligations des parents

Daniel Nadeau
Mercredi, 17 octobre 2018
Sauver la planète, vous dites?

Jacinthe Dubé 18 oct 2018
Centre de développement athlétique Badmofo Methods
Incendie ravageur rue Principale Par Vincent Lambert Mardi, 16 octobre 2018
Incendie ravageur rue Principale
Nos deux universités se démarquent au pays Par Vincent Lambert Lundi, 15 octobre 2018
Nos deux universités se démarquent au pays
Sommes-nous si différents? Par Cynthia Dubé Vendredi, 19 octobre 2018
Sommes-nous si différents?
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous