Fête du Lac des Nations 2018
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
 
18°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
Memphrémagog - journal
ACTUALITÉS
Estrie
Memphrémagog
Culture & Événements
Sports
L'actualité en photos
L'actualité en vidéos
Novus Vitres
ACTUALITÉS / Estrie
Elizabeth Nadeau Par Elizabeth Nadeau
enadeau@estrieplus.com

Lundi, 21 mars 2016

Expo-sciences 2016 : orthèse, ecigarette & douleur sexiste



 Imprimer   Envoyer 
Lyne Marie Bilodeau, 14 ans, de l'école secondaire Montessori.

Du 18 au 20 mars, 152 exposants du primaire, du secondaire et du collégial ont présenté le fruit de leurs projets de recherche à l'occasion de la finale régionale d'Expo-sciences Hydro-Québec. Estrieplus.com a rencontré quelques-uns des 101 génies présents au Centre culturel de l'Université de de Sherbrooke.

Combler le vide dans le marché des orthèses
Un des projets présentés a été réalisé par Lyne Marie Bilodeau, âgée de 14 ans et étudiante à l'école secondaire Montessori. La jeune fille est mi paralysée, c'est-à-dire qu'un côté de son corps est plus ou moins paralysé. Ce faisant, elle a besoin d'une orthèse pour l'aider dans ses tâches quotidiennes.

« Mon projet consiste en une orthèse que j'ai créée pour m'aider à faire du ski de fond. Je pratique mon sport depuis neuf ans et rien sur le marché actuel des orthèses ne peut m'aider à faire du ski. J'en ai donc créé une », explique Lyne Marie.

C'est la deuxième fois qu'elle présente un projet d'orthèse pour régler son problème en ski. L'an dernier, l'orthèse était composée de plâtre et de fibre de verre. Toutefois, le plâtre alourdit trop l'outil.

« Pour la deuxième orthèse, j'ai enlevé le plâtre et conservé la fibre de verre. C'est devenu très fragile, mais plus léger. Comme la fragilité devait disparaître pour me permettre de faire du sport, j'ai fait la troisième orthèse avec de la fibre de carbone, le même matériau qui composent mes bottes et mes skis. »

Pour arriver à créer une orthèse performante, Lyne Marie a fait appel à un ingénieur. C'est toutefois elle qui a mesuré sa jambe, coupé ses morceaux et moulé la fibre de carbone sur un moule adapté pour s'ajuster à sa cheville et à ses bottes.

« Je n'ai pas encore pu essayer mon orthèse sur la neige parce qu'il n'y en a plus! Mais comme mon projet était terminé, j'ai voulu le présenter parce que j'ai réussi à intégrer toutes les qualités trouvées en cours de réalisation et éliminer les défauts rencontrés », explique-t-elle. La jeune créatrice a bien hâte à l'hiver prochain!

Une proposition au gouvernement quant à la cigarette électronique
Confrontées comme leurs concitoyens à ce nouveau produit destiné aux fumeurs qui souhaitent écraser qu'est la cigarette électronique, Léa Ugland et Florence Ouellet ont voulu approfondir ce nouveau sujet de recherche. Âgées de 15 ans, les élèves du Collège Mont Notre-Dame ont aussi voulu proposer une piste de solution au gouvernement pour mieux encadrer la ecigarette.

« C'est un nouveau sujet, un sujet d'actualité et sur lequel beaucoup de gens ne savent pas grand-chose, alors qu'on en voit de plus en plus dans les rues, explique Léa. On a voulu comparer la cigarette traditionnelle avec la cigarette électronique pour voir s'il y avait de réels bénéfices à en tirer. »

La proposition : que la cigarette électronique avec nicotine ne devrait être accessible que sur prescription d'un médecin dans le cadre d'une démarche sérieuse pour cesser de fumer.

« Il y a plusieurs raisons à cela, affirme Florence. On pense entre autres que la cigarette électronique ne devrait pas qu'être un produit qui déplace l'habitude vers un produit d'habitude. Le simple geste de fumer, cette habitude comportementale qui n'aide pas les gens à cesser de fumer, doit disparaître. »

Les deux étudiantes ont aussi découvert que les statistiques parlent beaucoup.

« J'ai pris connaissances de statistiques qui m'ont choquée, comme celle qui démontre que ce sont les jeunes Québécois, âgés de 15 à 19, qui auraient essayé la cigarette électronique dans la plus grande proportion. Des 30,9 % des Canadiens du même âge, presque la moitié, ou 40 %, sont Québécois », souligne Léa.

Encore bien des effets de la cigarette électronique sur la santé des gens restent à découvrir, selon elles. Si elles ont pu se faire une idée sur le produit, elles soulignent que puisque toutes les informations ne sont pas encore disponibles, validées ou infirmées par des études crédibles, il est normal de ne pas avoir d'opinion précise sur la ecigarette.

« Le mot d'ordre devrait être la prudence », affirme Léa.

La douleur est-elle sexiste?
Safiy Yahia, 14 ans, est étudiant à l'école internationale du Phare. Comme projet scientifique, il a émis cette hypothèse selon laquelle la douleur serait sexiste et que les femmes seraient moins sensibles à la douleur que les hommes, entre autres à cause des accouchements qu'elles subissent.

« La conclusion de ma recherche est que oui, la douleur est sexiste. Cependant, j'ai pu démontrer que les femmes sont plus sensibles à la douleur que les hommes, et non l'inverse », explique le jeune homme.

Safiy a testé son hypothèse par un test de douleur thermique : il a plongé la main de 24 participants dans un bac d'eau à cinq degrés Celsius, pendant cinq minutes. Une grille d'évaluation de la douleur semblable à celle utilisée par les professionnels de la santé a été utilisée pour grader la douleur due au froid. Après avoir expliqué aux participants comment décrire leur douleur, il partait son chronomètre. Toutes les trente secondes, le scientifique demandait au participant de décrire la douleur.

« Certains ont voulu cesser l'expérience après 1 minute 30 et d'autres ont subi le test durant les cinq minutes. Il y a plusieurs facteurs qui expliquent cette différence, dont celle des hormones sexuelles. Autour de dix ou douze ans, la tolérance semblait la même pour les garçons et les filles. Lorsque les hormones se développent, j'ai remarqué une différence, les femmes percevaient la douleur différemment. Il y a aussi les facteurs socioculturels et psychologiques, comme les cultures où l'homme doit être un dur à cuire et ne pas être sensible. Bien des choses expliquent cette différence de perception », souligne-t-il.

Selon lui, le sujet de recherche est relativement peu connu et peu d'écrits modernes existent dans la littérature scientifique. Il aura certainement ajouté une pierre sur le chemin de la découverte!


  CONSULTER L'ALBUM PHOTO
Lebeau Vitres d’Autos
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Quoi faire en ce week-end de la Saint-Jean

Quoi faire en ce week-end de la Saint-Jean
Agression armée : un complice recherché

Agression armée : un complice recherché
NOS RECOMMANDATIONS
Le Grand Poutinefest débute demain à Sherbrooke

Le Grand Poutinefest débute demain à Sherbrooke
La Fête nationale en Estrie: le Québec, ça se fête !

La Fête nationale en Estrie: le Québec, ça se fête !
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Écoloboutique.com
Inscription Infolettre EstriePlus.com
Centre culturel de l'Université de Sherbrooke 18 juin 2018
 
Sarah-Eve Desruisseaux
Jeudi, 21 juin 2018
Faites-nous confiance!

Daniel Nadeau
Mercredi, 20 juin 2018
Fêter la nation québécoise

Catherine Côté
Mercredi, 20 juin 2018
Mode homme – Les tendances de l’été

Royal Lepage Jacinthe Dubé - 18 juin 2018
Golf et Académie Longchamp inc. 2018
Le rock’n roll, une science présentée au Musée Par Cynthia Dubé Vendredi, 15 juin 2018
Le rock’n roll, une science présentée au Musée
Ivre, un chauffard frappe une signaleuse de chantier Par Cynthia Dubé Mercredi, 20 juin 2018
Ivre, un chauffard frappe une signaleuse de chantier
L’autisme dans le ventre? Par Pierre-Olivier Pinard, B.sc. CFMP Vendredi, 15 juin 2018
L’autisme dans le ventre?
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous