Centre de formation professionnelle 24-Juin
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
 
-3°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
Memphrémagog - journal
ACTUALITÉS
Estrie
Memphrémagog
Culture & Événements
Sports
L'actualité en photos
L'actualité en vidéos
CAHIERS
Affaires & Juridique
Automobiles
Découvertes
Éducation
Famille
Habitation
Mode-Santé-Beauté
Style de vie
Voyages & Gastronomie
Blogue
JOURNAUX LOCAUX
Le Papotin
Radioactif - sept 2017
ACTUALITÉS / Estrie
Elizabeth Nadeau Par Elizabeth Nadeau
enadeau@estrieplus.com

Mardi, 5 avril 2016

Aînés : « pour faire valoir ses droits, il faut les connaître! »



 Imprimer   Envoyer 
Micheline Roberge (Table de concertation des aînés de l'Estrie), Serge Arel (CAAP de l'Estrie), Manon Fortin (d.g., FCAAP) et Renelle Lacroix (1ère vice-présidente, FADOQ Estrie).

Une campagne nationale de sensibilisation des droits des aînés en santé a été lancée le 4 avril par la Fédération des centres d'assistance et d'accompagnement aux plaintes (FCAAP). Voulant rejoindre le plus d'aînés possible, la campagne vise à encourager le dépôt d'une plainte lorsqu'ils jugent avoir été lésés dans un établissement de santé.

« La plupart des aînés ignorent qu'ils ont des droits vis-à-vis du système de santé alors que vieillissante, cette clientèle fréquente de plus en plus souvent un établissement de santé », affirme la directrice générale de la FCAAP, Manon Fortin.

Les droits sont ceux reconnus aux usagers du système par la Loi sur les services de santé et les services sociaux : celui d'être informé de l'existence des services et des ressources, de recevoir des services adéquats ou encore, de refuser un traitement. Toute personne a aussi le droit d'avoir accès à son dossier médical et d'être informé sur son état, en plus de participer à toute décision concernant son état de santé. On a aussi le droit d'exercer un recours contre un établissement, ses administrateurs, employés, préposés ou professionnels.

Trois objectifs sont poursuivis par cette campagne de sensibilisation nationale : faire connaître aux aînés leurs droits, les inviter à les faire valoir sans hésiter et les informer du fait qu'ils ont le droit de le faire, sans avoir à craindre des représailles.

« Faire respecter ses droits est un geste tout à fait légitime si une personne considère ne pas avoir été traitée comme il se doit. Encore faut-il connaître ses droits pour les faire valoir! Les CAAP sont présents dans toutes les régions du Québec et ils existent pour accompagner les personnes qui veulent porter plainte », soutient Mme Fortin.

Un nombre de plaintes toujours croissant
Le Centre d'assistance et d'accompagnement aux plaintes (CAAP) de l'Estrie a ouvert 250 dossiers l'an dernier. Comme son territoire s'est agrandi avec la restructuration du système de santé, le directeur du CAAP, Serge Arel, est convaincu que ce nombre sera plus important en 2016.

Au Québec, c'est plus de 40 000 plaintes qui ont été portées à l'attention de la FCAAP. De ce nombre, entre 12 et 15 % cheminent avec le concours des intervenants, renchérit Mme Fortin.

« Les plainte concernent majoritairement l'accessibilité aux services de santé, les soins dispensés et les relations interpersonnelles, explique Mme Fortin. Cela peut concerner la communication, l'attitude du personnel médical, le respect envers le patient et parfois même l'impatience d'un personnel débordé. Les plaintes concernent tous les types d'établissement de santé et même l'acte médical en soi. »

Directrice du CAAP de la Capitale nationale dans une autre vie, Manon Fortin a pu constater que de porter plainte porte ses fruits.

« Des 1500 plaintes formulées, 942 recommandations ont été appliquées dans le réseau. Cela vaut la peine de porter plainte, ne serait-ce que pour l'amélioration des services », conclut-elle.

« Il faut bien informer les gens de leurs droits et ne jamais se lasser de le faire. Un aîné qui n'a pas besoin de porter plainte n'entend souvent pas le message, affirme Micheline Roberge, présidente de la Table de concertation des aînés de l'Estrie. Pour plusieurs, ça devient aussi difficile de lire des documents, de les comprendre ou encore de se servir de l'ordinateur. On doit approcher ces personnes pour qu'elles disposent d'une information adéquate. »

Les outils de diffusion de la division estrienne de la FADOQ, qui compte 28 000 membres de 50 ans et plus en Estrie, seront mis à profit pour rejoindre le plus de gens possible. Au Québec, le réseau FADOQ rejoint un peu plus de 437 000 membres.


Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Inondation : une étude des glaces sur la rivière sera effectuée

Inondation : une étude des glaces sur la rivière sera effectuée
Un jeune de 22 ans arrêté pour exploitation sexuelle

Un jeune de 22 ans arrêté pour exploitation sexuelle
NOS RECOMMANDATIONS
Quoi faire ce week-end

Quoi faire ce week-end
Briser les barrières culturelles dans trois provinces

Briser les barrières culturelles dans trois provinces
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Domino's Pizza
 
Jessica Mackey, Via L'Attitude
Vendredi, 19 janvier 2018
Manger en pleine conscience

René Dubreuil
Vendredi, 19 janvier 2018
Les nouvelles rondes de René

Guillaume Rousseau
Vendredi, 19 janvier 2018
Réflexion sur l’accès à la justice en matière criminelle

Rosemarie Lacroix
Jeudi, 18 janvier 2018
Ces maladies camouflées

Isabelle Fournier
Jeudi, 18 janvier 2018
Mon ado et les tâches...

Alexandre Dagenais
Jeudi, 18 janvier 2018
La culture de légumes à l’intérieur, c’est possible?

Marianne Therriault
Mercredi, 17 janvier 2018
Faire pousser nos cheveux: pas si facile?

Catherine Côté
Mercredi, 17 janvier 2018
Tendances à surveiller en 2018

Daniel Nadeau
Mercredi, 17 janvier 2018
Histoire et récits : façonner le monde

Royal Lepage Jacinthe Dubé - 4 janvier 2018
Domino's Pizza
Portraits robots d’un homme au comportement à risque envers les femmes Par Cynthia Dubé Lundi, 15 janvier 2018
Portraits robots d’un homme au comportement à risque envers les femmes
Le projet CLASS : un atout pour la réussite Par Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke Lundi, 15 janvier 2018
Le projet CLASS : un atout pour la réussite
Ces maladies camouflées Par Rosemarie Lacroix Jeudi, 18 janvier 2018
Ces maladies camouflées
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous