Électro-5
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
 
-3°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
Memphrémagog - journal
ACTUALITÉS
Estrie
Memphrémagog
Culture & Événements
Sports
L'actualité en photos
L'actualité en vidéos
CAHIERS
Affaires & Juridique
Automobiles
Découvertes
Éducation
Famille
Habitation
Mode-Santé-Beauté
Style de vie
Voyages & Gastronomie
Blogue
JOURNAUX LOCAUX
Le Papotin
Radioactif - sept 2017
ACTUALITÉS / Estrie
Elizabeth Nadeau Par Elizabeth Nadeau
enadeau@estrieplus.com

Vendredi, 25 décembre 2015

Terminé, les cloches sans retombées à Sherbrooke!



 Imprimer   Envoyer 

C'est du moins l'objectif derrière les modifications qui seront apportées au règlement no.1 de la Ville de Sherbrooke dans les prochains mois. Les propriétaires de cloches dans lesquelles on dépose ses dons de vêtements devront dorénavant demander un permis à la Ville avant de les installer.

Actuellement, 80 cloches visant à recueillir les dons de vêtements sont dispersées un peu partout sur le territoire de Sherbrooke. Les organismes tels que Récupex et Estrie Aide sonnent l'alarme depuis plusieurs mois, tout comme les différents comptoirs familiaux.

« La Fondation des Œuvres charitables St-Roch m'a interpellée sur le fait que les organismes semblables recevaient de moins en moins de vêtements, en raison du nombre de cloches sur le territoire. À certains endroits, il y en a quatre une à côté de l'autre », explique la conseillère municipale et présidente du comité de développement social et communautaire (CDSC) de la Ville, Diane Délisle.

Dorénavant, seuls les organismes de Sherbrooke ou qui auront clairement démontré que les retombées de leurs bonnes œuvres sont visibles et réelles à Sherbrooke pourront se prémunir d'un permis - payant - pour installer leurs cloches sur le territoire de la municipalité. Il sera donc plus difficile pour les organismes de l'extérieur de proliférer à Sherbrooke.

« On veut oui stopper la prolifération des cloches, mais les citoyens ont aussi une part de responsabilité dans cette lutte, affirme Mme Délisle. C'est important qu'ils prennent le temps de vérifier à qui ils font leurs dons de vêtements si on veut que les cloches étrangères finissent par être retirées par leurs propriétaires. »

Selon Mme Délisle, certaines entreprises ont vu dans la récupération de vêtements une véritable mine dorée.

« Certaines compagnies y ont vu quelque chose de très payant. Ils recueillent les dons et revendent ces vêtements dans les marchés aux puces et même à l'étranger. D'autres s'associent aussi à une cause crédible. Mais seulement 20 000 $ sur les deux millions de recettes sont réellement remis à la cause. Aussi, les cloches de Diabète Estrie, par exemple, ne donnent rien à Sherbrooke. Même Diabète Sherbrooke ne leur est pas associé. »

Autre point important : aucune des cloches actuellement sur le territoire n'aura de droit acquis. Tous les propriétaires devront se doter d'un permis et présenter au Service d'urbanisme de la Ville une lettre du propriétaire du terrain convoité autorisant l'installation d'une cloche sur sa propriété.

« La disparition des cloches indésirables ne se fera pas du jour au lendemain, bien entendu. La meilleure chose à faire pour l'instant, c'est de bien choisir sa cloche lorsqu'on a un don de vêtements à faire. On ose espérer que les citoyens seront de plus en plus informés et conscientisés et qu'ils s'assureront que leurs dons auront des retombées ici, à Sherbrooke. »


Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Des projets d'amélioration, mais aucun nouveau service

Des projets d'amélioration, mais aucun nouveau service
Vol qualifié sur la Wellington Nord

Vol qualifié sur la Wellington Nord
NOS RECOMMANDATIONS
Village des Valeurs: plus de 60 nouveaux emplois

Village des Valeurs: plus de 60 nouveaux emplois
Apprécier quoi, au juste?

Apprécier quoi, au juste?
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Hyundai Sherbrooke - janvier 2018
 
Jessica Mackey, Via L'Attitude
Vendredi, 19 janvier 2018
Manger en pleine conscience

René Dubreuil
Vendredi, 19 janvier 2018
Les nouvelles rondes de René

Guillaume Rousseau
Vendredi, 19 janvier 2018
Réflexion sur l’accès à la justice en matière criminelle

Rosemarie Lacroix
Jeudi, 18 janvier 2018
Ces maladies camouflées

Isabelle Fournier
Jeudi, 18 janvier 2018
Mon ado et les tâches...

Alexandre Dagenais
Jeudi, 18 janvier 2018
La culture de légumes à l’intérieur, c’est possible?

Marianne Therriault
Mercredi, 17 janvier 2018
Faire pousser nos cheveux: pas si facile?

Catherine Côté
Mercredi, 17 janvier 2018
Tendances à surveiller en 2018

Daniel Nadeau
Mercredi, 17 janvier 2018
Histoire et récits : façonner le monde

Royal Lepage Jacinthe Dubé - 4 janvier 2018
Centre de recherche sur le vieillissement du CIUSSS de l’Estrie-CHUS
Un Beer Garden à ciel ouvert au centre-ville de Magog ? Par Cynthia Dubé Mercredi, 17 janvier 2018
Un Beer Garden à ciel ouvert au centre-ville de Magog ?
La culture de légumes à l’intérieur, c’est possible? Par Alexandre Dagenais Jeudi, 18 janvier 2018
La culture de légumes à l’intérieur, c’est possible?
Un projet d’investissement de 11 M $ chez American Biltrite Par Cynthia Dubé Jeudi, 18 janvier 2018
Un projet d’investissement de 11 M $ chez American Biltrite
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous