Remises Gagnon
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
  Erreur de traitement

détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
ACHETEZ EstriePlus.com
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
L'actualité en vidéos
Affaires & juridique
L'actualité en photos
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Ça se passe chez nous!
Blogue
Basta Communication novembre 2018
ACTUALITÉS / Estrie
Sarah Pomar Chiquette Par Sarah Pomar Chiquette
spomarchiquette@estrieplus.com

Samedi, 21 février 2015

Un documentaire sur Raïf Badawi pour illustrer la solidarité à Sherbrooke



 Imprimer   Envoyer 

Les réalisateurs Luc Côté et Patricio Henriquez qui ont commencé le tournage du documentaire sur Raïf Badawi le 20 février dernier souhaitent mettre en image le mouvement de solidarité ressenti à Sherbrooke.

Sherbrooke : une source d'inspiration

Originaire de Sherbrooke, Luc Côté a été inspiré de voir la solidarité unanime des Sherbrookois, des organismes, des élus de la région pour la cause de Raïf Badawi : « je trouve ça extrêmement inspirant et c'est ce qui a motivé mon collègue Patricio Henriquez et moi-même à faire ce film. »

Les réalisateurs sont d'avis que ce documentaire peut être une source d'inspiration pour plusieurs personnes à travers le monde : « on veut présenter cette ville qui se lève pour aider des concitoyens qui viennent de l'extérieur et qui dénonce une situation absurde qui se passe en Arabie Saoudite. Cette mobilisation à Sherbrooke est extraordinaire et elle peut influencer le monde extérieur », soutient M. Côté.

Montrer l'envers du décor

La vie de famille, le soutien de l'entourage, les moments intimes, les peines, les joies, le combat de tous les jours que traversent Ensaf Haidar, ses trois enfants et son entourage seront présentés dans le documentaire.

« Nous allons revenir périodiquement à Sherbrooke pour filmer les événements publics et privés en lien avec Raïf Badawi. Nous allons suivre l'histoire de près pour les semaines, les mois, voire les années à venir. Nous ne mettons rien en scène. Nous sommes là pour accompagner », explique Luc Côté qui a également coréalisé et coproduit avec M. Henriquez le film sur l'emprisonnement d'Omar Kadhr Vous n'aimez pas la vérité : 4 jours à Guantanamo.

« Nous souhaitons faire un traitement différent des médias. Nous voulons avoir un regard autre et montrer l'envers du décor. Par exemple, le 20 février nous avons suivi la famille qui se rendait à la vigile devant l'hôtel de ville. Nous avons vu tout le soutien dont bénéficie la famille. Les enfants ont des grands-mamans sherbrookoises qu'ils visitent régulièrement, ils ont des gardiennes. Ce sont de petits moments qui sont très importants et qui seront filmés pour le documentaire », ajoute le réalisateur sherbrookois.

La liberté d'expression en toile de fond

Bien que pour l'heure rien ne soit déterminé quant au scénario, le thème de la liberté d'expression sera en toile de fond dans le documentaire, affirme M. Côté qui compte également aborder de la question des conditions de vie en Arabie Saoudite. « Nous allons certainement parler de ce qui se passe en Arabie Saoudite, mais nous n'avons pas l'intention de nous rendre », ajoute-t-il.

Raïf Badawi : une image qui fait écho

« C'est bien évidemment en raison de toute l'injustice que vit le blogueur saoudien de 32 ans et de tout ce qui se passe en Arabie Saoudite que nous avons souhaité faire ce documentaire », lance M. Côté

La lutte pour la liberté d'expression a maintenant un visage, soit celle de Raïf Badawi, ce qui donne beaucoup de poids à la cause, estime le réalisateur.

Ce dernier suit le cas de Raïf Badawi depuis plus d'un an. Il a réalisé deux films au sujet du prisonnier d'opinion pour Amnistie Internationale. « Lors des tournages de ces films, je me suis vraiment attaché à la famille : aux enfants qui sont magnifiques et à la femme de Raïf, Ensaf Haidar, qui a un courage et une détermination exemplaire », note-t-il.

Un lien de confiance nécessaire

Il témoigne d'ailleurs du lien de confiance qui s'est établi entre la famille et lui-même : « Dans tous les documentaires, il faut nécessairement établir un lien de confiance et une complicité. Je crois que ce lien avec la famille nous l'avons. Il y a une ouverture pour qu'on réalise ce film. On communique beaucoup, on travaille tous ensemble dans ce projet », poursuit-il.

Convaincus de trouver rapidement un diffuseur, les réalisateurs tournent en ce moment le film à leurs frais : « La demande de financement est un processus de plusieurs mois. Nous avons décidé de commencer rapidement le tournage et de parallèlement commencer les démarches pour financer le film et trouver un diffuseur », a-t-il conclu.


Clinique Supra Santé nov 2018
Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Un parc pour enfants construit à la Maison Aube-Lumière

Un parc pour enfants construit à la Maison Aube-Lumière
Généreux plus que jamais!

Généreux plus que jamais!
NOS RECOMMANDATIONS
Un premier artiste dévoilé pour la Fête du lac des Nations

Un premier artiste dévoilé pour la Fête du lac des Nations
Une révolution pour les maladies neurodégénératives

Une révolution pour les maladies neurodégénératives
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Fondation Rock-Guertin - Collectes de denrées 2018
Inscription Infolettre EstriePlus.com
Les spécialistes de l'électroménager decembre 2018
 
Alexis Jacques
Mardi, 11 décembre 2018
Le charme parisien

Cégep de Sherbrooke
Lundi, 10 décembre 2018
Cégep de Sherbrooke : s’adapter au changement

François Fouquet
Lundi, 10 décembre 2018
L’esprit des Fêtes… ou les esprits de Fêtes!

Marie-Soleil Samson, B.Sc., ND. A.
Vendredi, 7 décembre 2018
Refrain de Noël: «tous les soirs, ce besoin de boire» en version plus santé!

Jacinthe Dubé 29 nov 2018
Clinique Supra Santé nov 2018
Nouvelle expérience immersive pour le vélo Par Vincent Lambert Vendredi, 7 décembre 2018
Nouvelle expérience immersive pour le vélo
Mort suspecte d'une femme à Brompton Par Vincent Lambert Mardi, 4 décembre 2018
Mort suspecte d'une femme à Brompton
Une Sherbrookoise victime d’une fraude de 6000 $ Par Vincent Lambert Jeudi, 6 décembre 2018
Une Sherbrookoise victime d’une fraude de 6000 $
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous