Sherbrooke Auto Occasion
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
 
2°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
Memphrémagog - journal
ACTUALITÉS
Estrie
Memphrémagog
Ça se passe en Estrie
Culture & Événements
Sports
L'actualité en photos
L'actualité en vidéos
A.R.Turgeon Portes - Fenêtres - Rénovations
ACTUALITÉS / Estrie
Vincent Lambert Par Vincent Lambert
vlambert@estrieplus.com

Vendredi, 18 novembre 2016

Encore un dur coup pour le Centre jeunesse de l’Estrie



 Imprimer   Envoyer 
Le Conseil central des syndicats nationaux de l’Estrie (CSN) dénonce ces nouvelles coupures. Sur la photo, Laurent-Paul Maheu, Denis Beaudin et Alexandre Simoneau.

Le Conseil central des syndicats nationaux de l'Estrie (CSN) déplore depuis 2014 les nombreuses coupures du gouvernement et du ministre de la Santé Gaétan Barrette. Cette semaine, le Syndicat du personnel du Centre jeunesse de l'Estrie (SPCE)- CSN a appris que le CIUSSS de l'Estrie -CHUS fermerait le service alimentaire du Centre jeunesse de l'Estrie.

«C'est pour nous une autre nouvelle accablante pour différentes raisons», explique Denis Beaudin, président du CSN. «C'est depuis la fin 2013 que je me demande quand est-ce que ça va s'arrêter! Aujourd‘hui, je commence à me demander si ça va s'arrêter avant qu'ils aient complètement détruit notre système public et notre système de santé et services sociaux. Est-ce que ça va s'arrêter avant de ne plus avoir de filet social?», ajoute-t-il.

L'abolition du service alimentaire du Centre jeunesse de l'Estrie laisserait place à un principe de «popote roulante» desservi par le CHUS de Fleurimont ou l'Hôtel-Dieu. Pour Alexandre Simoneau, vice-président du SPCJE-CSN, cette restructuration est toute sauf positive et elle sème plusieurs inquiétudes.

«Il y a plusieurs impacts au niveau de l'opérationnalisation. Il y a plusieurs impondérables pour le Centre jeunesse et de réadaptation. On a des jeunes qu'on accueille à la dernière minute et d'autres qui peuvent revenir d'une fugue de plusieurs semaines. Il faudrait donc s'adapter au service de livraison hospitalier. Il va falloir attendre des délais de livraison pour la nourriture de nos jeunes. Il peut aussi y avoir des erreurs ou des oublis de commande», signale-t-il.

L'impact le plus important se fera sentir sir celui du dossier clinique auprès de la clientèle. «Présentement, on a la chance d'avoir une cuisine au Centre jeunesse qui s'adapte à notre clientèle et de pouvoir faire des activités auprès des jeunes. On a de très grands doutes à savoir si le milieu hospitalier pourra s'adapter à notre clientèle», fait valoir M. Simoneau.

Par année, une dizaine de jeunes réalisent des stages ou des travaux communautaires au Centre jeunesse, car «ils ne sont pas aptes à en faire ailleurs». La cuisine du Centre de jeunesse aidait les jeunes à réaliser les stages, par exemple.

Pour M. Simoneau, c'est un non-sens d'envoyer sa clientèle en milieu hospitalier pour accomplir les tâches. «On a des jeunes en troubles d'attention et d'angoisse et on va les envoyer en milieu hospitalier faire du bénévolat! C'est la clientèle qui va payer. Au Centre jeunesse, on essaie de normaliser les jeunes avec entre autres une diététicienne qui les suit», insiste le vice-président.

Une aide pour la réinsertion sociale

Cette restructuration ne serait pas bonne pour la réinsertion sociale des jeunes, selon Louis-Paul Maheux, vice-président régional de la Fédération de la santé et des services sociaux-CSN (FSSS-CSN). «Si on coupe tout ça, on va complexifier ce défi-là, soit la réinsertion des jeunes. On ne comprend pas la position de l'employeur de vouloir sauver de l'argent. Rien n'est démontré. Le Centre jeunesse peut faire des sous parce que des gens vont manger-là, etc. Il faut travailler à ce que les jeunes réintègrent la société. On doit maintenir la cuisine pour tout ce que ça apporte pour les jeunes», juge M. Maheux.

«La commande est toujours la même, il faut demander un moratoire pour que cesse toutes ces coupures avant qu'il soit trop tard. Notre réseau de santé et de services sociaux doit être au service de la population et non au service du budget provincial», termine M. Beaudin.

Cette restructuration pourrait engendrer une perte d'environ cinq emplois et plusieurs postes pourraient être précaires ou incertains.


Centre de développement athlétique Badmofo Methods
Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Finissants: un nombre record historique pour l’UdeS

Finissants: un nombre record historique pour l’UdeS
Agrile du frêne: Sherbrooke plus touchée que prévu

Agrile du frêne: Sherbrooke plus touchée que prévu
NOS RECOMMANDATIONS
Finissants: un nombre record historique pour l’UdeS

Finissants: un nombre record historique pour l’UdeS
Le plus gros événement de hockey-balle en ville

Le plus gros événement de hockey-balle en ville
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

A.R.Turgeon Portes - Fenêtres - Rénovations
Inscription Infolettre EstriePlus.com
Hyundai Sherbrooke
 
APCHQ Estrie
Lundi, 24 septembre 2018
Vieilles fenêtres : on les change ou on les répare?

Pierre-Olivier Pinard, B.sc. CFMP
Vendredi, 21 septembre 2018
Mythes et réalités (partie 2)

Me Michel Joncas
Jeudi, 20 septembre 2018
Bière et tout-terrain

Jacinthe Dubé
Centre de développement athlétique Badmofo Methods
Jacques Rougeau et les élections… Par François Fouquet Lundi, 17 septembre 2018
Jacques Rougeau et les élections…
Le hockey, de père en fils Par Vincent Lambert Jeudi, 20 septembre 2018
Le hockey, de père en fils
Un circuit à vélo de niveau international entre Montréal et Sherbrooke Par Cynthia Dubé Mercredi, 19 septembre 2018
Un circuit à vélo de niveau international entre Montréal et Sherbrooke
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous