Sykes Sherbrooke ICT Canada Marketing
BlackMarketEstrie

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
 
16°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
ACHETEZ EstriePlus.com
ACTUALITÉS
Estrie
Culture & Événements
Sports
L'actualité en photos
L'actualité en vidéos
CAHIERS
Affaires & Juridique
Automobiles
Famille
Habitation
Mode-Santé-Beauté
Style de vie
Voyages & Gastronomie
JOURNAUX LOCAUX
Le Papotin
Journal Haut-Saint-François
ACHETEZ EstriePlus.com
MARCHÉ DE SOIR - Comptonales 2017
ACTUALITÉS / Estrie
Vincent Lambert Par Vincent Lambert
vlambert@estrieplus.com

Mercredi, 19 avril 2017

Incapacité de négocier: les CPE passent à l’action



 Imprimer   Envoyer 
Denis Beaudin, président du Conseil central des syndicats nationaux de l’Estrie - CSN (CCSNE), Stéphanie Vachon, présidente du syndicat des travailleuses et travailleurs des centres de la petite enfance de l'Estrie-CSN et Laurent-Paul Maheux, vice-président régional de la FSSS-CSN, souhaitent que l'APNCPE retourne à la table des négociations.

Plus de 3 500 travailleuses de 133 CPE de l'Estrie, de la Montérégie, de Laval et du Centre-du-Québec ont décidé de passer à l'action, de se faire entendre par des actions de visibilité. Incapables de renouveler leur convention collective, plusieurs CPE souhaitent que l'Association patronale nationale des centres de la petite enfance (APNCPE) retourne à la table des négociations.

La convention collective de plus de 3 500 travailleuses de 133 CPE au Québec est échue depuis le 31 mars 2015. Bien que le Syndicat des travailleuses et des travailleurs des centres de la petite enfance de l'Estrie-CSN (STTCPEE-CSN) souhaite négocier, il est devant une impasse : l'APNCPE, qui regroupe le tiers des 400 CPE syndiqués à la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN), refuse de retourner à la table nationale de négociation.

« On dénonce l'impasse devant laquelle les travailleuses sont, explique Stéphanie Vachon, présidente du Syndicat des travailleuses et des travailleurs des centres de la petite enfance de l'Estrie-CSN (STTCPEE-CSN). On est incapable de négocier une nouvelle convention collective. L'APNCPE refuse de s'asseoir à la table des négociations nationale, donc avec le ministère, qui est le principal bailleur de fonds. Les négociations sont échues depuis décembre dernier », ajoute-t-elle.

Rappelons que l'APNCPE s'était présentée à la table des négociations, et elle a décidé de se retirer en cours de route. Depuis, aucun débouché s'est illustré, explique Mme Vachon. « On ne peut pas accepter que nos travailleuses se retrouvent dans des conditions d'infériorité par rapport aux autres travailleuses du Québec avec des salaires moindres et des vacances moindres, insiste-t-elle. On ne sait pas l'intention de l'APNCPE en choisissant de se retirer de la table nationale. La table nationale, c'est là où tout ce qui est monétaire est décidé », soutient Mme Vachon.

Plusieurs moyens de manifestations

Afin de se faire entendre, bon nombre de travailleuses useront de moyens de manifestations. En effet, elles miseront sur des actions de visibilité : autocollant, logo, affiches, etc.

« Ça va aller en crescendo, précise Mme Vachon. On a des manifestations qui s'en viennent. On ne peut pas tolérer cette situation. En Estrie, l'APNCPE représente 14 CPE. Pour nous, c'est 300 travailleuses qui sont sans négociations. Dans notre syndicat, on a 18 autres CPE qui sont présentement en négociation, dont l'employeur fait partie d'une autre association patronale en Estrie où les négociations vont bon train », note-t-elle.

Le but pour le STTCPEE-CSN est de retourner à la table des négociations avec l'APNCPE pour que les travailleuses aient les mêmes conditions de travail que le reste des travailleuses d'autres associations du Québec.

Un recours judiciaire avait eu lieu contre la FSSS-CSN de la part de l'APNCPE l'automne dernier. La raison : une plainte de mauvaise foi devant le Tribunal administratif du travail (TAT). La seule demande du STTCPE-CSN est que cette association retourne à la table des négociations avec le ministère.

« Ce qui est en jeu ici, c'est le maintien, l'amélioration et l'uniformisation des conditions de travail qui contribuent à stabiliser la main-d'œuvre et à offrir un haut niveau de compétence et de savoir-faire », explique Laurent-Paul Maheux, vice-président régional de la FSSS-CSN.

Pour Denis Beaudin, président du Conseil central des syndicats nationaux de l'Estrie-CSN (CCSNE), « nous allons apporter tout l'appui nécessaire aux travailleuses et aux travailleurs des CPE membres de cette association patronale. À moins d'un changement dans sa position, l'APNCPE va nous trouver sur son chemin ».


Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Un homme menace de mort son ex-conjointe avec une carabine

Un homme menace de mort son ex-conjointe avec une carabine
Pas de grandes chaleurs pour l’automne

Pas de grandes chaleurs pour l’automne
NOS RECOMMANDATIONS
Ça sent les élections !

Ça sent les élections !
Près de 1 300 jeunes porteront les couleurs du Phoenix

Près de 1 300 jeunes porteront les couleurs du Phoenix
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

ACHETEZ EstriePlus.com
ACHETEZ EstriePlus.com
Radio Canada - radio du matin
 
François Fouquet
Lundi, 18 septembre 2017
Plus il y a de lois, moins il y a de jugement…

Coop d’Alentour
Lundi, 18 septembre 2017
Le retour du vrac !

Anne Vaillancourt
Vendredi, 15 septembre 2017
#vindredi : à la bonne température!

René Dubreuil
Vendredi, 15 septembre 2017
Les nouvelles rondes de René

Sylvie L. Bergeron
Vendredi, 15 septembre 2017
Ça sent les élections !

Jessica Mackey, Via L'Attitude
Vendredi, 15 septembre 2017
Les choux : les mal-aimés que l’on devrait apprendre à aimer

Royal Lepage Jacinthe Dubé - 27 juillet 2017
ACHETEZ EstriePlus.com
Cure de rajeunissement pour les Promenades King Par Cynthia Dubé Mardi, 12 septembre 2017
Cure de rajeunissement pour les Promenades King
Loto-Québec : un autre gagnant à Sherbrooke Par Cynthia Dubé Mardi, 12 septembre 2017
Loto-Québec : un autre gagnant à Sherbrooke
Près de 1 300 jeunes porteront les couleurs du Phoenix Par Vincent Lambert Mardi, 12 septembre 2017
Près de 1 300 jeunes porteront les couleurs du Phoenix

Appellez-nous dès maintenant
1 866 528.9886
  • Connexion Internet
  • Forfait Internet et téléphonie
  • Hébergement site Web
  • Hébergement serveur
  • 2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous