Matelas Houde - Base
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
 
10°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
  La circulation est maintenant rétablie sur l’autoroute 10 Ouest à la hauteur de la sortie 118 à Magog.
 
Memphrémagog - journal
ACTUALITÉS
Estrie
Memphrémagog
Culture & Événements
Sports
L'actualité en photos
L'actualité en vidéos
CAHIERS
Affaires & Juridique
Automobiles
Découvertes
Éducation
Famille
Habitation
Mode-Santé-Beauté
Style de vie
Voyages & Gastronomie
Blogue
JOURNAUX LOCAUX
Le Papotin
Coopérative Funéraire de l'Estrie - 21 février 2018
ACTUALITÉS / Estrie
Elizabeth Nadeau Par Elizabeth Nadeau
enadeau@estrieplus.com

Jeudi, 28 janvier 2016

Le pompage de freins, plus dangereux qu’autre chose!



 Imprimer   Envoyer 

Le pilote professionnel Carl Nadeau était de passage à Sherbrooke cette semaine pour enseigner à quelques chanceux les bases de la conduite hivernale et affirmer que le pompage des freins est maintenant chose du passé... sauf bien sûr, si on veut se retrouver dans le clos!

Carl Nadeau est passé par Chicoutimi, Québec, Sherbrooke et terminera sa tournée de promotion du nouveau Outlander de Mitsubishi Motors à Brossard. En même temps, il en profite pour donner des cours de conduite hivernale et défaire plusieurs mythes à ce sujet, dont celui du pompage des freins.

« C'est le mythe le plus grave que j'entends, affirme Carl Nadeau. Si tu veux allonger tes distances de freinage, c'est une bonne méthode! Mais si tu ne veux pas te planter, c'est la mauvaise méthode. Tout est une question de transfert de poids. »

Comme l'explique le pilote, un freinage transfère le poids du véhicule vers l'avant et maximise l'adhérence à la route. En relevant le pied en tentant de pomper les freins, le véhicule perd cette adhérence. C'est le cas pour tous les véhicules qui sont munis de freins ABS. Pour les voitures qui n'en n'ont pas, Carl Nadeau suggère de freiner tranquillement, puis plus fort et de tenir le véhicule à la limite des roues qui se barrent pour que le poids du véhicule se reste à l'avant.

Combien existe-t-il de manières différentes de prendre le clos?
« Des tonnes!, rigole le pilote. Tout d'abord, la vision. À Montréal, on dira qu'on veut éviter les trous dans les rues et ailleurs, on aura toujours une autre bonne raison pour regarder la route de trop près. Einstein ou pas, le cerveau a une certaine capacité d'analyse de l'information. »

Selon lui, plus on regarde de près la route, moins on a de temps pour analyser les bribes d'information dont il est bombardé.

« En relevant les yeux et en regardant bien au-delà de son véhicule, l'information est mieux analysée et tu as, par exemple, le temps de voir les reflets de la glace noire sur l'asphalte. Comme on ne peut jamais être bien certain que ça en est avant d'arriver dessus, c'est mieux d'arriver à 80 kilomètres à l'heure qu'à 120. »

Autre truc : éviter de s'agripper au volant lorsqu'un stress survient sur la route.

« Bien des gens me disent que dans des conditions désastreuses, le seul moyen d'être en sécurité est de bien serrer son volant. Malheureusement, s'il n'y a plus de sensations dans vos bras, vous ne sentirez pas les changements entre vos pneus et la route. Usez de douceur! »

Et finalement : « Ne jamais faire confiance au fait qu'on connaît la route, recommande le pilote. L'été à 35 degrés, à 0 degrés avec risque de glace noire et à moins 35 degrés, les conditions sont toujours différentes. »

L'hiver comme l'été, l'important, c'est la base
Bien des gens pensent qu'il y a une conduite d'hiver et une conduite d'été, mais il y a une base qui ne doit jamais différer d'une saison à une autre selon Carl Nadeau.

« La bonne position de conduite est sacrée, tout comme prendre le temps de bien ajuster ses miroirs. On doit avancer le siège suffisamment pour que lors d'une manœuvre de freinage intense, la jambe ne soit jamais en extension complète. On ne doit pas avoir à perdre des fractions de secondes précieuses à allonger la jambe et se tourner la hanche pour arriver au fond. C'est la différence entre freiner avec une goutte de sueur sur le front et embrasser le derrière d'un camion. »

Les deux mains sur le volant, le pied gauche qui repose toujours sur le repose pied. De cette façon, le bassin reste bien en place et la ceinture maintien les épaules bien droite. Finalement, on doit relever le dossier suffisamment pour que les épaules soient complètement appuyées sur le banc. Pour évaluer votre positon : si vous étirez un bras et que votre poignet arrive au-dessus du volant, vous êtes bien positionné.

Carl Nadeau, en vrac
Les cours de conduite obligatoires?
« C'est correct comme mesure, mais ce qui m'attriste et qui m'inquiète, c'est que dans la plupart des écoles de conduite, les instructeurs sont ordinaires, et c'est un terme poli. Ce n'est pas parce que ça fait 25 ans que tu conduis que tu es un bon conducteur ou que tu enseignes les bonnes informations. Certaines écoles prônent de se placer le plus loin possible du volant, qu'en cas de collision les coussins gonflables feront moins mal. La seule certitude, c'est qu'il y aura une collision à cause d'une mauvaise position. Et les mains à 10 h10, c'est n'importe quoi! Tous les fabricants d'automobiles font des trous de pouces à 9 h15, comme dans toutes les voitures de course aussi. Ils enseignent le 10 h10 comme compromis : les mains sont plus près l'une de l'autre, mais elle limite considérablement le mouvement des coudes s'il arrive quelque chose. »

La pire route au Québec?
« Pendant longtemps, c'était le parc des Laurentides, qui était excessivement dangereux. Heureusement, ils ont divisé les voies. Mais je suis encore triste de l'ingéniosité de ces personnes qui créent des virages serrés sur Henri IV à Québec. Il y a un virage incliné vers le mauvais côté et qui pousse le véhicule vers l'extérieur, donc dans le muret. Ces miracles de l'ingénierie me font un peu perdre confiance en l'être humain », rigole le pilote.

Petite voiture ou SUV?
« Les sous-compactes ne coûtent pas cher, consomment moins, mais ce poids réduit est le fruit de compromis. Dans les SUV, il y a plus de coussins gonflables, de technologies. Par contre, ils donnent un faux sentiment de sécurité à cause de la traction au démarrage. Mais il y a un principe qui s'appelle la physique et qui rattrape tôt ou tard : si tu roules à 100 km/h et que tu dois freiner, au bout de la ligne, la sous-compacte de 2500 lbs s'arrêtera plus vite que le SUV de 4500 lbs. On se sent invincibles, mais un jour, on devra freiner. »

Ce qui l'énerve
« Les gens qui n'utilisent pas leur clignotant. Pour moi, c'est un manque de respect profond pour les autres. Les gens disent « moi je sais où je m'en vais et je ne vois personne ». Admettons qu'on a mal vu, qu'on n'avertis personne de nos intentions de changer de voie, on crée nous-même un risque de collision. Non seulement utiliser les clignotants est un respect élémentaire envers les autres, mais c'est aussi plus sécuritaire. »

Ce qui l'énerve, prise 2
« La maudite voie de gauche. En Allemagne, tu peux presque marcher sur la voie de gauche parce que les gens ne l'empruntent réellement que pour dépasser et se replacent tout de suite dans une voie de circulation. Au Québec, on veut jouer les policiers et on roule 90 dans la voie de gauche pour écœurer les autres conducteurs. Et quand on se fait klaxonner, on freine. Mais il y a une raison pourquoi on s'est fait klaxonner! La rage au volant, moi, je la vois d'une façon tout à fait différente : il y des épais qui causent la rage au volant, et il y a des gens qui réagissent à ces épais-là. Je n'ai pas acheté la route, alors si quelqu'un arrive plus vite que moi, je me tasse », conclut-il.


Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Retourner à l’école à 42 ans, malgré le succès en affaires

Retourner à l’école à 42 ans, malgré le succès en affaires
Les professionnels dénonceront leur surcharge de travail

Les professionnels dénonceront leur surcharge de travail
NOS RECOMMANDATIONS
Plus de 120 nouveaux emplois chez Nordia Sherbrooke

Plus de 120 nouveaux emplois chez Nordia Sherbrooke
Jouvence : un employé agressé physiquement par un client

Jouvence : un employé agressé physiquement par un client
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Gestion Financière JLR février mars 2018
 
Daniel Nadeau
Mercredi, 21 février 2018
Le legs de Justin

William Lafleur
Mercredi, 21 février 2018
Ne tourne pas les coins ronds, mais assoupli tes attentes

Isabelle Perron
Mercredi, 21 février 2018
Écoute-moi !!!

Léandre Lachance
Mardi, 20 février 2018
La table à cinq pattes

François Fouquet
Lundi, 19 février 2018
Photo des Jeux

Guillaume Rousseau
Lundi, 19 février 2018
Quelques aspects juridiques entourant la question autochtone

Royal Lepage Jacinthe Dubé - 4 janvier 2018
Hyundai Sherbrooke - fevrier 2018
Mort d’un piéton : le chauffard était connu des policiers Par Cynthia Dubé Lundi, 19 février 2018
Mort d’un piéton : le chauffard était connu des policiers
Petit guide pour se composer une garde-robe bien équilibrée! Par Catherine Côté Mercredi, 14 février 2018
Petit guide pour se composer une garde-robe bien équilibrée!
Jean-Marc Rozon raconte les Olympiques d’hier et d’aujourd’hui Par Vincent Lambert Mercredi, 14 février 2018
Jean-Marc Rozon raconte les Olympiques d’hier et d’aujourd’hui
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous