magasingeneral.com
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Contactez-nous        
 
4°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
Memphrémagog - journal
Journal Le Haut-Saint-François
La une
Actualité
Art et Culture
Cahiers Spéciaux
Sports
Opinions
Dates de parution
Contactez-nous
Facebook
Agenda
Golf et Académie Longchamp inc.
JOURNAL LE HAUT-SAINT-FRANÇOIS / La une
Jean-Claude Vézina Par Jean-Claude Vézina
info@journalhsf.com

Mercredi, 20 mai 2015

Un mélange mortel à la Cité-école Louis-Saint-Laurent



 Imprimer   Envoyer 

Trois étudiants de la Cité-école Louis-Saint-Laurent, à l'aube de leur majorité, décident d'aller veiller après avoir consommé de l'alcool, le quatrième ne monte pas dans l'auto, il considère que le conducteur est trop saoul. Tout en conduisant, le jeune garçon, qui vient d'obtenir son permis, envoie un texto fatal. La collision scelle le sort de quatre personnes... Pour une deuxième fois, une simulation d'accident a été présentée aux élèves de 5e secondaire et à ceux de la Formation professionnelle et de la Formation générale aux adultes. Elle s'est tenue à l'aréna Robert-Fournier d'East Angus. Les organisateurs souhaitaient sensibiliser les adolescents à ces dangers avant le bal des finissants.

Préparé de longue main grâce à la collaboration de la Cité-école, de son conseil d'établissement, de la Ville de East Angus, de la Sûreté du Québec de la MRC du Haut-Saint-François, du service des incendies de la ville et des Ambulances de l'Estrie, le scénario a été exécuté de main de maître. Une quinzaine d'acteurs, étudiants et professionnels dans leur domaine ont joué la tragédie qui a ému les quelque 75 personnes de l'assistance.

Après la projection de messages de la Société de l'assurance automobile du Québec, les spectateurs ont visionné le film intitulé Hymne à la honte. Celui-ci s'est enchaîné en temps réel sur la scène de l'accident où on voyait deux autos entrer en collision. Chauffeur éjecté, les amis emprisonnés dans la carcasse de l'autre véhicule contribuaient au réalisme de la mise en situation. Paniqué après avoir réalisé que l'utilisation de son cellulaire jumelé à l'alcool venait de détruire leur futur, Vincent Dodier, dans le rôle du coupable, était convaincant.

Ce dernier lance un appel au secours au 911. La Sûreté du Québec du HSF arrive en premier sur les lieux de l'accident. Le lieutenant Jocelyn Rose, directeur de la SQ, après une rapide constatation, demande l'intervention des ambulanciers de l'Estrie, avec Vincent Pilette et des sapeurs-pompiers d'East Angus, dirigés par Bertrand Fortin. Tous ces premiers répondants, forts d'une longue expérience, se sont empressés d'appliquer les procédures de premiers soins et de désincarcérer avec les outils spécialisés, les prisonniers de l'auto. Malgré des tentatives de réanimation pratiquées en milieu restreint, les intervenants n'ont pu qu'accepter la mort du passager avant, incarné par Christopher Talbot-Sicard. À l'arrière, paniquée et souffrant de lacérations multiples, Bianka Labrecque tenait le rôle de la jeune fille traumatisée par le drame.

Retour à l'écran, les spectateurs voient le lieutenant Rose frappé à la porte des parents de l'adolescent décédé, moment de grande intensité, s'il en est un. Se poursuit sur le lieu de l'accident l'entretien du chauffard avec le policier qui vérifie son taux d'alcool qui dépasse largement la norme prescrite. Les menottes aux poignets, le fautif monte dans l'auto-patrouille, hanté par ce qui vient de se passer et présumant que son geste lui vaudra un emprisonnement.

Le lieutenant Rose aime cette expérience de simulation. « Je me gâte », avance-t-il, faisant allusion à l'œuvre éducative à laquelle il participe. Il rappelle que parmi les modifications imposées par le ministère des Transports, il y a la perte de 4 points d'inaptitude pour conduite en état d'ébriété. Pour les jeunes, cela signifie le retrait du permis de conduire puisqu'ils n'en ont que 4 à leur dossier. Son expérience lui a appris que les nouveaux automobilistes oublient souvent de porter la ceinture et que, peu inexpérimentés, ils roulent trop vite. Malgré les campagnes de sensibilisation, l'alcool au volant et l'envoi de textos autant chez les adultes que les adolescents perdurent. Pour compléter la journée, tous se sont rassemblés à l'auditorium Serge-Poirier pour un débriefing.

Renée Montgrain, présidente du conseil d'établissement de la Cité-école, a perdu un frère en 1987. Motivée, elle s'est investie dans la préparation de l'évènement. Remuée par le réalisme, elle confie qu'elle souhaiterait que la MRC s'unisse aux différents intervenants pour une prochaine simulation. Le fait d'avoir dégagé le lieutenant Rose pour la demi-journée est fort apprécié cependant. « J'aimerais que la MRC se joigne à nous dans deux ans pour la reprise de cette activité dont le coût est évalué à quelque 10 000 $. C'est une expérience à répéter », mentionne-t-elle.

Vincent, Bianka et Christopher ont pris plaisir à jouer les rôles qui leur ont été attribués. Un peu coincés dans leur maquillage solidifié, ils ont pris la parole pour inciter leurs amis à la prudence lors du bal des finissants qui aura lieu sous peu. « C'est mieux qu'on fasse ça ici plutôt qu'en réel », lance Vincent appuyé en cela par ses comparses de scène. « C'est beau faire le party, mais se faire pincer par la police dans un vrai accident, c'est pas drôle », estime Christopher. Pour sa part, Bianka précise que « c'est quelque chose à réaliser une journée comme ça », présumant que la réalité doit être terrible à vivre.
Christine Cragg, directrice de la Cité-école, reconnaît le bien-fondé d'une telle mise en scène. Elle remercie chaleureusement tous ceux qui ont permis la réalisation de ce scénario. Elle souhaite de tout cœur que ces moments restent gravés dans la tête des jeunes, spécialement pour le soir du bal des finissants, occasion où le cœur à la fête, quelques-uns oublient d'être raisonnables.


  CONSULTER L'ALBUM PHOTO
Centre de développement athlétique Badmofo Methods
Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Les familles seront à l’honneur en mai

Les familles seront à l’honneur en mai
Justin au pays de l’or noir

Justin au pays de l’or noir
NOS RECOMMANDATIONS
Meurtre au Jardins de Ville: la victime dévoilée

Meurtre au Jardins de Ville: la victime dévoilée
Un Coaticookois coupable de maltraitance sur ses trois animaux

Un Coaticookois coupable de maltraitance sur ses trois animaux
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Golf et Académie Longchamp inc. 2018
 
Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke
Lundi, 21 mai 2018
Le choix de votre profil à l'école secondaire du Triolet

Marie-Soleil Samson, B.Sc., ND.,K.in
Lundi, 21 mai 2018
Avez-vous pensé à votre silhouette pour cet été ?

Pierre-Olivier Pinard, B.sc. CFMP
Vendredi, 18 mai 2018
Les côtés sombres et souvent bien cachés de l’alcool

René Dubreuil
Vendredi, 18 mai 2018
Les nouvelles rondes de René

Me Karine Bourassa
Jeudi, 17 mai 2018
La mise en demeure : qu’est-ce que c’est?

Béatrice Dupont-Chartier
Jeudi, 17 mai 2018
La pression omniprésente dans nos vies

Club de Golf de Sherbrooke
André L’Espérance passe le flambeau et prend sa retraite Par Cynthia Dubé Mardi, 15 mai 2018
André L’Espérance passe le flambeau et prend sa retraite
Métier : chef passionnée, tenace et talentueuse Par Cynthia Dubé Lundi, 14 mai 2018
Métier : chef passionnée, tenace et talentueuse
Un Coaticookois coupable de maltraitance sur ses trois animaux Par Cynthia Dubé Mardi, 15 mai 2018
Un Coaticookois coupable de maltraitance sur ses trois animaux
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous