Électro-5
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
 
4°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
  La mère de Félix Desautels-Poirier remercie tous ceux qui ont envoyé des messages d'encouragement à la famille.
 
ACHETEZ EstriePlus.com
ACTUALITÉS
Estrie
Culture & Événements
Sports
L'actualité en photos
L'actualité en vidéos
CAHIERS
Automobiles
Habitation
Mode-Santé-Beauté
Voyages & Gastronomie
Affaires & Juridique
Famille
Style de vie
Éducation
Blogue
JOURNAUX LOCAUX
Le Papotin
Matelas Houde - Black Friday 2017
ACTUALITÉS / Estrie
Louis Charland Par Louis Charland

Jeudi, 8 juin 2017

«Un maudit bon gars!»


Questions-réponses avec Christian Fréchette

 Imprimer   Envoyer 
Louis Charland, président du journal EstriePlus.com et ancien propriétaire du Da Toni a rencontré Christian Fréchette, actuel propriétaire du populaire restaurant italien et gagnant du Cochon d'or, dans le cadre de l'événement Sherbrooke t'en bouche un coin, qui se déroule ce week-end, au parc Jacques-Cartier.

En lisant le nom de Christian Fréchette dans une publication sur EstriePlus.com concernant sa victoire au concours culinaire Cuisinez Cochon-Sherbrooke t'en bouche un coin, j'ai eu l'idée pour ma deuxième chronique de lui faire un petit clin d'oeil !

Christian, avec qui j'ai eu le plaisir de travailler lorsque j'étais propriétaire du Da Toni, avec Toni Spataro (que je salue en passant), était comme un partenaire pour nous; fiable, professionnel et surtout à l'écoute des conseils. Et que dire de sa volonté d'apprendre!

Christian, je tiens à te féliciter d'avoir su, avec ta ténacité et ton professionnalisme, passer de cuisinier à chef avec brio! Ton implication sociale et ta contribution à valoriser le métier de chef dans la région ont fait de toi un exemple à suivre. Pour permettre aux gens de mieux te connaître, j'ai quelques questions pour toi.

Tu es un passionné de gastronomie, pas de doute, mais enfant et adolescent, faisais-tu la cuisine? Le premier plat que tu as concocté?

«Très jeune, j'avais de la graine d'entrepreneur. À l'âge de dix ans, je me souviens d'avoir organisé, avec un de mes amis, un souper trois services pour nos parents. On avait décoré la pièce comme un restaurant, on avait cuisiné une entrée, un plat et un dessert. Ce n'était pas de la haute gastronomie, c'était la sauce à spaghetti de ma mère, une petite salade et une brochette de guimauves.»

Quand as-tu su que tu voulais devenir chef?

«À 15 ans, j'ai commencé à travailler chez Louis Luncheonette. C'est à ce moment- là que j'ai compris que j'aimais vraiment faire la cuisine, parce que quand j'allais travailler les week-ends, ce n'était jamais un fardeau. J'allais m'amuser! J'ai essayé d'autres choses à l'école; j'ai étudié entre autres en soins infirmiers au cégep, mais c'était toujours les restaurants qui m'intéressaient. J'ai donc décidé d'aller faire un DEP en cuisine. Deux semaines après le début de mon DEP j'ai été engagé au Manoir Hovey. Rolland Ménard, le chef, m'a vraiment donné la piqure de la fine cuisine.»

Quels sont les chefs qui t'ont le plus inspiré ou influencé?

«Rolland Ménard, qui m'a donné ma première chance. Après le Manoir Hovey, j'ai été sous-chef à la Falaise Saint-Michel et Patrick Laignel a été mon mentor. Le premier poste de chef que j'ai eu a été à L'arlequin. C'est là que je t'ai rencontré (Louis). Par la suite, j'ai été engagé au Da Toni. Le chef Toni Spataro a été mon troisième mentor. Lui, il m'a donné la piqure de la cuisine italienne, avec tous les classiques. Depuis 1969, nous avons les mêmes recettes traditionnelles. Rien n'a changé.»

Quelle est ta cuisine préférée à l'exception de la cuisine italienne?

«Je dirais tout ce qui est asiatique et indien, à cause des épices, des saveurs. C'est différent aussi de ce que j'ai cuisiné toute ma vie.»

Comment définis-tu TA cuisine?

«Comme une cuisine savoureuse. Ce que je recherche en tout premier lieu, c'est les saveurs. C'est aussi une cuisine très actuelle; aujourd'hui, avec tous les produits du terroir disponibles, j'essaie d'en mettre dans chacun de mes menus. Je fais partie des Chefs créateurs des Cantons-de-l'Est, alors c'est important pour moi. Je travaille avec de petits fournisseurs de la région.»

Qu'est-ce que la surmédiatisation et la starification du métier de chef qu'on connait de nos jours a changé dans le milieu de la cuisine?

«Il y a du bon et du mauvais dans tout ça. C'est bon dans le sens que notre métier est plus reconnu qu'avant. En Europe, les chefs sont reconnus depuis longtemps, mais ici c'est nouveau. Je me souviens que quand j'ai commencé à faire mon cour de cuisine, j'étais gêné de le dire à mon père, qui lui était directeur en informatique au Cégep de Sherbrooke! Ce n'était pas valorisé. Par contre, le bémol de la surmédiatisation, c'est que les jeunes s'imaginent qu'ils seront des stars de la télé dès leur sortie de l'école. Lorsque les jeunes arrivent dans le métier, ils reçoivent une gifle en pleine face. Ils voient la triste réalité; tu fais de la plonge, tu as chaud, tu travailles sous pression, tu travailles lorsque tout le monde est en congé et tu ne fais pas des millions avec ce métier-là! La télé, ce n'est pas la réalité.»

Quel est ton plus grand rêve professionnel?

«C'est la pérennité du restaurant. J'aimerais pouvoir un jour me tasser en sachant que ce que j'ai enseigné à Mathieu, mon chef, puisse faire une trainée et qu'il soit encore meilleur que moi un jour. J'aimerais avoir un restaurant outre-mer. Je me vois bien au Costa Rica! C'est mon rêve le plus farfelu. Évidemment, je voudrais que le restaurant de Sherbrooke continue à rouler! »

En conclusion, quel est ton restaurant favori à Sherbrooke, à l'exception de Da Toni, évidemment?  

«Le Shalimar, à Lennoxville. C'est tellement goûteux! J'en ai fait des restaurants indiens au Québec, mais c'est ce restaurant le meilleur.»

 

 


Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Kanak inspire une dizaine d’autres corps de police

Kanak inspire une dizaine d’autres corps de police
Steve Lussier dévoile les 27 comités de travail

Steve Lussier dévoile les 27 comités de travail
NOS RECOMMANDATIONS
Steve Lussier dévoile son comité exécutif

Steve Lussier dévoile son comité exécutif
L’immigration, l’épouvantail d’une certaine mouvance nationaliste québécoise

L’immigration, l’épouvantail d’une certaine mouvance nationaliste québécoise
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Coopérative Funéraire de l'Estrie
 
Catherine Côté
Mercredi, 22 novembre 2017
Party de bureau: comment éviter les faux-pas !

Yves Paquette
Mardi, 21 novembre 2017
Essai routier du Chevrolet Bolt EV 2017

Daniel Nadeau
Mardi, 21 novembre 2017
Les réflexes du boutiquier

Isabelle Perron
Mardi, 21 novembre 2017
Mon Top 5 des meilleurs cafés à Sherbrooke

François Fouquet
Lundi, 20 novembre 2017
Tous pour… soi

APCHQ Estrie
Lundi, 20 novembre 2017
Groupe Concept PV spécialiste en revêtement de cèdre!

Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke
Lundi, 20 novembre 2017
Le psychologue scolaire, une ressource clé

Assurance Xpert
Lundi, 20 novembre 2017
L’assurance hypothécaire, c’est quoi exactement?

Royal Lepage Jacinthe Dubé - 8 novembre 2017
Bedon & bout'chou
Un homme arrêté et suspecté de trafic de stupéfiants Par Vincent Lambert Vendredi, 17 novembre 2017
Un homme arrêté et suspecté de trafic de stupéfiants
Un hiver sans tapis roulant Par William Lafleur Mercredi, 15 novembre 2017
Un hiver sans tapis roulant
Jean Pinard récompensé pour ses 25 ans d’implication Par Vincent Lambert Mardi, 14 novembre 2017
Jean Pinard récompensé pour ses 25 ans d’implication
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous