Centre de formation professionnelle 24-Juin
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
 
-3°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
Memphrémagog - journal
ACTUALITÉS
Estrie
Memphrémagog
Culture & Événements
Sports
L'actualité en photos
L'actualité en vidéos
CAHIERS
Affaires & Juridique
Automobiles
Découvertes
Éducation
Famille
Habitation
Mode-Santé-Beauté
Style de vie
Voyages & Gastronomie
Blogue
JOURNAUX LOCAUX
Le Papotin
Radioactif - sept 2017
ACTUALITÉS / Estrie
Elizabeth Nadeau Par Elizabeth Nadeau
enadeau@estrieplus.com

Mercredi, 6 juillet 2016

Licou : pas de règlement... pour l’instant



 Imprimer   Envoyer 

Devant la nébuleuse application d'un règlement obligeant le port du licou pour tous les chiens de plus de 20 kilogrammes, la Ville de Sherbrooke recule et attendra le rapport du gouvernement du Québec avant de poursuivre sa réflexion quant à la gestion des chiens dangereux sur son territoire. Le rapport doit être déposé au plus tard le 31 août.

La décision a été annoncée par la Ville lors de la séance du conseil du 4 juillet dernier.

« Compte tenu que le gouvernement du Québec a entrepris une réflexion pour revoir sa législation sur la gestion des animaux dits dangereux, et qu'un rapport est attendu à la fin du mois d'août, le conseil municipal n'ira pas de l'avant avec l'adoption de son règlement », annonçait lundi soir le conseiller et président du comité exécutif, Serge Paquin, déclenchant les applaudissements de la vingtaine de citoyens qui s'étaient présentés à l'hôtel de ville pour protester contre le règlement.

Des modalités d'application nébuleuses
Le règlement proposé qui rappelons-le, obligeait tous les chiens de plus de 20 kg à porter un licou, s'inspirait de celui adopté par la municipalité de Sainte-Julie au début du mois de juin 2016.

Toutefois, les services juridiques de la Ville de Sherbrooke éprouvaient des difficultés quant aux modalités d'application du règlement. Selon le conseiller et président du comité exécutif, Serge Paquin, c'est sur le plan de présentation de la preuve que les choses se corsent.

« Le règlement est peut-être simple, mais son application cause problème. Pour donner une contravention, c'est au policier de démontrer le fardeau de la preuve. On ne voyait pas vraiment nos policiers commencer à manier des balances pour peser l'animal », soulignait M. Paquin, déclenchant plusieurs rires dans la salle. Une v

L'idée d'obliger le propriétaire du chien d'obtenir une attestation du poids de son chien par une médaille ou un certificat aurait également été étudiée, sans succès.

« On poursuivra notre réflexion après le dépôt du rapport. Manifestement, des solutions seront proposées et mises de l'avant par le gouvernement », ajoutait le conseiller.

Peur, quiétude et responsabilité
« Plusieurs choses ont été dites ces dernières semaines et on peut les regrouper en deux ordres », soulignait quant à lui le maire de Sherbrooke, Bernard Sévigny, tout juste après l'annonce du recul de la Ville quant à l'adoption du règlement sur le port du licou.

« Il y a les gens qui voyaient mal, et avec raison, comment le licou pouvait empêcher de mordre. Nous avions statués sur ce choix dans une optique de contrôle de l'animal, explique-t-il. De l'autre côté, il y a ces gens qui craignent les chiens, qui en ont peur, tout simplement. La gestion des chiens relève des villes et ultimement, on doit gérer le sentiment de sécurité des citoyens. C'est aussi ça qui s'est manifesté ces trois dernières semaines. »

M. Sévigny a par ailleurs souligné que le travail d'analyse des règlementations existantes et leur efficacité est commencé.

La table regroupe le ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du Territoire (MAMOT), le ministère de la Sécurité publique (MSP) et celui de l'Agriculture, des Pêches et de l'Alimentation (MAPAQ), tout comme la Fédération québécoise des municipalités (FQM), l'Union des municipalités du Québec (UMQ) et l'Association des médecins vétérinaires du Québec.

En attendant...
Le conseiller Julien Lachance estime que le travail est loin d'être terminé.

« Il reste un débat de fond à tenir en lien avec les préoccupations des gens quant à leur sécurité face à certaines races de chiens », affirme-t-il.

« Nous avons deux préoccupations majeures : que les chiens puissent bénéficier d'un cadre normal et la quiétude des gens qui n'ont pas de chien ou encore, qui en ont peur, ajoutait Serge Paquin. Le conseil municipal est unanime : la règlementation actuelle sera appliquée plus sévèrement par le Service de police de Sherbrooke. Les chiens doivent obligatoirement être tenus en laisse dans les endroits publics et ils sont interdis sur les sites des grands événements tels que la Fête du Lac des Nations ou le Festival des Traditions du monde », a-t-il rappelé.

Aussi président du comité de sécurité publique, le conseiller Marc Denault s'est adressé à la vingtaine de citoyens qui s'étaient déplacés à l'hôtel de ville pour protester contre le règlement.

« Il n'y a pas de solution miracle. Mais comme propriétaires de chiens, vous êtes des agents multiplicateurs. Vous devez vous assurer que vos pairs s'occupent de leurs chiens et soient responsables », a-t-il affirmé.

Plus de 9000 chiens seraient enregistrés sur le territoire de Sherbrooke.


Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Des projets d'amélioration, mais aucun nouveau service

Des projets d'amélioration, mais aucun nouveau service
Briser les barrières culturelles dans trois provinces

Briser les barrières culturelles dans trois provinces
NOS RECOMMANDATIONS
Des centaines d’emplois étudiants à combler à Sherbrooke

Des centaines d’emplois étudiants à combler à Sherbrooke
Martin Coiteux visite des entreprises à succès à Magog

Martin Coiteux visite des entreprises à succès à Magog
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Centre de formation professionnelle 24-Juin
 
Jessica Mackey, Via L'Attitude
Vendredi, 19 janvier 2018
Manger en pleine conscience

René Dubreuil
Vendredi, 19 janvier 2018
Les nouvelles rondes de René

Guillaume Rousseau
Vendredi, 19 janvier 2018
Réflexion sur l’accès à la justice en matière criminelle

Rosemarie Lacroix
Jeudi, 18 janvier 2018
Ces maladies camouflées

Isabelle Fournier
Jeudi, 18 janvier 2018
Mon ado et les tâches...

Alexandre Dagenais
Jeudi, 18 janvier 2018
La culture de légumes à l’intérieur, c’est possible?

Marianne Therriault
Mercredi, 17 janvier 2018
Faire pousser nos cheveux: pas si facile?

Catherine Côté
Mercredi, 17 janvier 2018
Tendances à surveiller en 2018

Daniel Nadeau
Mercredi, 17 janvier 2018
Histoire et récits : façonner le monde

Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke
Lundi, 15 janvier 2018
Le projet CLASS : un atout pour la réussite

François Fouquet
Lundi, 15 janvier 2018
Apprécier quoi, au juste?

Royal Lepage Jacinthe Dubé - 4 janvier 2018
Domino's Pizza
24 heures pour se découvrir! Par Sarah-Eve Desruisseaux Jeudi, 11 janvier 2018
24 heures pour se découvrir!
Apprécier quoi, au juste? Par François Fouquet Lundi, 15 janvier 2018
Apprécier quoi, au juste?
Vol qualifié sur la Wellington Nord Par Cynthia Dubé Lundi, 15 janvier 2018
Vol qualifié sur la Wellington Nord
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous