Hyundai Sherbrooke - novembre 2017
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
 
4°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
  La mère de Félix Desautels-Poirier remercie tous ceux qui ont envoyé des messages d'encouragement à la famille.
 
ACHETEZ EstriePlus.com
ACTUALITÉS
Estrie
Culture & Événements
Sports
L'actualité en photos
L'actualité en vidéos
CAHIERS
Automobiles
Habitation
Mode-Santé-Beauté
Voyages & Gastronomie
Affaires & Juridique
Famille
Style de vie
Éducation
Blogue
JOURNAUX LOCAUX
Le Papotin
Ecolo Boutique novembre 2017
ACTUALITÉS / Estrie
Elizabeth Nadeau Par Elizabeth Nadeau
enadeau@estrieplus.com

Lundi, 21 décembre 2015

Assister en direct aux tractations visant à sauver la planète



 Imprimer   Envoyer 
Les photos sont tirées de la page Facebook de Guillaume Rivest. À droite, le texte présenté et adopté par les parties à Paris.

Du 30 novembre au 11 décembre, huit étudiants de l'Université de Sherbrooke ont assisté à la COP21, la Conférence annuelle des parties (Conference of Parties) contre les changements climatiques, à Paris. Une expérience difficile à décrire avec des mots selon Guillaume Rivest, l'un des étudiants.

Un projet de session pas comme les autres
Pendant la conférence, ils devaient suivre un acteur, une trame de négociation et ensuite réaliser un travail individuel. Chaque jour, ils assistaient aux conférences sur des trames spécifiques de négociation, par exemple sur les objectifs de chacun des pays en matière de réduction des gaz à effet de serre (GES). D'autres conférences traitaient du développement technologiques ou encore des annonces gouvernementales.

La plupart des conférences étaient données par de grands spécialistes de la question environnementale. Un d'entre eux a particulièrement impressionné Guillaume.

« Assister à une conférence donnée par Al Gore, c'est particulier parce qu'il s'agit d'un homme très connaissant de la question, en plus d'être un ex-vice-président des États-Unis et récipiendaire d'un Nobel de la Paix. Le matin de notre arrivée, on a annoncé une conférence strictement réservée aux observateurs, sans les délégués gouvernementaux et sans les médias. Il a pris chacune des questions et y a répondu! Il avait une solution pour chaque problématique qu'on pouvait soulever, du rôle des femmes à celui de la finance en passant par l'explication de mécanismes économiques. »

L'accord, vu par la nouvelle génération
Plusieurs choses contenues dans l'accord de Paris ont surpris l'étudiant : « Premièrement, au niveau des négociations, je ne m'attendais pas à un accord aussi bien écrit compte tenus des échecs des dernières tentatives. Pour être honnête, je m'attendais à un nouvel échec, ou un accord fantoche. Cependant, c'est un accord qui possède de bonnes bases qui est ressorti de Paris. »

Pourquoi? Selon lui, on n'y répète pas les erreurs de Kyoto, en particulier au niveau des cibles et objectifs chiffrés établis pour chaque pays. C'est ce qui aurait causé la perte du protocole de Kyoto, signé en 1997, dont les cibles chiffrées étaient jugées trop contraignantes. Aussi, l'accord ne comprend que des positions mitoyennes, c'est-à-dire que si un État a cédé quelque chose, il gagne autre chose plus loin.

« La grande différence, c'est que cette fois, les pays doivent revoir leurs engagement tous les cinq ans, ils doivent rendre des comptes sur les actions concrètes réalisées pour réduire leurs émissions de GES et lutter contre les changements climatiques. C'est ça qui est contraignant. »

Autre chose : le momentum est différent. La Conférence de Paris était en préparation depuis plusieurs années et dix années se sont écoulées depuis l'entrée en vigueur du protocole de Kyoto, en 2005.

« L'urgence est là et les conséquences des changements climatiques sont bien plus visibles, affirme Guillaume. À l'époque de Kyoto, on percevait la lutte aux changements climatiques comme non-conciliable avec les questions de développement économiques. Aujourd'hui, les paradigmes changent : les gouvernements et les entreprises voient des opportunités d'affaires dans le développement et la commercialisation d'énergies propres. »

La récente expérience de l'Alberta et des prix du pétrole donnerait aussi le goût de ne plus être soumis aux prix sur les marchés, aussi.

Encore bien du travail à faire pour les États
Seule ombre au tableau pour l'étudiant : plusieurs des mécanismes présents dans l'accord ne sont pas encore négociés. L'échange de crédits d'émissions entre les pays n'a pas encore décliné si parlementé entre les chefs d'État. Cependant, bien des choses seront expliquées lors de la prochaine COP, à Marrakech.

« Il y a aussi de beaux engagements au niveau financier qui ont été avancés, mais nous sommes encore loin de voir l'argent dans le compte de banque. Et les États devront s'engager à ne plus subventionner le pétrole s'ils veulent être conséquents. »

Selon lui, il faudra aussi revoir le rôle du Fonds vert pour le climat qui devrait servir à financer les pays : cette fois, il devra être bien utilisé et bien financé. Même en sachant qu'une partie des premiers fonds ne se sont jamais rendus à destination?

« C'est sûr que ça paraît mal de voir que l'argent a été mal utilisé. Il faudra s'assurer que ça n'arrive plus. Mais le financement était essentiel parce que les pays en développement n'auraient jamais accepté un accord de réduction sans transfert technologique. L'Inde, par exemple, doit créer 30 millions d'emplois annuellement pour conserver un taux de chômage stable. Si le financement de la technologie verte n'arrive pas, ils se tourneront vers le moins cher, c'est-à-dire le charbon! »

Espérons que cette fois, ce sera la bonne!


Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Kanak inspire une dizaine d’autres corps de police

Kanak inspire une dizaine d’autres corps de police
Trois nouveaux centres d’accueil en cas de sinistre

Trois nouveaux centres d’accueil en cas de sinistre
NOS RECOMMANDATIONS
La crème du patinage de vitesse débarquera à Sherbrooke

La crème du patinage de vitesse débarquera à Sherbrooke
Jean Pinard récompensé pour ses 25 ans d’implication

Jean Pinard récompensé pour ses 25 ans d’implication
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Domino's Pizza
 
Daniel Nadeau
Mardi, 21 novembre 2017
Les réflexes du boutiquier

Yves Paquette
Mardi, 21 novembre 2017
Essai routier du Chevrolet Bolt EV 2017

Isabelle Perron
Mardi, 21 novembre 2017
Mon Top 5 des meilleurs cafés à Sherbrooke

APCHQ Estrie
Lundi, 20 novembre 2017
Groupe Concept PV spécialiste en revêtement de cèdre!

François Fouquet
Lundi, 20 novembre 2017
Tous pour… soi

Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke
Lundi, 20 novembre 2017
Le psychologue scolaire, une ressource clé

Assurance Xpert
Lundi, 20 novembre 2017
L’assurance hypothécaire, c’est quoi exactement?

Tourisme Cantons-de-l'Est
Vendredi, 17 novembre 2017
Des produits de beauté d’ici

Royal Lepage Jacinthe Dubé - 8 novembre 2017
Domino's Pizza
Bishop’s accueillera un sentier certifié par la FIS sur son campus Par Vincent Lambert Lundi, 13 novembre 2017
Bishop’s accueillera un sentier certifié par la FIS sur son campus
Attention au stationnement de nuit dès mercredi Par Cynthia Dubé Lundi, 13 novembre 2017
Attention au stationnement de nuit dès mercredi
Danick Martel saisira sa chance Par Vincent Lambert Mardi, 14 novembre 2017
Danick Martel saisira sa chance
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous