Sykes Sherbrooke ICT Canada Marketing
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
 
-5°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
Memphrémagog - journal
ACTUALITÉS
Estrie
Memphrémagog
Culture & Événements
Sports
L'actualité en photos
L'actualité en vidéos
CAHIERS
Affaires & Juridique
Automobiles
Découvertes
Éducation
Famille
Habitation
Mode-Santé-Beauté
Style de vie
Voyages & Gastronomie
Blogue
JOURNAUX LOCAUX
Le Papotin
Phoenix de Sherbrooke - 23 février 2018
ACTUALITÉS / Estrie
Elizabeth Nadeau Par Elizabeth Nadeau
enadeau@estrieplus.com

Lundi, 21 septembre 2015

La Jeanne d’Arc de la Well contre le cancer du sein



 Imprimer   Envoyer 
Annie Faucher est l'ambassadrice sherbrookoise de la Course à la vie CIBC. Crédit photo: Fondation québécoise du cancer du sein

Coïncidence plate : octobre est le mois de lutte contre le cancer du sein. Annie Faucher a reçu son diagnostic le 1er octobre 2013. Estrieplus.com a rencontré la femme d'affaires, bien connue à Sherbrooke puisqu'elle dirige le Liverpool depuis 24 ans.

« J'avais dit à mon médecin, tu ne me planifieras pas un autre rendez-vous pour que j'angoisse. Quand tu vas m'appeler, tu vas me donner mes résultats au téléphone, se soutient celle qui est copropriétaire du Liverpool avec son homme, Charles Gauthier. Mon mari était avec moi. C'est comme l'annonce à la télévision. Tu es jetée en arrière, tu n'es plus là. C'est pour ça qu'ils te disent d'être accompagnée. Tu n'entends plus rien. »

En mode combat

Le choc a duré 12 heures. Ensuite, Annie est embarquée dans un mode combatif qui ne l'a jamais quittée.

« Le plus difficile a été de l'annoncer à mes enfants et à mes employés. Mes enfants parce que tu représentes le fort, tu veux les rassurer. Mes employés, parce qu'il n'y a pas de distinction entre Annie la femme d'affaires et Annie la mère de famille. C'est toujours la même fille. Ici, je suis le porte-étendard. Quand tout le monde rame, je crie le tempo en avant. »

Son leitmotiv en affaire? « Je ne lâche pas ma gang. Je fais partie de l'équipe sur le plancher. Je ne voulais pas que mes employés se sentent abandonnés. »

Parce qu'au Liverpool, le mois d'octobre sonne « Noël » : on y prend les premières réservations pour les partys de bureau.

« Je ne me voyais pas aller tous les jours de décembre au CHUS pour avoir mes traitements. Si ma vie n'était pas menacée, je voulais les commencer en janvier. C'est ce qui s'est passé. »

Pour Annie Faucher, pas question de se faire contrôler par la maladie.

« J'ai décidé de quand j'allais me faire opérer. J'ai reçu mon diagnostic le 1er et j'ai subi ma mastectomie partielle le vendredi 31, à la fin du mois du sein. »

Elle voulait la fin de semaine pour se remettre et pouvoir faire ses appels le lundi. « Je n'ai pas arrêté de travailler. J'étais plus tranquille, je n'ai pas porté de torpille, ni travaillé de soir. J'étais comme Jeanne d'Arc avec son armure. Parfois, fatiguée, elle posait le genou par terre. Mais jamais elle n'a lâché le combat. »

Apprendre à dire non

Annie Faucher est reconnue comme la « Mère Thérésa de la Well ».  Être malade lui a appris à dire non, à écouter son corps et surtout, à prendre du temps de qualité pour elle.

« Les gens peuvent me demander n'importe quoi et je ne demandais jamais rien. J'ai appris à demander et les gens ont été là. C'est là qu'on se rend compte qu'il y a du monde prêt à nous aider. »

On prend conscience que le corps vieillit et qu'il faut l'écouter. Aussi, si la moitié de sa vie est passée, comment veut-on vivre l'autre?

« J'ai toujours été positive, mais j'aborde la vie avec encore plus de positivisme qu'avant. J'essaie d'être contagieuse aussi! Il faut voir le bon côté des choses, même dans la maladie. »

Le bon côté des choses, c'est que le cancer a été détecté à temps parce qu'Annie est de celles qui font l'autoexamen de leurs seins régulièrement.

« La masse que j'ai détectée était un kyste vide. Mais l'autre sein était bourré de cancer, de petites masses que je ne pouvais pas palper. À 43 ans, tu n'es pas dans le programme de dépistage. Sans cet autoexamen, je ne serais pas allée voir mon médecin et on n'aurait pas découvert le cancer à un stade aussi précoce. »

Une personne particulière est à remercier pour cette pratique de l'autoexamen.

« C'est l'infirmière de la polyvalente Louis St-Laurent qui, en 1984, nous avait montré à faire cet autoexamen de nos seins. Elle s'appelait Reine. J'avais 14 ans et ça m'a interpellée. Je profite de chaque occasion aujourd'hui pour rappeler à quel point c'est important de le faire. Et on peut le faire dans sa douche! »

Propager le message

« On a de très bons soins. Nous sommes chanceux d'avoir un hôpital universitaire à Sherbrooke. Il y a une énorme différence entre aller attendre 12 heures à l'urgence pour un rhume et être pris en charge pour quelque chose de plus grave. Les médecins qui me suivaient étaient de jeunes femmes autour de 30 ans, c'est rafraîchissant! »

La Société canadienne du cancer a demandé à Annie Faucher d'être la porte-parole du Relais pour la vie en  2014. À ce moment, elle venait tout juste de terminer ses traitements.

« Une amie en était la coordonnatrice et j'ai adoré l'expérience. Cette année, je suis l'ambassadrice de Sherbrooke pour la Course à la vie CIBC au profit de la Fondation québécoise du cancer du sein. Chaque année, j'essaie de m'impliquer dans une cause qui me touche ou qui touche l'entreprise. Ce qui est certain, c'est que la lutte au cancer du sein le restera encore un bout. »


Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Un homme arrêté dans le bunker des Hells à Lennox

Un homme arrêté dans le bunker des Hells à Lennox
Cruauté envers les animaux: où en sont les dossiers?

Cruauté envers les animaux: où en sont les dossiers?
NOS RECOMMANDATIONS
Renversement d’un poids lourd sur l’autoroute 10

Renversement d’un poids lourd sur l’autoroute 10
Jouvence : un employé agressé physiquement par un client

Jouvence : un employé agressé physiquement par un client
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Novus Vitres Sherbrooke Coaticook - février 2018
 
Béatrice Dupont-Chartier
Jeudi, 22 février 2018
L'importance de s'impliquer à l'école

Me Ariane Ouellet
Jeudi, 22 février 2018
Quelle est la solution à l’incompétence d’un salarié?

Cégep de Sherbrooke
Jeudi, 22 février 2018
Le Cégep de Sherbrooke selon Marie Théorêt

Daniel Nadeau
Mercredi, 21 février 2018
Le legs de Justin

William Lafleur
Mercredi, 21 février 2018
Ne tourne pas les coins ronds, mais assoupli tes attentes

Isabelle Perron
Mercredi, 21 février 2018
Écoute-moi !!!

Léandre Lachance
Mardi, 20 février 2018
La table à cinq pattes

François Fouquet
Lundi, 19 février 2018
Photo des Jeux

Guillaume Rousseau
Lundi, 19 février 2018
Quelques aspects juridiques entourant la question autochtone

Royal Lepage Jacinthe Dubé - 22 fevrier 2018
Hyundai Sherbrooke - fevrier 2018
Apprendre le bonheur Par Rosemarie Lacroix Jeudi, 15 février 2018
Apprendre le bonheur
La rose: véritable enjeu environnemental Par Alexandre Dagenais Jeudi, 15 février 2018
La rose: véritable enjeu environnemental
Cinq joueurs du Phoenix mettront leur tête à prix Par Vincent Lambert Jeudi, 15 février 2018
Cinq joueurs du Phoenix mettront leur tête à prix
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous