magasingeneral.com
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
Memphrémagog - journal
SPORTS
Régionaux
Phoenix de Sherbrooke
SPORTS / Régionaux
Vincent Lambert Par Vincent Lambert
vlambert@estrieplus.com

Jeudi, 18 octobre 2018

Une coupe Stanley et 15 ans dans la LNH



 Imprimer   Envoyer 
Charles Thiffault a remporté la coupe Stanley avec les Canadiens de Montréal en 1993.

Le Sherbrookois Charles Thiffault a passé 15 ans de sa vie comme entraîneur adjoint dans la Ligue nationale de hockey (LNH). Son désir de toujours parfaire ses connaissances lui aura permis de soulever la coupe Stanley en 1993 avec les Canadiens de Montréal.

Natif du Cap-de-la-Madeleine en Mauricie, Charles Thiffault a passé 15 ans de sa vie comme entraîneur adjoint dans la LNH avec les Nordiques de Québec, les Rangers de New York et les Canadiens de Montréal. L'homme fort sympathique n'avait pas imaginé travailler dans la meilleure ligue du monde. Il visait plutôt le circuit universitaire.

« Je n'avais jamais planifié devenir entraîneur de la LNH, remarque celui qui siège au comité du Panthéon des sports de Sherbrooke. Je voulais plutôt devenir entraîneur universitaire. C'est un peu par hasard que je suis allé dans la Ligue nationale, mais j'ai vraiment aimé ça. »

Diplômé de l'Université d'Ottawa en éducation physique en 1960, le Sherbrookois en a fait du chemin pour devenir entraîneur adjoint dans trois équipes professionnelles. Il n'était pas rare de le voir suivre à l'époque des formations de hockey à différents endroits dans le monde pour parfaire son approche. Ses passages à l'Université de Sherbrooke et l'Université Laval lui auront permis de faire ses classes comme entraîneur au hockey avant que les Nordiques de Québec lui accordent sa première chance dans la LNH.

« En 1980-81, j'avais demandé une année sabbatique pour parfaire mes connaissances, se souvient-il. Je suis même allé en Europe. Les Nordiques m'ont demandé de faire le camp des recrues durant une semaine et de m'occuper du conditionnement physique. De fil en aiguille, on m'a demandé si j'étais prêt à devenir l'adjoint de Michel Bergeron. »

Après son séjour à Québec, Charles Thiffault est allé rejoindre Michel Bergeron à New York avec les Rangers durant deux saisons avant de prendre la direction de l'Italie pour diriger une équipe là-bas. C'est en 1990 qu'il a fait son entrée chez les Canadiens de Montréal, formation avec laquelle il a remporté la coupe Stanley trois ans plus tard avant de quitter l'équipe en 1996.

Une conquête bien spéciale

Charles Thiffault n'a jamais eu comme seul objectif de remporter la coupe Stanley avec une équipe de la Ligue nationale, même s'il était conscient que c'était le trophée suprême et que tout le monde en rêvait. « Quand tu fais partie d'une équipe, tu es un maillon de la chaîne, remarque celui qui a été entraîneur adjoint avec Jacques Laperrière. Tu ne peux pas dire tout seul que tu vas aller chercher la coupe. Tu es là-dedans et tu essaies de faire de ton mieux pour faire progresser l'équipe. Si ça arrive, tant mieux. »

Heureux d'avoir pu soulever la coupe Stanley en 1993, Charles Thiffault se rappelle que Jacques Demers, à son arrivée comme entraîneur-chef, avait voulu surprendre le monde du hockey. «Il a dit aux joueurs, on va choquer le monde. On va faire quelque chose de spécial. Il leur a donné confiance. L'année s'est déroulée, on a quand même connu une bonne saison, mais on n'avait pas une équipe si extraordinaire que ça. C'était une bonne équipe, mais un moment donné, on est arrivé en séries et ç'a été une équipe soudée. Tout le monde jouait pour les autres. On a eu un peu de chance en gagnant 10 matchs sur 11 en prolongation. Je pense que ça a fait une différence.»

Au fil des années, Charles Thiffault a accumulé plusieurs bagages de hockey, ce qui lui a permis de se démarquer. Sa rencontre avec un entraîneur de l'équipe nationale en Tchécoslovaquie lui aura entre autres permis d'amener en Amérique du Nord de nouvelles idées pour le jeu de puissance. « J'étais un maniaque du hockey et j'ai toujours essayé de me perfectionner, indique l'homme à la mémoire impressionnante. J'avais une formation théorique et pratique à la fois. Quand je suis arrivé dans la Ligue nationale, c'était un peu le début des entraîneurs adjoints. Ça toujours bien été avec les joueurs. Je pense qu'on a quand même réussi de belles choses. »

Une cérémonie commémorative

Retraité du hockey depuis 1999 après notamment un passage chez les Huskies de Rouyn-Noranda dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ), Charles Thiffault a pu replonger dans ses souvenirs de la conquête de la coupe Stanley de 1993 lors du match inaugural des Canadiens de Montréal cette saison. Un hommage qui lui a d'ailleurs fait bien plaisir.

« Ç'a été pas mal agréable parce que tu revois tous les anciens joueurs et les dirigeants, raconte-t-il. On s'est rappelé des souvenirs. Dans le temps de l'année de la coupe, tout le monde jouait pour tout le monde. On faisait partie de ce mouvement-là. Se revoir après 25 ans, ça fait un petit quelque chose. C'était bien organisé. Il y a eu la présentation au public et après ça on a été dans deux loges. Je n'ai pas trop regardé le match parce qu'on échangeait avec un et l'autre. Ç'a été une belle formule. Que le Canadien prenne le temps de souligner ça, ç'a été agréable. On va garder de bons souvenirs de ça. »

Aujourd'hui, Charles Thiffault est détaché du hockey puisqu'il a passé sa vie dans ce sport. Il ne le regarde plus assidûment. « Je suis ça à distance, confie-t-il. Quand il y a des matchs, je vais pitonner et je vais aller voir le pointage. J'ai vraiment coupé avec le hockey. Maintenant, je suis vraiment un mordu de football. »

Dans ses temps libres, Charles Thiffault s'implique avec le Panthéon du sport de Sherbrooke, joue au golf et voyage. La santé est bonne et cet homme toujours souriant se garde actif comme il l'a fait durant toute sa vie.


Centre de développement athlétique Badmofo Methods
Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Une passion qui ne s’éteint pas

Une passion qui ne s’éteint pas
Frédérick Gaudreau vit à fond son rêve

Frédérick Gaudreau vit à fond son rêve
NOS RECOMMANDATIONS
Une technologie qui élimine 2,5 voitures en GES

Une technologie qui élimine 2,5 voitures en GES
Lingerie made in Québec pour la Saint-Valentin!

Lingerie made in Québec pour la Saint-Valentin!
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
magasingeneral.com
 
Marie-Soleil Samson, B.Sc., ND. A.
Vendredi, 18 janvier 2019
2019, l’année « vegan »?

Sarah Jitten
Jeudi, 17 janvier 2019
Lingerie made in Québec pour la Saint-Valentin!

William Lafleur
Mercredi, 16 janvier 2019
Flexibilité ou mobilité ?

Centre de développement athlétique Badmofo Methods
Collision coin Belvédère et King: chaque conducteur jure que sa lumière était verte Par Cynthia Dubé Lundi, 14 janvier 2019
Collision coin Belvédère et King: chaque conducteur jure que sa lumière était verte
Un camionneur perd la vie dans un accident Par Vincent Lambert Vendredi, 18 janvier 2019
Un camionneur perd la vie dans un accident
Lingerie made in Québec pour la Saint-Valentin! Par Sarah Jitten Jeudi, 17 janvier 2019
Lingerie made in Québec pour la Saint-Valentin!
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous