Phoenix de Sherbrooke - 18 février 2018
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
 
-1°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
  La croix lumineuse du mont Bellevue ne sera plus en fonction pour une durée indéterminée en raison d'un bris.
 
Memphrémagog - journal
ACTUALITÉS
Estrie
Memphrémagog
Culture & Événements
Sports
L'actualité en photos
L'actualité en vidéos
CAHIERS
Affaires & Juridique
Automobiles
Découvertes
Éducation
Famille
Habitation
Mode-Santé-Beauté
Style de vie
Voyages & Gastronomie
Blogue
JOURNAUX LOCAUX
Le Papotin
Radioactif - sept 2017
ACTUALITÉS / Estrie
Elizabeth Nadeau Par Elizabeth Nadeau
enadeau@estrieplus.com

Mercredi, 23 décembre 2015

Un budget sans efforts réels, selon des conseillers



 Imprimer   Envoyer 
Les conseillers indépendants Hélène Dauphinais, Annie Godbout et Jean-François Rouleau se sont tous trois opposés au budget 2016 du maire Sévigny, de même que Pierre Tardif.

Le budget présenté au conseil municipal le 21 décembre cause bien du mécontentement chez les conseillers indépendants Hélène Dauphinais, Annie Godbout et Jean-François Rouleau. Ils reprochent à l'administration Sévigny de ne pas être allé jusqu'au bout du contrôle des dépenses municipales.

Aucune écoute
La conseillère du district du Pin-Solitaire, Hélène Dauphinais, affirme avoir proposé une solution lors des séances de travail d'élaboration du budget municipal. Toutefois, aucun conseiller n'aurait voulu se pencher sur ses propositions.

« Il y avait une façon de faire en sorte que l'augmentation de taxes soit limitée à 3 % au lieu de 4,77%, affirme la conseillère. J'ai proposé une solution lors des ateliers de préparation du budget et aucun de mes collègues conseillers ne s'est même intéressé à regarder le scénario. Pour équilibrer un budget, on augmente les revenus ou on coup dans les dépenses. J'ai identifié 2,6M $ en dépenses qui auraient pu être retirées du budget. »

Selon Mme Dauphinais, la campagne publicitaire « Sherbrooke, plus que jamais », au coût de 50 000 $, n'est pas nécessaire. L'animation de la place Nikitotek après le départ des cowboys coûte 78 000 $ pour du théâtre, du cirque et de la musique pour quelques centaines de citoyens.

« Ils veulent en plus créer un bureau des événements à Sherbrooke pour 100 000 $, soit ajouter une structure à ce qui existe déjà avec Destination Sherbrooke et le Granada. L'engagement sur dix ans avec la campagne de promotion entrepreneuriale de l'Université de Sherbrooke coûtera 350 000 $ par année en plus de ce que l'institution n'aura pas à payer en taxes sur les nouvelles constructions sur le campus. Ce sont des choses qui ont un impact cette année et qui reviendront tous les ans. »

Hélène Dauphinais est par ailleurs convaincue que la création de doublons de structure et que la facture refilée aux citoyens ne préoccupent aucunement l'administration Sévigny.

Des mauvais choix depuis des années
Même son de cloche du côté de Jean-François Rouleau. Celui-ci trouve curieux qu'on ait demandé des efforts aux structures municipales sans faire de même avec les organismes paramunicipaux comme Destination Sherbrooke et Sherbrooke Innopole.

« Ils ont perdu le contrôle sur ces choses-là et on n'y touche pas. Si rapatrier l'expertise de gestion des bacs bruns à l'interne coûte moins cher qu'un contrat extérieur, pourquoi est-ce qu'on ne pourrait pas étudier la question de ramener les services de ces organismes dans l'administration municipale si ça peut coûter moins cher? »

Selon le conseiller du district de l'Université, le maire Sévigny ne choisit pas les bonnes priorités à mettre de l'avant et ce, depuis des années.

« Ça fait six ans qu'on demande des investissements pour le réseau routier et soudainement, il se rend compte qu'on doit s'en occuper? Ils étaient où depuis six ans? Ils ne roulaient pas dans les rues de Sherbrooke? Ce n'est pas une surprise, ce qui arrive. Depuis des années, les conseillers et conseillères ne prennent pas les bonnes décisions et font des dépenses somptueuses. »

Parmi ces dépenses, Jean-François Rouleau compte la place Nikitotek et les 600 000 $ réservés pour l'aéroport de Sherbrooke, alors qu'il n'y a pas encore de projet sur la table. À cet effet, la députée fédérale de Compton-Stanstead, Marie-Claude Bibeau, affirmait lundi que la Ville aurait des nouvelles d'ici le mois de juin 2016.

« En attendant, rien n'est encore provisionné pour la gestion des débordements d'égouts alors qu'on que les études sont presque finalisées et qu'on sait déjà qu'on aura plusieurs millions à mettre là-dedans. On repousse encore à plus tard ce qu'on devrait faire maintenant. »

Difficile de voir l'audace
Annie Godbout a quant à elle remis en question le choix du mot « audacieux » pour qualifier le budget déposé au conseil municipal le 21 décembre. Selon elle, il n'y a de l'audace que dans la hausse importante des taxes municipales.

« J'aurais aimé mieux que le titre soit « pour respecter la capacité de payer des citoyens » et que ça aille dans ce sens-là. C'est sûr qu'on a eu des choix difficiles à faire l'an dernier, mais cette année, je ne vois aucun choix difficile. Je reconnais qu'on dispose de peu de marge de manœuvre et qu'on a lancé des chantiers d'optimisation, mais il faut aller beaucoup plus loin que le 2 % d'économies demandées aux services municipaux. » Un avis partagé par Pierre Tardif, conseiller du district du Carrefour, qui s'est aussi prononcé contre le budget.

Selon elle, la municipalité doit revoir ses façons de faire à tous les niveaux : « Quand on [les conseillers indépendants] arrive au lac-à-l'épaule, toutes les grandes réflexions sont déjà faites et nous sommes mis devant le fait accompli. Hier, j'ai vu deux camps : un pour défendre les intérêts des citoyens et l'autre pour défendre l'administration municipale. Je suis du premier parce que l'augmentation de taxes est bien trop grande et je l'ai soulevé d'emblée aux séances de travail. »

Annie Godbout remet aussi en question la taxe de 2 % pour financer l'asphalte à Sherbrooke.

« Ce n'est pas ça qui va donner de l'air, l'asphalte, c'est un besoin de base pour la municipalité. Dans le budget d'hier, il y a clairement une stratégie politique en prévision d'un budget pré-électoral en 2017. Comme citoyenne, je pense qu'on aurait pu faire les choses différemment. Mais ça prend de la volonté. »


Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Congestion aux urgences: le CIUSSS agit

Congestion aux urgences: le CIUSSS agit
La saison de la grippe à son sommet depuis six semaines

La saison de la grippe à son sommet depuis six semaines
NOS RECOMMANDATIONS
Le temps d’un livre

Le temps d’un livre
Le Carnaval se dirige vers une édition record

Le Carnaval se dirige vers une édition record
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Gestion Financière JLR février mars 2018
 
Alexandre Hurtubise
Vendredi, 16 février 2018
Marvel, toujours la même chose? Vraiment?

René Dubreuil
Vendredi, 16 février 2018
Les nouvelles rondes de René

Alexandre Dagenais
Jeudi, 15 février 2018
La rose: véritable enjeu environnemental

Rosemarie Lacroix
Jeudi, 15 février 2018
Apprendre le bonheur

Daniel Nadeau
Mercredi, 14 février 2018
Chasse aux sorcières

Catherine Côté
Mercredi, 14 février 2018
Petit guide pour se composer une garde-robe bien équilibrée!

Royal Lepage Jacinthe Dubé - 4 janvier 2018
Val Estrie Ford - février 2018
Chasse aux sorcières Par Daniel Nadeau Mercredi, 14 février 2018
Chasse aux sorcières
Petit guide pour se composer une garde-robe bien équilibrée! Par Catherine Côté Mercredi, 14 février 2018
Petit guide pour se composer une garde-robe bien équilibrée!
Jordan Pierre-Gilles rêve aux Olympiques Par Vincent Lambert Jeudi, 15 février 2018
Jordan Pierre-Gilles rêve aux Olympiques
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous