Téléjournal Estrie 8 février 2018
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
 
-3°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
Memphrémagog - journal
ACTUALITÉS
Estrie
Memphrémagog
Culture & Événements
Sports
L'actualité en photos
L'actualité en vidéos
CAHIERS
Affaires & Juridique
Automobiles
Découvertes
Éducation
Famille
Habitation
Mode-Santé-Beauté
Style de vie
Voyages & Gastronomie
Blogue
JOURNAUX LOCAUX
Le Papotin
Phoenix de Sherbrooke - 25 février 2018
ACTUALITÉS / Estrie
Elizabeth Nadeau Par Elizabeth Nadeau
enadeau@estrieplus.com

Lundi, 7 septembre 2015

Aqueduc et égouts à Sherbrooke : « on doit attendre que ça brise »



 Imprimer   Envoyer 

Plusieurs réparations du réseau d'aqueduc et d'égouts ont été nécessaires sur la rue Argyll, mettant à l'épreuve la patience des résidents du secteur déjà éprouvés par les travaux de réfection des chaussées. « Difficile de faire de la prévention », affirme la Ville de Sherbrooke.

Chaque année, environ 120 opérations sont nécessaires sur le réseau d'aqueduc et d'égouts.

« Quand on refait une rue comme le boulevard Jacques-Cartier, on vérifie et on remplace le système d'aqueduc et d'égouts, affirme Louis Gosselin, chargé de communications à la Ville de Sherbrooke. Sinon, on doit attendre qu'il y ait un bris pour procéder aux travaux parce qu'on ne peut prédire quelle canalisation sera problématique. La Ville peut réparer un tronçon, mais un autre peut se briser 100 mètres plus loin. C'est en gros ce qui se passe dans le secteur de la rue Argyll. »

Certaines  conduites datent du début du siècle. Le froid intense de l'hiver dernier a aussi causé son lot de problèmes sur le territoire et pourrait faire grimper le bilan de l'année à 150 interventions. La Ville ne peut pas effectuer de travaux de prévention puisqu'on ne sait jamais où un bris peut survenir.

« Certaines conduites ont 80 ans d'âge et sont en meilleur état que d'autres plus jeunes, affirme le chef de la Division de la gestion des eaux de la Ville de Sherbrooke, Michel Cyr. C'est comme une voiture. On peut l'acheter neuve, mais à un moment donné, on doit l'entretenir et faire des réparations. Une année d'âge pour un véhicule est comparable à dix ans pour une conduite d'égout. »

Il en coûte entre cinq et dix millions de dollars chaque année en travaux de remplacement intégral des parties désuètes du réseau. À ce montant s'additionnent deux millions supplémentaires pour les réparations d'urgence, comme celles de mercredi matin sur la rue Argyll.

Les interventions sont planifiées en fonction des priorités, des moyens techniques et des budgets dont la Ville dispose.

« On établit un plan d'intervention en fonction des priorités, explique M. Cyr. Sur les 900 kilomètres du réseau, on remplace intégralement environ dix kilomètres chaque année. On priorise toujours les pires cas, comme les rues Dufferin, Galt et Argyll cette année. »

Les priorités sont établies par une analyse approfondie de millions de données contenues dans des logiciels parmi les plus performants en Amérique du Nord.

« On fait du mieux qu'on peut avec les ressources qu'on a. Le réseau de Sherbrooke n'est pas vieux, mais il n'est pas jeune non plus, souligne M. Cyr. On reste très alertes à ce qui se passe. La Ville a un bon taux d'investissements pour le remplacement et le maintien des conduites. »


Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Renversement d’un poids lourd sur l’autoroute 10

Renversement d’un poids lourd sur l’autoroute 10
Taux d’occupation de 150 % au CHUS aujourd'hui

Taux d’occupation de 150 % au CHUS aujourd'hui
NOS RECOMMANDATIONS
Jouvence : un employé agressé physiquement par un client

Jouvence : un employé agressé physiquement par un client
Quelle est la solution à l’incompétence d’un salarié?

Quelle est la solution à l’incompétence d’un salarié?
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Lumineige - Sentier illuminé
 
Jessica Mackey, Via L'Attitude
Samedi, 24 février 2018
Cholestérol alimentaire, quel est l’impact?

Béatrice Dupont-Chartier
Jeudi, 22 février 2018
L'importance de s'impliquer à l'école

Me Ariane Ouellet
Jeudi, 22 février 2018
Quelle est la solution à l’incompétence d’un salarié?

Cégep de Sherbrooke
Jeudi, 22 février 2018
Le Cégep de Sherbrooke selon Marie Théorêt

Daniel Nadeau
Mercredi, 21 février 2018
Le legs de Justin

William Lafleur
Mercredi, 21 février 2018
Ne tourne pas les coins ronds, mais assoupli tes attentes

Isabelle Perron
Mercredi, 21 février 2018
Écoute-moi !!!

Royal Lepage Jacinthe Dubé - 22 fevrier 2018
Val Estrie Ford - février 2018
Quelle est la solution à l’incompétence d’un salarié? Par Me Ariane Ouellet Jeudi, 22 février 2018
Quelle est la solution à l’incompétence d’un salarié?
Le Cégep de Sherbrooke selon Marie Théorêt Par Cégep de Sherbrooke Jeudi, 22 février 2018
Le Cégep de Sherbrooke selon Marie Théorêt
Jouvence : un employé agressé physiquement par un client Par Vincent Lambert Lundi, 19 février 2018
Jouvence : un employé agressé physiquement par un client
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous