Téléjournal Estrie 8 février 2018
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
 
0°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
Memphrémagog - journal
ACTUALITÉS
Estrie
Memphrémagog
Culture & Événements
Sports
L'actualité en photos
L'actualité en vidéos
CAHIERS
Affaires & Juridique
Automobiles
Découvertes
Éducation
Famille
Habitation
Mode-Santé-Beauté
Style de vie
Voyages & Gastronomie
Blogue
JOURNAUX LOCAUX
Le Papotin
Relâche ton fou! 2018
ACTUALITÉS / Estrie
Elizabeth Nadeau Par Elizabeth Nadeau
enadeau@estrieplus.com

Mercredi, 4 novembre 2015

La Maison Aube-Lumière permettra l’aide médicale à mourir



 Imprimer   Envoyer 
Élisabeth Brière, présidente de la Maison Aube-Lumière et Marie Bécotte, directrice générale.

« La mission de la Maison Aube-Lumière, c'est de mettre le patient au cœur de nos actions dans le respect de ses choix et de ses décisions. C'est la raison fondamentale qui a guidé notre décision », affirme la directrice générale de l'institution, Marie Bécotte.

La Maison devient la première ressource de soins palliatifs au Québec à autoriser le soin de fin de vie entre ses murs. Mais en respect de toutes les conditions prévues dans la Loi 2, ont répété à plusieurs reprises la présidente de l'institution, Élisabeth Brière, et Mme Bécotte.

« Les conditions à remplir pour les personnes qui voudront se prévaloir de l'aide médicale à mourir sont prévues dans la Loi 2. C'est bien établit que le patient qui fait la demande doit être apte à tous les moments. Autant à la première demande et première l'évaluation par un premier médecin, le patient devra pouvoir donner son consentement. Ensuite, pendant une deuxième évaluation réalisée par un deuxième médecin et finalement, au moment de l'injection, il devra aussi avoir toute sa tête », affirme Mme Brière.

« Le patient devra prendre une décision libre et éclairée. Libre, c'est-à-dire qu'il n'y a personne qui met de la pression pour que le patient prenne la décision. Éclairée, c'est-à-dire que son médecin traitant devra lui donner toutes les informations sur les différents scénarios possibles, l'aide médicale à mourir en étant un. Le médecin déterminera aussi si la personne est apte à prendre la décision », précise Mme Bécotte.

La Maison Aube-Lumière reste toutefois ferme sur un point : elle donnera accès à l'aide médicale à mourir aux patients qui sont rendus là dans leurs choix de vie, mais elle ne l'offrira pas. Le patient devra en faire la demande.

1er février 2016
Les patients de la Maison Aube-Lumière pourront demander l'aide médicale à mourir à compter du 1er février 2016. L'institution se donne ainsi les mois de décembre et de janvier pour s'approprier les nouveaux protocoles inhérents à la mise en œuvre de l'aide médicale à mourir et pour déployer la formation nécessaire auprès du personnel et des bénévoles.

« Il reste des zones grises dans le comment on appliquera le soin à la Maison Aube-Lumière, explique Mme Bécotte. On est à voir comment on mettra tout ça en œuvre avec les ressources que le CIUSSS mettra à notre disposition. »

On compte également élaborer des politiques et des outils de communication pour informer adéquatement la clientèle sur les critères d'admissibilité et les modalités d'application.

Une décision loin d'être prise à la légère
Élisabeth Brière assure que le conseil d'administration a pris le temps d'écouter et de consulter autant ses employés et ses bénévoles que des professionnels de la santé pour en arriver à autoriser le soin.

« La décision est le fruit d'une démarche très rigoureuse. La Maison restera une maison de soins palliatifs. L'aide médicale à mourir n'est pas un soin palliatif, c'est un soin de fin de vie. On continuera notre mission, mais dans le respect de la personne », de dire la présidente.

Une majorité des bénévoles et des employés (61 %) s'est prononcée en faveur de l'aide médicale à mourir. C'est ce qui ressort d'un sondage réalisé à l'interne, procédure jugée essentielle avant que toute décision ne soit prise. 60 % des employés et bénévoles avaient répondu au sondage.


Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Un autre millionnaire en Estrie!

Un autre millionnaire en Estrie!
Mort d’un piéton : le chauffard était connu des policiers

Mort d’un piéton : le chauffard était connu des policiers
NOS RECOMMANDATIONS
Ne tourne pas les coins ronds, mais assoupli tes attentes

Ne tourne pas les coins ronds, mais assoupli tes attentes
7 incendies en moins de 2 heures

7 incendies en moins de 2 heures
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Phoenix de Sherbrooke - 25 février 2018
 
Jessica Mackey, Via L'Attitude
Samedi, 24 février 2018
Cholestérol alimentaire, quel est l’impact?

Béatrice Dupont-Chartier
Jeudi, 22 février 2018
L'importance de s'impliquer à l'école

Me Ariane Ouellet
Jeudi, 22 février 2018
Quelle est la solution à l’incompétence d’un salarié?

Cégep de Sherbrooke
Jeudi, 22 février 2018
Le Cégep de Sherbrooke selon Marie Théorêt

Daniel Nadeau
Mercredi, 21 février 2018
Le legs de Justin

William Lafleur
Mercredi, 21 février 2018
Ne tourne pas les coins ronds, mais assoupli tes attentes

Isabelle Perron
Mercredi, 21 février 2018
Écoute-moi !!!

Royal Lepage Jacinthe Dubé - 22 fevrier 2018
Hyundai Sherbrooke - fevrier 2018
Quelle est la solution à l’incompétence d’un salarié? Par Me Ariane Ouellet Jeudi, 22 février 2018
Quelle est la solution à l’incompétence d’un salarié?
Écoute-moi !!! Par Isabelle Perron Mercredi, 21 février 2018
Écoute-moi !!!
Mini Cooper 2019 Mardi, 20 février 2018
Mini Cooper 2019
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous