Rythme au travail
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
 
-5°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
ACHETEZ EstriePlus.com
ACTUALITÉS
Estrie
Memphrémagog
Culture & Événements
Sports
L'actualité en photos
L'actualité en vidéos
CAHIERS
Affaires & Juridique
Automobiles
Découvertes
Éducation
Famille
Habitation
Mode-Santé-Beauté
Style de vie
Voyages & Gastronomie
Blogue
JOURNAUX LOCAUX
Le Papotin
Electro-5 Reparation Ecoresponsable
ACTUALITÉS / Estrie
Elizabeth Nadeau Par Elizabeth Nadeau
enadeau@estrieplus.com

Mardi, 28 juillet 2015

Agriculture : le froid des uns fait le bonheur des autres



 Imprimer   Envoyer 

À écouter certains récents reportages, les producteurs agricoles du Québec ont grandement souffert des températures froides du mois de juin. Certaines cultures se sont noyées, d'autres ont été menacées par le gel. Si les récoltes ne battront probablement pas de records cette année, plusieurs producteurs de la région s'en sortent pas trop mal. 

Les bleuets se font rares

Si les pertes se calculent en milliers de dollars pour plusieurs producteurs de bleuets, d'autres ont tout de même réussi à tirer leur épingle du jeu.

« Ce printemps, il y avait beaucoup de fleurs sur les branches, mais je trouvais que mes arbustes manquaient de feuilles. Mon agronome me disait qu'ailleurs, les branches avaient séché pour cette raison, raconte Olivier Simard, propriétaire de la Ferme Au Pré Bleu d'Ascot Corner. Je ne m'attendais pas à autant de bleuets cette année. On s'attendait à une rupture de stock, mais les feuilles sont arrivées et les bleuets grossissent. »

Une belle saison pour M. Simard qui ne manque pas du petit fruit bleu pour satisfaire la demande de ses clients et celle d'autres bleuetières, fermées.

Aussi producteur de fraises et de framboises, Olivier Simard est jusqu'à maintenant très satisfait de sa saison.

« Dans les dernières semaines, j'ai été obligé de fermer quelques jours pour laisser aux fruits le temps de mûrir parce qu'il y avait trop de clients. Les nuits étaient fraîches, les journées aussi, ce qui attirait les cueilleurs, mais faisait grossir les fruits moins rapidement. »

Il est maintenant confronté au problème inverse. Les chaleurs annoncées pour les prochains jours feront mûrir les framboises beaucoup plus vite.

« Les gens viennent moins passer l'après-midi au gros soleil lorsqu'il fait déjà chaud. Je vais maintenant devoir faire des appels pour écouler mes framboises. »

Des pommes plus grosses

Le Verger Le Gros Pierre de Compton ouvrait ses portes au public le 24 juillet dernier. Si l'autocueillette ne débutera que le 15 août, plusieurs variétés de pommes et des produits dérivés sont déjà disponibles. Chaque semaine, une nouvelle variété sera prête à être dégustée.

« Nous avons déjà les pommes blanches Lodi, un peu acidulée, très bonne à manger avec du sel ou en pâtisserie, commente le copropriétaire du verger, Gaétan Gilbert. Nos tartes, jus et confitures sont déjà disponibles à la boutique. L'aire de jeux est aussi ouverte. »

Il y a aussi de la nouveauté au Verger Le Gros Pierre : « On offre la tarte pomme et érable. Les clients vont adorer! »

Les fruits du verger ne sont pas en retard cette année, mais ils ne sont pas en avance non plus. Ils seront toutefois bien plus gros que la normale.

« Les arbres ont fleuri une semaine plus tôt qu'à l'habitude et les fruits ont poussé rapidement malgré le froid, explique M. Gilbert. Il a fait chaud avant la Saint-Jean et les fruits ont de 5 à 6 millimètres de diamètre de plus. Pour nous, ça représente entre 8 et 10 % d'augmentation du volume. »

Si le froid du mois de juin n'a pas affecté la production du verger, les pommes ne sont pas encore tout à fait à l'abri.

« Ce qui est dangereux ces temps-ci avec les grosses chaleurs, c'est la grêle qui peut accompagner les orages », explique M. Gilbert. Si on se réjouit du temps chaud qui s'en vient, espérons tout de même que dame Nature épargnera les vergers.

Le maïs souffre du froid

Luc Beaulieu sème du maïs six fois entre la fin du mois d'avril et la fin juin à la Ferme Beaulieu de Waterville. La moitié des semis sont faits de manière conventionnelle. L'autre moitié, avec des paillis de plastique et des bâches. Il peut ainsi produire plus rapidement et offrir du maïs plus longtemps.

« On a commencé un peu plus tard que les autres années. On a semé de façon conventionnelle et on avait en plus des paillis de plastique et des bâches pour réchauffer le sol et l'environnement des plants sur certaines parcelles, explique Luc Beaulieu. Une chance qu'on a fait ça parce qu'on n'aurait pas eu une belle saison. »

En effet, la saison sera bien ordinaire à cause du mois de juin. Le maïs est une plante qui cherche beaucoup de chaleur. En raison du mauvais temps, M. Beaulieu pourrait bien ne récolter qu'un épi sur trois de ses premiers semis conventionnels. Le légume sera trop petit, mal formé ou encore, pas beau du tout.

Heureusement, la récolte de M. Beaulieu n'est pas entièrement compromise. En effet, les plants des autres semis promettent de beaux légumes. Si d'autres producteurs sont moins chanceux, il se promet de leur donner un coup de main en les approvisionnant. 


Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Renversement d’un poids lourd sur l’autoroute 10

Renversement d’un poids lourd sur l’autoroute 10
Famille d’accueil pour ados: la situation est plus criante cette année

Famille d’accueil pour ados: la situation est plus criante cette année
NOS RECOMMANDATIONS
Quelle est la solution à l’incompétence d’un salarié?

Quelle est la solution à l’incompétence d’un salarié?
Un homme arrêté dans le bunker des Hells à Lennox

Un homme arrêté dans le bunker des Hells à Lennox
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Rythme au travail
 
Jessica Mackey, Via L'Attitude
Samedi, 24 février 2018
Cholestérol alimentaire, quel est l’impact?

Béatrice Dupont-Chartier
Jeudi, 22 février 2018
L'importance de s'impliquer à l'école

Me Ariane Ouellet
Jeudi, 22 février 2018
Quelle est la solution à l’incompétence d’un salarié?

Cégep de Sherbrooke
Jeudi, 22 février 2018
Le Cégep de Sherbrooke selon Marie Théorêt

Daniel Nadeau
Mercredi, 21 février 2018
Le legs de Justin

William Lafleur
Mercredi, 21 février 2018
Ne tourne pas les coins ronds, mais assoupli tes attentes

Isabelle Perron
Mercredi, 21 février 2018
Écoute-moi !!!

Royal Lepage Jacinthe Dubé - 22 fevrier 2018
Hyundai Sherbrooke - fevrier 2018
Les touristes pourraient être nombreux au coin des rue Merry et Principale Par Cynthia Dubé Mardi, 20 février 2018
Les touristes pourraient être nombreux au coin des rue Merry et Principale
« Donner une chance égale à tous les enfants » Par Vincent Lambert Mardi, 20 février 2018
« Donner une chance égale à tous les enfants »
Écoute-moi !!! Par Isabelle Perron Mercredi, 21 février 2018
Écoute-moi !!!
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous