magasingeneral.com
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Contactez-nous        
 
20°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
  Le Cégep de Sherbrooke a procédé à l'inauguration de son espace extérieur sur le campus, dédié aux étudiants.
 
ACHETEZ EstriePlus.com
Journal Le Haut-Saint-François
La une
Actualité
Art et Culture
Cahiers Spéciaux
Sports
Opinions
Dates de parution
Contactez-nous
Facebook
Agenda
Radioactif Forfait Internet mai 2018
JOURNAL LE HAUT-SAINT-FRANÇOIS / Actualité
Jean-Claude Vézina Par Jean-Claude Vézina
info@journalhsf.com

Mercredi, 1 juin 2016

Abolition de la loi 86 en éducation



 Imprimer   Envoyer 

Yves Gilbert, président de la Commission scolaire des Hauts-Cantons (CSHC), se réjouit de l'abolition du projet de loi 86 en éducation qui, dans les grandes lignes, mettait fin à ces organismes administratifs élus du Québec. Écrit par François Blais, ancien ministre de l'Éducation, du Loisir et du Sport et ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et des Sciences du Québec, ce document avait été mal accueilli. Sébastien Proulx, le quatrième ministre de l'Éducation depuis un peu plus de deux ans, devrait en déposer un nouveau quelque part en juin, promet M. Gilbert.

Selon le président de la CSHC, deux motivations ont décidé le ministre Proulx à sabrer ce document. « Le gouvernement s'est rendu compte que la loi 86 ne comblait pas les attentes des commissions scolaires du Québec », donne-t-il comme premier élément. Il ajoute que M. Proulx a eu « une bonne écoute ; il a écouté, il a dit qu'on va mieux regarder et qu'en juin, il y aura un nouveau projet de loi. »

« Souvent, le gouvernement lance des ballons pour valider ses projets de loi. En commission parlementaire, 90 % des délégués lui ont fait remarquer qu'on ne parlait pas de la réussite des élèves. L'acceptabilité sociale n'était pas acquise », reprend M. Gilbert.

Dans le prochain avant-projet, on devrait retrouver l'élément suivant selon le président: la maternelle 4 ans et l'école obligatoire jusqu'à 18 ans. « Tous les grands pays le font », fait-il remarquer. Soucieux du tollé que pourrait soulever cette proposition, il insiste pour que les personnes impliquées autour de la rédaction de ce futur document se penchent sur les moyens à mettre de l'avant pour que les enfants et les adolescents trouvent la motivation nécessaire pour réussir ce parcours. « Comment faire pour transmettre les connaissances ? Comment l'enfant doit-il s'approprier ce modèle d'éducation ? », s'interrogeait-il en entrevue.

Lors de la commission parlementaire, les présidents de commissions scolaires de l'Estrie ont brodé autour du fil conducteur « si l'élève était perdant avec le projet de loi 86... », mentionne M. Gilbert. Aujourd'hui, avec l'ouverture d'esprit du ministre, ce thème a muté en « Et si l'élève était gagnant avec la nouvelle mouture... », indique-t-il satisfait.

Pour autant, rien n'est acquis. M. Gilbert reste préoccupé par le taux élevé d'échec et de décrochage scolaire. Il espère que le prochain texte du ministre Proulx contiendra des modèles éducatifs imaginatifs pour intéresser les écoliers et les élèves du secondaire qui passeront deux ans de plus sur les bancs d'école. Le président cite en exemple la réussite du programme de la Maison familiale rurale du Granit (MFR) de Saint-Romain. Les jeunes, à la fin de leur parcours, répondent aux exigences du ministère pour l'obtention du certificat d'études du secondaire tout en apprenant un métier relié à l'agriculture et à la foresterie.

Devrait-on établir des diplômes pour des emplois ou des professions spécifiques ? Devrait-on axer l'enseignement en fonction de l'employabilité ? Comment offrir à la fois les connaissances de base et une spécialisation ? Ces questions devraient trouver quelques éléments de réponses lors de l'étude portant sur une révision de la politique nationale de l'éducation prévue pour l'automne prochain.

« Tous les experts croient que c'est une bonne approche [que ce changement de cap de la part du ministre], » mentionne M. Gilbert. « Cependant, ajoute-t-il, le défi à relever sera grand. » Déjà, il pointe du doigt les prises de position syndicales. Quelques-uns seraient prêts à contester l'idée de l'école de la maternelle 4 ans jusqu'à 18 ans, juge-t-il.

Le président s'est dit content malgré tout le travail qui s'annonce. « Je suis satisfait qu'on puisse continuer notre travail. Nous serons encore le relais entre le ministre et les citoyens. Nous continuerons nos tâches administratives et politiques. On veut se donner des outils pour réussir », conclut-il.


Sykes Sherbrooke ICT Canada Marketing
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Création de 63 emplois à Danville

Création de 63 emplois à Danville
Nouveau poste de la SQ à Magog

Nouveau poste de la SQ à Magog
NOS RECOMMANDATIONS
L’inflammation chronique, c’est quoi ça et en quoi ça nous concerne?

L’inflammation chronique, c’est quoi ça et en quoi ça nous concerne?
Magog: 5 arrestations pour alcool au volant

Magog: 5 arrestations pour alcool au volant
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Radio-Canada - Par Ici l'info
 
François Fouquet
Lundi, 17 septembre 2018
Jacques Rougeau et les élections…

Centre de développement athlétique Badmofo Methods
Un homme qui souffre de schizophrénie manque à l’appel Par Cynthia Dubé Vendredi, 14 septembre 2018
Un homme qui souffre de schizophrénie manque à l’appel
L’inflammation chronique, c’est quoi ça et en quoi ça nous concerne? Par Marie-Soleil Samson, B.Sc., ND. A. Jeudi, 13 septembre 2018
L’inflammation chronique, c’est quoi ça et en quoi ça nous concerne?
Une augmentation de 25% de la clientèle Par Cynthia Dubé Mardi, 11 septembre 2018
Une augmentation de 25% de la clientèle
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous