magasingeneral.com
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Contactez-nous        
 
-19°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
Memphrémagog - journal
Journal Le Haut-Saint-François
La une
Actualité
Art et Culture
Cahiers Spéciaux
Sports
Opinions
Dates de parution
Contactez-nous
Facebook
Agenda
JOURNAL LE HAUT-SAINT-FRANÇOIS / La une
Pierre Hébert Par Pierre Hébert
pierre@journalhsf.com

Mercredi, 5 novembre 2014

Québec voudrait abolir les CLD



 Imprimer   Envoyer 

Les informations circulant à l'effet que le gouvernement du Québec songerait à abolir les Centres locaux de développement (CLD) au Québec tout en laissant la discrétion aux MRC le choix de maintenir ou non son CLD avec un budget amputé d'au moins 50 % cause un remous dans les différentes communautés de la province.

L'impact d'une telle décision, estiment les intervenants du milieu, serait néfaste pour le développement du territoire et pourrait se traduire par une perte de quatre à cinq emplois pour l'organisme du Haut-Saint-François. 

Rencontrés vendredi passé, Nicole Robert, préfet de la MRC et présidente du CLD du Haut-Saint-François, ainsi que Dominic Provost et Gaétane Plamondon, respectivement directeur général et membre du conseil d'administration de l'organisme de développement économique, ont brossé un portrait peu reluisant de la situation et ce à partir d'informations qu'ils disposaient. Le gouvernement s'apprêterait à couper l'enveloppe accordée aux 120 CLD du Québec de 40 M$ la faisant passer de 72 M$ à 32 M$. Pour le CLD du Haut-Saint-François, cela représenterait un manque à gagner de plus ou moins 380 000 $. Mme Robert admet que les municipalités ne pourront combler cet écart. Selon M. Provost, cette diminution financière signifierait la perte de quatre à cinq emplois. Avec de telles coupures, il y aura une réflexion profonde à faire et des choix difficiles à effectuer. Aux dires des intervenants, ça deviendra impossible par exemple d'accompagner le développement de la zone agricole, de soutenir celui du  secteur touristique ou encore de suivre proactivement les entreprises nouvellement démarrées. Mme Robert mentionne que la MRC poursuivra le développement économique, mais sans préciser sous quelle forme ! « Il va falloir faire avec ce qui reste, mais ça nous prend un bras de développement économique. »

Si le gouvernement poursuit dans sa volonté d'abolir les CLD, ça sera la santé économique des régions qui risque d'en souffrir, laissent entendre les interlocuteurs. Mme Robert mentionne qu'au niveau local « nos conseillers ont assisté au cours des cinq dernières années plus de 150 projets d'entreprises et participé à des projets d'investissement de plus de 33,8 M$ sur notre territoire. C'est plus de 800 emplois qui ont été créés et consolidés. Sans ces projets, nous perdons des emplois et sans ces emplois, c'est toute notre Municipalité régionale de comté (MRC) qui se vide de sa population. » Mme Plamondon, copropriétaire de Tardif Diesel, ajoute « je trouve aberrant de couper dans quelque chose qui fonctionne. Si nous, on n'avait pas eu le CLD, on ne serait pas là où on est présentement. Juste chez nous, ce serait 30 emplois de moins, beaucoup de jeunes employés et de jeunes familles qui ne se seraient pas installés chez nous. »

Outre l'aide directe aux entreprises, M. Provost mentionne que de nombreux projets collectifs sont supportés par les ressources humaines et financières du CLD. Il souligne à titre d'exemple le Chemin des Cantons, le Parc régional du marais des Scots ainsi que le développement d'Internet haute vitesse. 

Les trois représentants du CLD ajoutent que l'organisme de développement économique est collecté sur le milieu dont les priorités sont décidées par les entrepreneurs et élus municipaux situés au coeur même du développement local. On précise que le rôle de cet outil de développement est encore plus important en région et joue un rôle déterminant quant à la vitalité économique des milieux. D'autre part, Mme Plamondon ajoute qu'il est faux, de la part du gouvernement, de prétendre que les frais d'administration sont élevés. Elle souligne le travail bénévole des administrateurs et le souci de maintenir une gestion serrée. On mentionne dans un communiqué de presse, « comparativement aux organisations gouvernementales, les services sont dispensés à une fraction du coût, permettant d'offrir plus de services à la communauté pour les mêmes dollars investis. On ajoute qu'en étant près du milieu, les intervenants sont hautement imputables des résultats attendus et consacrent peu de leurs ressources à la gestion et administrent les deniers publics avec rigueur sous la responsabilité d'un conseil d'administration formé d'élus municipaux et de représentants du milieu. »

Campagne d'appui

À l'échelle provinciale, l'Association des Centres locaux de développement du Québec (l'ACLDQ) et son président, Yves Maurais, invitent les gens à participer à la campagne de sensibilisation 2.0 Jamais sans #moncld. L'objectif vise à interpeller la population, les entrepreneurs, les élus et bien sûr les 1 350 professionnels et 3 000 bénévoles qui forment le réseau des CLD et leurs partenaires pour contrer activement cette avenue. « Jamais sans #moncld est là pour rappeler l'importance de maintenir l'expertise locale, la connaissance des enjeux locaux et la neutralité des décisions par des professionnels, insiste M. Maurais. Nous en appelons à la résilience de nos membres. La richesse du Québec passe par les petites entreprises et nous devons continuer de les soutenir », renchérit-il. D'ailleurs, des lettres d'appuis envers le CLD sont également disponibles. Il suffit d'y apposer le logo de l'entreprise, le nom du responsable et l'acheminer aux adresses déjà inscrites pour le député de Mégantic, Ghislain Bolduc ainsi qu'aux ministres Jacques Daoust, Jean-Denis Girard et Pierre Paradis. 


Sykes Sherbrooke ICT Canada Marketing
Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Faire quelque chose, mais quoi? Mais qui?

Faire quelque chose, mais quoi? Mais qui?
Deux hommes arrêtés à Coaticook pour un vol de tracteur

Deux hommes arrêtés à Coaticook pour un vol de tracteur
NOS RECOMMANDATIONS
Température hors norme pour l’Estrie

Température hors norme pour l’Estrie
Un point de vente de cocaine et de crack démantelé

Un point de vente de cocaine et de crack démantelé
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Val Estrie Ford - mai 2018
 
Sylvie Roy
Jeudi, 22 novembre 2018
Aider son enfant à surmonter la perte d’un animal

Catherine Côté
Mercredi, 21 novembre 2018
Le Glam à l’honneur pour les fêtes !

Daniel Nadeau
Mercredi, 21 novembre 2018
Sommes-nous toujours des Canadiens français?

Marie-Soleil Samson, B.Sc., ND. A.
Mardi, 20 novembre 2018
Guide de survie pour les fameux partys de Noël

François Fouquet
Lundi, 19 novembre 2018
Faire quelque chose, mais quoi? Mais qui?

Centre de développement athlétique Badmofo Methods
Une quinzaine d’armes volées chez Pronature Par Vincent Lambert Mercredi, 14 novembre 2018
Une quinzaine d’armes volées chez Pronature
Le triomphe pervers de Trump Par Daniel Nadeau Mercredi, 14 novembre 2018
Le triomphe pervers de Trump
Bilan de la perquisition rue Des Blés Par Cynthia Dubé Mardi, 20 novembre 2018
Bilan de la perquisition rue Des Blés
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous