Théâtre_Granada_Carling
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  Bilan Covid du 1er décembre
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe en Estrie
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Santé et Beauté
Famille
Automobile
Avis publics
Découvertes
Blogue
CHRONIQUEURS / L'Agora
Daniel Nadeau Par Daniel Nadeau

Mercredi, 3 novembre 2021

À vous de le décider…



 Imprimer   Envoyer 

Dans 4 jours, le Québec ira aux urnes. Dans 1108 municipalités et villes du Québec, la population se choisira des élus afin de gérer leurs affaires qui relèvent de la responsabilité municipale. Si nous sommes généralement bien informés de ce qui se passe dans les grandes villes plus populeuses, souventes fois nous ignorons les enjeux qui se posent à de nombreuses municipalités au Québec. L'année 2021 ne fait pas exception à la règle. Néanmoins, on peut constater de nombreux changements. D'abord, les femmes sont de plus en plus nombreuses à se présenter non seulement comme conseillère municipale, mais au poste de maire. Cela est particulièrement visible dans les grandes villes comme Gatineau, Saguenay, Longueuil, Sherbrooke, Montréal, Laval et Québec. Puis, c'est connu, le taux de participation des électeurs serait autour de 50 % ou moins dans la plupart des municipalités et des villes. Il y a encore beaucoup à faire pour intéresser les citoyennes et les citoyens du Québec aux élections municipales. Enfin, l'autre révélation de ce rendez-vous électoral c'est l'émergence de la question des changements climatiques, comme enjeu dans ces élections. Réflexions libres sur le monde municipal en campagne.

Des courses serrées à prévoir

Dans plusieurs villes du Québec, il y aura un renouvellement au poste de maire. Cela sera le cas à Gatineau, à Laval, à Québec et à Longueuil. Ailleurs, les courses s'annoncent serrées comme à Montréal où Valérie Plante et Denis Coderre sont nez à nez dans les sondages de même qu'à Sherbrooke où le maire sortant Steve Lussier est, selon un sondage publié il y a quelques semaines, troisième derrière Luc Fortin et Évelyne Beaudin qui se présente à la tête d'une formation politique Sherbrooke citoyen. À Québec, le nouveau venu Bruno Marchand fait une remontée importante dans les derniers sondages pour caracoler à 22 % avec le représentant de l'opposition Jean-François Gosselin. La dauphine de Régis Labeaume mène toujours avec 31 % des intentions de vote. Bref, un peu partout au Québec dans les grandes villes, les courses sont, ou serrées ou à l'avantage des nouveaux venus qui sont souvent des femmes. C'est dire qu'il y a un vent de changement qui souffle sur les villes et les municipalités du Québec et que ce changement prend souvent le visage d'une femme. C'est rassurant pour l'avenir de prendre acte du renouvellement de la classe politique municipale au Québec et d'y voir en plus grand nombre des femmes et des représentants de la diversité.

Sherbrooke, la ville de toutes les surprises

Les Sherbrookoises et les Sherbrookois feront aussi entendre leur voix quant au choix de leur prochain conseil municipal le 7 novembre prochain. J'ai trop de considération à votre égard pour vous dire comment exercer votre droit de vote. Je préfère vous livrer quelques observations sur la campagne électorale à Sherbrooke et vous laisser libre de juger ce que vous en pensez. Vous ne retrouverez donc pas dans cette chronique le dévoilement de mes propres choix électoraux dans mon quartier et à la mairie. D'ailleurs, je me suis prévalu de mon droit de vote par anticipation dimanche dernier. Une chose est certaine, on peut s'attendre à tout à Sherbrooke. Depuis l'élection de députés du Nouveau parti démocratique au palier fédéral, d'une députée issue de Québec solidaire et de la victoire surprise en 2017 d'un maire jusque-là inconnu de tous qui est venu infliger la défaite au maire sortant Bernard Sévigny alors président de l'Union des municipalités du Québec (UMQ). Tout est possible à Sherbrooke et je crois que nous ne sommes pas à l'abri de nouvelles surprises.

Branle-bas de campagne

Il faut dire que la campagne électorale qui s'achève à Sherbrooke a donné lieu à de nombreux rebondissements. Le retrait du candidat Vincent Boutin qui était un candidat de choix, l'arrivée de l'ancien député-ministre Luc Fortin pour assurer une troisième voie entre Steve Lussier et Évelyne Beaudin furent à mes yeux les éléments les plus marquants de cette campagne. Indéniablement, la palme de la meilleure campagne revient à Sherbrooke citoyen et à sa cheffe Évelyne Beaudin. Luc Fortin a mené une campagne terrain et il a su faire preuve de sa capacité de rassembler, mais il n'a pas impressionné par sa connaissance des dossiers municipaux et de ses engagements électoraux. Le maire sortant, Steve Lussier, a pris beaucoup de temps à se manifester et à lancer sa campagne. Néanmoins, à ma grande surprise, le maire sortant Steve Lussier est le candidat le plus amélioré de la campagne électorale qui s'achève. Entre aujourd'hui et sa campagne de 2017, c'est le jour et la nuit.

Évelyne Beaudin, de Sherbrooke citoyen, a mené pour son parti une excellente campagne qu'elle a alimentée avec plusieurs idées et projets liés à ses diverses prises de position tout au long du dernier mandat. Enfin, Luc Fortin, nouveau venu dans cette campagne qui a agi en quelque sorte comme frappeur de relève du candidat et conseiller municipal Vincent Boutin, a lui aussi connu une bonne campagne en faisant appel à son expérience politique et le maire sortant Steve Lussier a été égal à lui-même en faisant preuve de peu de vision et de peu leadership si ce n'est de se coller aux réalisations du dernier conseil municipal.

La question de l'urne de dimanche prochain est loin d'être limpide. Il faut dire qu'au cours du dernier mandat du conseil municipal, marqué par de stériles querelles sur des sujets souvent oiseux, le monde municipal n'a pas été réinventé. Le manque de leadership était flagrant dans plusieurs dossiers. Souvent, les citoyennes et les citoyens avaient l'impression que la Ville de Sherbrooke était laissée sans timonier et que ce sont les membres de la fonction publique sherbrookoise qui dictaient le programme politique. L'un des enjeux de cette campagne devrait à mon sens reposer sur ce pilier : donner du leadership et une vision claire de l'avenir à notre ville. C'est à mon avis le principal enjeu de cette campagne : le leadership et une vision claire pour l'avenir.

Votre choix du 7 novembre

À la mairie à Sherbrooke quatre choix s'offrent aux électeurs soit Évelyne Beaudin, Luc Fortin, Steve Lussier et Patrick Tétreault. Ce dernier a fait une campagne très discrète et il n'a même pas participé à tous les débats pour des raisons sanitaires. D'entrée de jeu, on peut donc l'éliminer parmi les choix crédibles. Il reste donc deux candidats et une candidate. Steve Lussier, le maire sortant, même s'il s'est amélioré un peu durant cette dernière campagne, est à mon sens un choix qui restera marqué par sa méconnaissance de la scène municipale et par son manque de leadership. Si bien qu'à mes yeux, la course est une vraie course à deux entre Évelyne Beaudin et Luc Fortin.

J'ai beaucoup d'estime pour Évelyne Beaudin. Jeune femme dynamique qui connait ses dossiers, madame Beaudin est une première de classe. Son parti, Sherbrooke citoyen et elle, ont mené la meilleure campagne électorale. Les thèmes chers à ce parti et à Évelyne Beaudin ont été mis à contribution. La transparence, la protection de l'environnement, la place des vélos, l'économie circulaire, la volonté de mettre au pas les promoteurs immobiliers, une gouvernance plus efficace, des finances plus transparentes, une décentralisation accrue vers les arrondissements, l'idée de faire revivre les arrondissements abolis par la réforme Paquin, une gestion plus serrée des dépenses, des augmentations de taxes plus prévisibles et une plus grande participation citoyenne sont au cœur du projet politique de madame Beaudin et de Sherbrooke citoyen.

Si en ce qui a trait au contenu et à la présence, la campagne électorale de Sherbrooke citoyen et de la candidate à la mairie Évelyne Beaudin a été un excellent parcours, on peut néanmoins s'inquiéter de certains silences. Ainsi, sur le plan du développement économique surtout en matière industrielle et d'exportation, Sherbrooke citoyen et sa candidate n'ont pas énoncé clairement leur vision. Le développement économique ne se résume pas au développement immobilier d'une ville ni au commerce local. L'absence d'une vision claire quant au développement de l'industrie manufacturière est à mon sens un silence lourd qui a de quoi rendre dubitatif tout électeur. Quant au leadership, madame Beaudin a encore aujourd'hui à faire la preuve qu'elle est capable de travailler en équipe avec des gens qui ne partagent pas ses points de vue. Diriger une équipe qui a les mêmes opinions n'est pas la même chose que de gérer un groupe de gens avec des visions et des valeurs différentes. Cela demande un doigté particulier. Si jamais madame Beaudin remporte la confiance des gens de Sherbrooke, elle devra faire ses preuves en cette matière. Je crois cependant qu'Évelyne Beaudin fera la preuve, le cas échéant, qu'elle est capable d'adaptation. L'histoire qui reste à être écrite nous le dira.

Luc Fortin est arrivé comme un cheveu dans la soupe dans cette campagne. Il a remplacé au pied levé le candidat Vincent Boutin. Politicien d'expérience, Luc Fortin a un certain charisme et le milieu sherbrookois avait plutôt une bonne opinion de lui lorsqu'il était député libéral de Sherbrooke et ministre dans le cabinet de Philippe Couillard. Par ailleurs, l'équipe de campagne de Vincent Boutin s'est jointe à Luc Fortin, tant et si bien que l'on peut penser que la campagne menée par Luc Fortin ressemble à celle qu'aurait menée Vincent Boutin s'il était demeuré dans la course.

Luc Fortin a mené une bonne campagne et il s'est fort bien défendu dans les débats pour quelqu'un qui était moins familier que certains de ses opposants avec les rouages de la politique municipale. Il n'a pas été trop atteint par ses allégeances libérales et son bilan comme ministre de la Famille, même si le débat fait rage en ce moment dans l'actualité dans le sillage des négociations entre le gouvernement et le syndicat des travailleuses en petite enfance. De manière générale, Luc Fortin a mené une bonne campagne, mais qui manquait parfois de contenu et de vision si l'on compare à celle de Sherbrooke citoyen. Néanmoins, on ne peut lui en tenir rigueur, car il a énoncé des engagements clairs pour le développement économique de Sherbrooke, le marché d'exportation et le rayonnement de Sherbrooke comme troisième pôle urbain au Québec. Il s'est aussi commis sur des questions comme les maisons intergénérationnelles, les taxes et de nombreux autres sujets qui sont plus des engagements nichés que d'une vision globale du développement de Sherbrooke pour l'avenir. Luc Fortin a une capacité de rassembler les gens autour de ses objectifs. Luc Fortin a aussi un sens de la famille et sait comment parler à cette clientèle électorale importante surtout dans les arrondissements de Fleurimont et de Rock Forest─Saint-Élie─Deauville. En ce sens, il sera au cœur de la lutte jusqu'à la fin. Il était en avance dans les sondages et c'est la capacité de son organisation à bien identifier ses électeurs et à faire sortir le vote qui fera la différence. Luc Fortin pourrait remporter l'élection le 7 novembre même si sa principale adversaire, Évelyne Beaudin, a gagné la campagne électorale. Une situation similaire à celle qui avait opposé Paul Gervais et Jean-Yves Laflamme à la mairie de Sherbrooke en 1990.

Votre choix...

Dimanche prochain, ce sera à chacun de vous de faire votre choix. Croyez-vous à un leadership de type rassembleur comme celui que Luc Fortin semble nous proposer ou à un leadership de contenu et de vision comme celui que propose Évelyne Beaudin et son équipe de Sherbrooke citoyen ? Peut-être voulez-vous accorder une seconde chance en accordant votre confiance à nouveau au maire sortant, Steve Lussier, pour sa bonhommie légendaire et à son sourire contagieux ? Moi, mon avis c'est que la course se jouera entre Évelyne Beaudin et Luc Fortin. Je prévois que nous allons veiller tard dimanche soir, car le résultat risque d'être aussi serré que celui de la campagne de 2009 mettant aux prises alors Bernard Sévigny et Hélène Gravel. Quelle sera l'ampleur à Sherbrooke du vent de changement qui souffle sur les municipalités et villes du Québec ? À vous de le décider...
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
La politique québécoise s’emmêle…

La politique québécoise s’emmêle…
Le verre d’eau

Le verre d’eau
Destination_Sherbrooke_etincelles_2
NOS RECOMMANDATIONS
Sécurité des sans-abris, le milieu se mobilise

Sécurité des sans-abris, le milieu se mobilise
Recherche de sens et espace

Recherche de sens et espace
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Destination_Sherbrooke_lumière_2
 
Yves Nantel
Vendredi, 3 décembre 2021
La Solution: quatre voies s'affrontent

Daniel Nadeau
Mercredi, 1 décembre 2021
La politique québécoise s’emmêle…

François Fouquet
Lundi, 29 novembre 2021
Recherche de sens et espace

JD_NOVEMBRE_2021
Destination_Sherbrooke_etincelles_1
Bilan Covid 19 du 1er décembre Par Daniel Campeau Mercredi, 1 décembre 2021
Bilan Covid 19 du 1er décembre
Ouverture officielle à Racine de la Fromagerie Nouvelle France Lundi, 29 novembre 2021
Ouverture officielle à Racine de la Fromagerie Nouvelle France
Covid 19 : la situation est préoccupante en Estrie selon le Dr Poirier Par Daniel Campeau Mardi, 30 novembre 2021
Covid 19 : la situation est préoccupante en Estrie selon le Dr Poirier
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous
-
slimecut