Service d’aide aux Néo-Canadiens
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
 
10°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
ACHETEZ EstriePlus.com
ACTUALITÉS
Estrie
Memphrémagog
Culture & Événements
Sports
L'actualité en photos
L'actualité en vidéos
CAHIERS
Affaires & Juridique
Automobiles
Découvertes
Éducation
Famille
Habitation
Mode-Santé-Beauté
Style de vie
Voyages & Gastronomie
Blogue
JOURNAUX LOCAUX
Le Papotin
Coopérative Funéraire de l'estrie 25 avril 2018
CHRONIQUEURS / L'Agora
Daniel Nadeau Par Daniel Nadeau

Mercredi, 27 décembre 2017

D’où vient le Bye Bye?



 Imprimer   Envoyer 
Pour plusieurs, la veille du Jour de l'an est synonyme du Bye Bye de Radio-Canada.

Bientôt, les médias regorgeront de critiques et de commentaires sur ce que l'on aura aimé ou pas du Bye Bye 2017. On s'avisera sûrement de critiquer les comédiens, le choix des sujets, la réussite ou non de certaines imitations.

C'est la routine du jour de l'an. « Business as usual ». Mais si l'on se demandait plutôt que de jouer au critique spécialisé du Bye Bye de cette année, d'où vient cette tradition de se réunir en famille pour voir les faits marquants de l'année.

Le Bye Bye de Radio-Canada

Certains diraient à juste titre de la revue de fin d'année, le Bye Bye, qu'il est une tradition bien ancrée perpétuée par la Société Radio-Canada depuis 1968.

Voici l'historique que l'on peut retrouver sur Wikipédia 

« L'émission a été présentée toutes les années de 1968 à 1998. Toutefois, en raison de la démission des membres de l'équipe du Bye Bye 1997, le spécial n'a pas été présenté cette année-là. Cependant, une rétrospective des meilleurs Bye Bye avait été diffusée. En 1998, Daniel Lemire prend en charge toute la structure du Bye Bye. Ce fut le dernier spécial jusqu'à ce que Radio-Canada engage Véronique Cloutier pour une nouvelle formule en 2003. L'année 2004 ayant été difficile pour Cloutier, Radio-Canada a décidé de ne pas renouveler l'expérience.

À la demande populaire et constatant qu'il n'y avait plus de domination télévisuelle la veille du Jour de l'an, Radio-Canada engage le groupe Rock et Belles Oreilles (RBO) pour concevoir une nouvelle mouture du Bye Bye, celui de 2006, afin de souligner les 25 années d'existence du groupe. C'est aussi RBO qui a conçu le Bye Bye 2007. Toutefois, en 2008, Radio-Canada s'est tournée à nouveau vers Véronique Cloutier pour animer et produire cette revue télévisée de fin d'année.

Avant de recevoir l'appellation Bye Bye, le concept a été présenté sous un autre nom, soit Salut '57!, diffusé le 31 décembre 1956, le 31 décembre 1957 et puis pendant trois autres années, de 1959 à 1961 c'est l'émission Au p'tit café qui se charge de la revue de l'année qui se termine. D'autres comme Zéro de conduite, Ça va éclater! et, Les Couche-tard furent aussi utilisés pour les spéciaux de fin d'année présentés les télédiffuseurs.

La comédienne et humoriste Dominique Michel a participé à pas moins de dix-sept Bye Bye dans toute sa carrière, incluant le spécial de 1997, 30 fois Bye Bye. Ce fut ainsi son dernier Bye Bye. »

Cela conforte sûrement celles et ceux qui ont répondu que le Bye Bye est une tradition purement télévisuelle implantée par la Société Radio-Canada. Mais ce n'est pas toute la vérité. S'il est vrai que la formule des Bye Bye télévisuels est issue de Radio-Canada et de la télévision, la tradition des revues d'actualité est un pur produit du début du théâtre et du début de la scène à Montréal au 19e siècle. Voyons cela de plus près.

Montréal, Québec Canada, 1900

Les premières revues d'actualité occupent une large place sur la scène culturelle montréalaise au début du 20e siècle. La population se prend d'affection pour ces nouveaux produits culturels et on y retrouve autant un public ouvrier qu'un public de classes bourgeoises. C'est d'ailleurs à partir de ces revues d'actualité que se créera au Québec une véritable tradition théâtrale.

Les revues d'actualité sont des spectacles hétéroclites composés de plusieurs sketchs, chansons, saynètes et monologues. De façon générale, ces revues traitent d'événements d'actualité de la vie et sociale de l'époque et elles mettent en vedette des politiciens et des personnalités connues. On y retrouve aussi des personnages insolites inventés de toutes pièces comme le personnage Maison à louer, Scandale de l'électricité. Règle générale, la trame narrative est assurée par une commère ou un compère qui raconte au public présent une histoire en se servant de lieux et de personnages.

La meilleure revue de cette époque selon les auteurs est Le diable en ville d'Alexandre Sylvio. La presse relate ce spectacle de la façon suivante : Le diable est revenu sur terre pour se rendre compte de ce qui s'y passe, étant donné du grand nombre de mortels qu'il reçoit dans son domaine. Il fait le tour de la ville et avec ses deux personnages qui l'accompagnent, on visite l'Hôtel Mont-Royal, on rencontre l'heure normale, l'amateur de radio, une salle de théâtre, un cinéma. Les situations sont cocasses et l'humour est au rendez-vous. On retrouve là l'essence même des Bye Bye d'aujourd'hui même si le produit culturel a beaucoup évolué.

Des racines françaises

Ces revues d'actualité ont des racines proprement françaises. Elles ont été les principales attractions culturelles à Montréal de 1900 à 1930 et ont accompagné la venue de la modernité au Québec. On doit les premières revues d'actualité locale à des Français établis à Montréal tels les frères Delville, Numa Blès et Lucien Boyer. Par la suite, on retrouve une influence américaine par le biais des spectacles de variétés et du burlesque. Alexandre Sylvio produit Y'en a dedans en 1927. Ce spectacle aligne saynètes, dialogues, sketchs, parodies, chansons en solo ou en duo, en plus d'un burlesque de la vie moderne intitulé le progrès en l'an 50 (Lacasse et coll., p. 103).

Les revues d'actualité connaîtront un immense succès et elles seront supplantées à la fin des années 30 par la radio et le théâtre qui commence à prendre de l'importance sur les scènes de Montréal. Ce n'est que vers la fin des années 1950, plus précisément en 1957, que ces revues d'actualité reprendront forme à la télévision avant de devenir la tradition des Bye Bye que nous connaissons si bien aujourd'hui.

Le Bye Bye 2017

Au moment où j'écris cette chronique, je ne sais pas si le Bye Bye 2017 sera une bonne cuvée. Je sais cependant qu'il fera selon toute vraisemblance une large place aux scandales sexuels et au cafouillage de nos grands corps de police. Je ne serai pas surpris que l'on réserve une place toute particulière à l'ancien chef libéral Jean Charest qui a effectué un retour dans l'actualité politique à l'occasion du congrès du PLQ qui soulignait le 150e anniversaire de ce parti politique. On verra bien dans quelques jours. Chose certaine, l'édition du Bye Bye 2017 fera l'objet de moult commentaires de la part de tous les observateurs comme le sont toutes les émissions de télévision qui ont encore le privilège d'avoir une cote d'écoute de plus d'un million de téléspectatrices et de téléspectateurs.

Ce que je sais cependant c'est que ce Bye Bye 2017 est issu d'une vieille tradition de revue d'actualité qui a dû faire face en leur temps à de nombreuses critiques et même à la censure de l'Église catholique. Une Église qui n'aimait pas beaucoup le théâtre léger et l'humour grinçant de pièces comme Le diable en ville. Autres temps, autres mœurs me direz-vous. Pourtant, 2017 aura été l'année de l'omniprésence du fait religieux dans l'actualité...

Ce qu'il faut retenir c'est que si la critique est parfois dure envers nos créateurs culturels, nous pouvons au moins nous consoler du fait que nous n'avons plus la censure de l'Église. En ce début d'année 2018 dans quelques jours, rappelons-nous combien la liberté d'expression est une valeur chère pour nous tous...

Santé, Bonheur et Prospérité pour 2018!

N.B: Ce texte a été publié en partie l'année dernière.  

Lectures recommandées :
Germain Lacasse, Johanne Massé et Bethsabée Poirier, Le diable en ville. Alexandre Sylvio et l'émergence de la modernité populaire au Québec, Montréal, Presses universitaires de Montréal, 2012, 306 p.


Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Le Québec d’esprit colonial

Le Québec d’esprit colonial
Ô ma sœur la violence

Ô ma sœur la violence
NOS RECOMMANDATIONS
Sherbrooke accueillera son premier Festibière

Sherbrooke accueillera son premier Festibière
Pont Bishop’s à Lennox; les travaux commencent le 7 mai

Pont Bishop’s à Lennox; les travaux commencent le 7 mai
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Hyundai Sherbrooke - avril 2018
 
Daniel Nadeau
Mercredi, 25 avril 2018
Intentions voilées...

Catherine Côté
Mercredi, 25 avril 2018
La bonne tenue pour la bonne occasion

Léandre Lachance
Mardi, 24 avril 2018
La table à cinq pattes: vie intellectuelle

François Fouquet
Lundi, 23 avril 2018
Le meilleur et le pire

Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke
Lundi, 23 avril 2018
À l'école Mitchell-Montcalm les midis, il y en a pour tous les goûts

Cégep de Sherbrooke
Lundi, 23 avril 2018
Anh Minh Truong : du cégep au grand écran

Hyundai Sherbrooke - avril 2018
Centro : Alexandre Hurtubise réélu à titre de président Par Cynthia Dubé Jeudi, 19 avril 2018
Centro : Alexandre Hurtubise réélu à titre de président
Toyota Rav4 2019 Mardi, 17 avril 2018
Toyota Rav4 2019
2 méthodes d'entrainement efficace pour brûler du gras Par William Lafleur Mercredi, 18 avril 2018
2 méthodes d'entrainement efficace pour brûler du gras
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous