Collège Champlain de Lennoxville - Comptabilité
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
 
-8°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
Memphrémagog - journal
ACTUALITÉS
Estrie
Memphrémagog
Culture & Événements
Sports
L'actualité en photos
L'actualité en vidéos
CAHIERS
Automobiles
Habitation
Mode-Santé-Beauté
Voyages & Gastronomie
Affaires & Juridique
Famille
Style de vie
Éducation
Blogue
JOURNAUX LOCAUX
Le Papotin
Jean Coutu - Sylvie Lussier & François Maltais
CHRONIQUEURS / L'Agora
Daniel Nadeau Par Daniel Nadeau

Mercredi, 6 décembre 2017

Philippe Couillard, fils spirituel d’Adélard Godbout



 Imprimer   Envoyer 
Adélard Godbout, premier ministre du Québec dans les années 1930.

Fin novembre, le Parti libéral du Québec célébrait en grande pompe son 150e anniversaire d'existence. Il a fait les choses en grand réunissant ses anciens chefs encore vivants, à l'exception de Monique Gagnon-Tremblay dont le passage comme cheffe de l'opposition dans la foulée de l'élection de Jean Charest à la tête du PLQ a été passé sous silence.

De cette fête, les libéraux voudraient bien que l'on retienne d'eux qu'ils ont toujours accompagné le Québec dans ses progrès vers la modernité. Ce qui est exact. Néanmoins, il y a eu des moments plus sombres pour ce parti notamment le régime libéral d'Alexandre Taschereau. De loin, le gouvernement le plus corrompu de l'histoire du Québec. Cela risque de demeurer comme un fait saillant des livres d'histoire, à moins que les résultats des enquêtes en cours de l'UPAC attribuent cette triste épithète au gouvernement de Jean Charest. On verra bien.

Quoi qu'il en soit, ce qu'il y a de plus remarquable dans les parallèles que nous pouvons faire entre l'histoire du PLQ et son présent, c'est la coïncidence remarquable entre le positionnement actuel de Philippe Couillard et celui que l'on peut réserver à Adélard Godbout dans notre histoire politique. Réflexion sur des parentés idéologiques entre le gouvernement Couillard et le régime d'Adélard Godbout.

Adélard Godbout, premier ministre du Québec

Faisons appel à Wikipédia pour nous rappeler les faits saillants de la carrière politique d'Adélard Godbout :

« Adélard Godbout est né à Saint-Éloi, dans le comté des Basques au Bas Saint-Laurent. Son père était Eugène Godbout, fermier et député libéral de 1921 à 1923; sa mère était Marie-Louise Duret. Il fit ses études au séminaire de Rimouski, l'école d'agriculture de Sainte-Anne-de-la-Pocatière et le Amherst Agricultural College dans l'État américain du Massachusetts. Il enseigna ensuite à l'École d'Agriculture de Sainte-Anne-de-la-Pocatière de 1918 à 1930.

Il fut agronome pour le ministère de l'Agriculture de 1922 à 1925. Il fut élu sans opposition sous la bannière du Parti libéral du Québec dans la circonscription de L'Islet aux élections partielles du 13 mai 1929, et fut ensuite réélu en 1931 et 1935. Il occupa le poste de ministre de l'Agriculture dans le cabinet du premier ministre Louis-Alexandre Taschereau du 27 novembre 1930 au 27 juin 1936. Godbout devint premier ministre du Québec suivant la démission de Louis-Alexandre Taschereau le 27 juin 1936.

Sali par les scandales de l'administration Taschereau, il perdit l'élection d'août 1936 face à l'Union nationale de Maurice Duplessis, ce qui mit fin à 39 ans (entre 1897 et 1936) de gouvernement libéral sans interruption. Bien qu'il perdit aussi son siège à l'Assemblée nationale, Godbout demeura chef du Parti libéral et revint au pouvoir à l'élection de 1939. Son gouvernement nationalisa la Montréal Light, Heat and Power et fonda Hydro-Québec, accorda le droit de vote aux femmes et rendit obligatoire l'instruction élémentaire.

À l'élection de 1944, il fut battu une fois de plus par Maurice Duplessis, malgré le fait que son parti eut obtenu un plus important suffrage populaire. Il fut accusé d'avoir appuyé l'instauration de la conscription par le premier ministre canadien Mackenzie King. Il demeura chef de l'opposition jusqu'à l'élection de 1948, dans laquelle il perdit sa propre circonscription par une faible marge. En 1949, Godbout fut nommé au Sénat du Canada sur la recommandation du premier ministre canadien Louis St-Laurent. Il demeura sénateur jusqu'à sa mort en 1956. Il fut enterré au cimetière de Frelishburg ».

Ce qu'il faut retenir du passage d'Adélard Godbout à la tête du gouvernement du Québec c'est bien sûr que c'est sous son gouvernement que l'on a accordé le droit de vote aux femmes et que l'on a nationalisé Hydro-Québec. Il faut aussi constater qu'Adélard Godbout fut le premier ministre du Québec le plus complaisant envers Ottawa et qu'il a été de loin le premier ministre du Québec le plus fédéraliste que nous ayons connu jusqu'à l'arrivée de Philippe Couillard.

Philippe Couillard et la nation québécoise

Philippe Couillard a beaucoup de difficultés à se percevoir comme le promoteur et le défenseur d'une nation québécoise, une société distincte portant fièrement le flambeau de la langue et la culture française en Amérique du Nord. On le voit dans sa défense timide de la langue française ou encore dans son incapacité à s'opposer à Ottawa dans des dossiers pourtant vitaux pour notre avenir comme le sort du chantier naval de la Davie dans la région de Québec ou encore dans ses propos quant au respect de nos compétences en matière des villes où on ne l'a pas entendu regimber devant l'intrusion invasive du gouvernement Trudeau dans les compétences du Québec en matière d'habitation et de logement social. Bien sûr, la ministre responsable a exprimé son désaccord, mais elle n'a pas été soutenue par la voix forte de notre premier ministre et de son gouvernement.

Philippe Couillard dirige un gouvernement qui a tourné le dos à bien des occasions à la défense des revendications historiques du Québec auprès du gouvernement du Canada tout en marquant une profonde rupture avec la pensée libérale de l'époque de la Révolution tranquille. Il accorde la primauté aux libertés individuelles sur les questions de l'identité québécoise comme on a pu le voir avec l'adoption de sa loi sur la neutralité religieuse de l'État. Il a donné préséance au développement économique au détriment de la poursuite des idéaux libéraux de justice sociale. Il a marqué une profonde rupture avec la société civile dans le cadre de sa politique de rigueur budgétaire pour l'atteinte du déficit zéro. Son gouvernement a abandonné les régions et mis la hache dans toutes les structures de développement régional et les mécanismes de concertation au nom de l'efficacité et il a fait de l'appartenance canadienne le principe central de son engagement politique.

Philippe Couillard et Adélard Godbout

Comme l'a écrit Michel David dans Le Devoir, « De la longue liste des chefs libéraux qui ont dirigé le Québec depuis 1867, le préféré de M. Couillard est le successeur de Taschereau, Adélard Godbout, à qui on doit la création d'Hydro-Québec et surtout l'octroi du droit de vote aux femmes. Si M. Godbout a indéniablement fait progresser le Québec, la mémoire collective retient surtout de lui qu'il a été le plus fédéraliste des premiers ministres de l'histoire du Québec, jusqu'à ce que M. Couillard vienne lui-même lui disputer ce titre. »

Le professeur de science politique de l'Université Laval écrivait récemment dans le journal Le Devoir une intéressante analyse intitulée « 150 ans du PLQ : le retour à Adélard Godbout de Philippe Couillard » qui recoupe la mienne et celle de Michel David. Prenons-en connaissance ensemble :

« Non sans raison, Philippe Couillard semble aimer se référer à Adélard Godbout. Même s'ils ont bien sûr évolué dans des contextes bien différents, plusieurs parallèles peuvent être dressés entre ces deux premiers ministres libéraux. Sur le plan personnel, tous deux étaient perçus comme des scientifiques. L'un fut agronome, alors que l'autre fut neurochirurgien. Tous deux représentaient des circonscriptions situées à l'extérieur des grands centres. Sur le plan politique, les deux hommes valorisent d'abord les droits individuels. Le droit de vote accordé aux femmes fut l'une des grandes réalisations d'Adélard Godbout. L'attachement aux valeurs individuelles de Philippe Couillard se manifeste plutôt par un discours aux accents multiculturalistes et par une défense absolutiste des Chartes des droits. En matière de relations avec Ottawa, M. Godbout et M. Couillard partagent également les mêmes réflexes. Leur fidélité première est canadienne plutôt que québécoise. Dans le cas du gouvernement Godbout, l'histoire retiendra notamment qu'il a cédé la capacité fiscale du Québec à Ottawa ainsi que la compétence québécoise en matière d'assurance-chômage. Quant à Philippe Couillard, son gouvernement fut le premier depuis cette époque à songer à remettre de nouveau en question l'autonomie fiscale du Québec au profit du gouvernement fédéral. »

Il n'y a pas de doute. Le gouvernement libéral de Philippe Couillard est bien un héritier de la longue et riche tradition libérale au Québec, mais pas de sa partie la plus glorieuse. Il semble naviguer entre l'héritage d'Alexandre Taschereau et celle d'Adélard Godbout. En ce sens, Philippe Couillard est bel et bien le fils spirituel d'Adélard Godbout...


Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Trouver le point d’équilibre…

Trouver le point d’équilibre…
La fin de la lune de miel de Justin

La fin de la lune de miel de Justin
NOS RECOMMANDATIONS
Interdiction d’animaux dans les logements et zoothérapie: qu’en est-il exactement?

Interdiction d’animaux dans les logements et zoothérapie: qu’en est-il exactement?
Offrez-vous la permaculture pour Noël!

Offrez-vous la permaculture pour Noël!
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Domino's Pizza
 
Tourisme Cantons-de-l'Est
Vendredi, 15 décembre 2017
5 façons de profiter de la neige ce week-end!

Fontaine Panneton Joncas Bourassa & Associés
Jeudi, 14 décembre 2017
Interdiction d’animaux dans les logements et zoothérapie: qu’en est-il exactement?

Bedon & bout'chou
Jeudi, 14 décembre 2017
Rituels et souvenirs familiaux

Alexandre Dagenais
Jeudi, 14 décembre 2017
Offrez-vous la permaculture pour Noël!

Sarah-Eve Desruisseaux
Jeudi, 14 décembre 2017
Je te lève mon verre, année 2017 !

Daniel Nadeau
Mercredi, 13 décembre 2017
La fin de la lune de miel de Justin

Marianne Therriault
Mercredi, 13 décembre 2017
Au secours! J’ai raté mes cheveux!

William Lafleur
Mercredi, 13 décembre 2017
Construire ou brûler?

Domino's Pizza
Sherbrooke et Magog : une seule voix pour l’économie de la région Par Cynthia Dubé Lundi, 11 décembre 2017
Sherbrooke et Magog : une seule voix pour l’économie de la région
Quoi faire ce week-end! Par Cynthia Dubé Vendredi, 8 décembre 2017
Quoi faire ce week-end!
Un CIUSSS complètement sans fumée Par Vincent Lambert Jeudi, 14 décembre 2017
Un CIUSSS complètement sans fumée
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous