RYTHME_RAT_2103
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  Bilan COVID-19 du 10 avril
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Santé et Beauté
Famille
Automobile
Avis publics
Découvertes
Blogue
1077_MATIN_2103
CHRONIQUEURS /
Deux mots à vous dire
François Fouquet Par François Fouquet

Mardi, 21 mai 2019

Politique municipale : bon, ok, je me présente…


Maintenant, on voit la chose avec le filtre de nos années de vie, de nos expériences, de nos frustrations et, souvent, de nos épisodes de désabusement.

 Imprimer   Envoyer 
crédit image: Pixabay

Au Séminaire de Sherbrooke, année 1977-1978, j'ai été élu président du conseil étudiant pour le secondaire. Mon premier vrai contact avec la politique! Mon organisateur en chef, Alain Gilbert, avait vu à multiplier les affiches un peu partout! C'était bien avant qu'on pense qu'un jour on socialiserait plus par le téléphone qu'entre personnes!

Je comprends aujourd'hui pourquoi on nous disait, dans le temps, qu'on vivait « nos plus belles années ». On voyait l'avenir comme un projet, une opportunité, une immensité! Maintenant, on voit la chose avec le filtre de nos années de vie, de nos expériences, de nos frustrations et, souvent, de nos épisodes de désabusement.
Mais bon...
Au fil des ans, on m'a souvent demandé: pourquoi tu ne te présentes pas aux élections?
« Parce que... »

Ma réponse est vague. Ou trop longue à développer pour le temps disponible au moment où la question est posée!
Alors, je prends un peu de temps aujourd'hui. Pour les besoins de la réflexion, je choisis le palier de gouvernement municipal. Un gouvernement de proximité où les enjeux sont plus clairement élaborés.
Toute cette réflexion est venue à la suite du dépôt du rapport Tanguay sur la rémunération des élus municipaux à Sherbrooke, la semaine dernière.

Pourquoi je ne me présente pas? (pour le moment, en tous les cas!)
À cause de l'attitude des électeurs, en premier lieu. On est franchement épidermiques sur des situations qui ne devraient pas, à mon avis, nous agacer autant! Parlant épiderme, je commence avec une mise au point : dans les exemples, je parlerai « d'un élu » pour faciliter les choses. Je n'exclus pas les femmes, loin de là. Ne devenez pas anecdotiquement épidermique trop vite! Et ne me prêtez pas d'intentions sexistes, misogynes, machistes et tout...
Bon, cela étant dit, je continue.

Prenons les attentes qu'on a envers les politiciens : elles sont grandes, mais trop souvent tristement anecdotiques!
- on voudrait que notre élu soit partout, tout le temps, qu'il participe à toutes les activités du calendrier municipal, incluant toutes les épluchettes de blé d'Inde et les soupers spaghetti.
- comme notre élu nous représente, on voudrait qu'il défende systématiquement notre position! Comme si c'était possible. La vie en société demande une vision plus globale que la défense de chaque souhait individuel!
- on s'insurge chaque fois qu'il est question de salaire. Pourtant, la dépense salariale des élus est mineure dans l'enveloppe budgétaire globale de la ville. Et on veut les meilleurs candidats. Mais on veut aussi « qu'ils donnent l'exemple », ce qui est une erreur de logique pure.

- puis, il y a la question de l'argent à trouver pour se présenter. Je suis peut-être dans le champ, mais j'essaierais, au moins au niveau municipal, une formule où de l'argent public serait mis à la disposition des candidats pour se faire valoir, une fois qu'ils auraient satisfait certains critères. Ma formule n'est peut-être pas idéale, mais le point est le suivant : quand on sollicite des dons d'individus ou d'entreprises, automatiquement, on contracte une dette. Dit autrement, dès qu'on est élu « on en doit une » à plusieurs. Ça peut créer des situations peu souhaitables.

Il y a bien des choses à modifier dans notre processus de gouvernement municipal. Je pense au problème du désintéressement aux urnes à chaque élection. Et au manque de transparence de l'appareil municipal! Ce n'est certainement pas plus transparent maintenant qu'au moment où il y avait un parti politique au pouvoir!
On pourrait continuer longtemps.

M. Tanguay a joué prudemment en donnant des pistes larges quant au balisage des réformes à venir. Conséquence? On dit aux élus : « allez, votez-vous un salaire, mais on vous tchèque!
Ça regarde drôle...

Clin d'œil de la semaine
« On fait les cadeaux avant les élections et on décide les impôts tout de suite après... »
- Jacques Chirac


Écoloboutique avril 21
Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Le printemps, Vivaldi et les refrains

Le printemps, Vivaldi et les refrains
MS 21 : nouvelle norme d’isolation…sociale

MS 21 : nouvelle norme d’isolation…sociale
Café William Spartivento 2103
NOS RECOMMANDATIONS
Les pissous de François Legault

Les pissous de François Legault
Bilan COVID-19 du 9 avril

Bilan COVID-19 du 9 avril
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Écoloboutique avril 21
Inscription Infolettre EstriePlus.com
MSSS COVID-19 phase 12 avril 21
 
Yves Nantel
Samedi, 10 avril 2021
LES 3 R, TU APPLIQUERAS

Archives nationales du Québec à Sherbrooke
Jeudi, 8 avril 2021
Notre histoire en archives : Derrière le rideau du photomaton

Daniel Nadeau
Mercredi, 7 avril 2021
Les pissous de François Legault

François Fouquet
Mardi, 6 avril 2021
Le printemps, Vivaldi et les refrains

Jacinthe Dubé 14 sept 2020
Le printemps, Vivaldi et les refrains Par François Fouquet Mardi, 6 avril 2021
Le printemps, Vivaldi et les refrains
Congé de Pâques : les policiers de la RPM occupés Par Maxime Grondin Mardi, 6 avril 2021
Congé de Pâques : les policiers de la RPM occupés
COVID-19 : un «wake-up call» de François Legault Par Maxime Grondin Vendredi, 9 avril 2021
COVID-19 : un «wake-up call» de François Legault
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous