1077 Printemps 20
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  Rassemblements: surveillance accrue du SPS
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Automobile
Santé et Beauté
Famille
Découvertes
L'actualité en vidéos
L'actualité en photos
Blogue
CHRONIQUEURS /
Deux mots à vous dire
François Fouquet Par François Fouquet

Lundi, 13 janvier 2014

Charte ou pas charte.



 Imprimer   Envoyer 

Être ou ne pas être.

C'est cette semaine que ça se passe. S'il se passe quelque chose, cela dit. L'Assemblée nationale du Québec sera saisie du projet de loi portant sur la charte des valeurs. Qui n'est plus la charte des valeurs, mais une charte dont le titre seul occupe presque un paragraphe : « Charte affirmant les valeurs de laïcité et de neutralité religieuse de l'État ainsi que d'égalité entre les femmes et les hommes et encadrant les demandes d'accommodement. »

Je me revois en 1976. René Lévesque, nouvellement élu, annonce qu'il y aura, d'ici quelques années, un référendum sur la question nationale. Une question qui se répondra par un oui ou par un non. De toute évidence, la réponse allait être beaucoup plus courte que la question ! Au final, celle-ci faisait un long paragraphe.

J'ai l'impression de vivre le jour de la marmotte avec l'appellation finale de la charte des valeurs.

Remarquez, le titre a le mérite de dire ce qu'il a à dire. Mais, au passage, impossible de ne pas constater que le titre cherche à rallier les gens qui ont émis certains commentaires.

Être ou ne pas être.

La semaine s'annonce fascinante, quand même! On en a déjà parlé, au Québec, on ne sait pas comment faire un débat. Il faut rapidement se camper dans un camp. Ou dans l'autre. Mais vous constaterez comme moi qu'il n'y a toujours que deux camps. D'où l'extraordinaire difficulté, pour un troisième parti, de faire sa niche. Les seules fois, depuis 1970, où un troisième parti a fait mouche, c'était directement lié à un vote de contestation. Les partisans d'un des deux camps signifiaient leur mécontentement à leur parti en votant pour un autre. Chaque fois, c'était un feu de paille...

On est de même, au Québec. Si on n'est pas Nordiques, on est Canadiens. Si on n'est pas péquiste, on est libéral. Et si le sujet ne se ramène pas à un oui ou à un non, à un choix ou l'autre (mais pas plus de deux choix), on préfère changer de sujet. On ne veut pas de chicane. Faque...

Toujours est-il que là, c'est plus difficile. D'où l'intérêt de voir aller les choses.

Marois plaidera en faveur de la charte. Pour, dira-t-elle, s'assurer que le Québec est inclusif. Couillard affirmera que son parti est un parti inclusif. Donc, qu'il est contre la charte. Legault, comme bon troisième, verra à rejoindre un des deux autres. On travaille à deux, sinon, on change de sujet!

Ce qui est intéressant, c'est que la question a beau se répondre par un oui ou par un non, le problème, c'est que la position de chacun est nuancée. Il y a plus de gris que de blanc et de noir.

Je m'explique.

Au Québec, personne n'est raciste. Ou la grande majorité ne l'est pas. Ça, c'est en théorie, bien installé dans son salon, entouré des nôtres, et la porte de la maison barrée (pour préserver notre vie privée). « Non, moi, je ne suis pas raciste. Pantoute! La charte, c'est pour les racistes».

Jusqu'à ce que l'action de l'autre ne vous touche personnellement.

Comme dans l'exemple vécu cette semaine et dans lequel un professeur d'université se fait rabrouer par son institution parce qu'il a refusé un accommodement religieux. L'élève étudie en sociologie (!) et ne veut pas participer à une activité du cours parce que sa religion l'empêche de le mettre en contact avec des femmes. Le professeur refuse. La direction de l'université accepte, en disant qu'ils ont déjà permis à un autre élève de ne pas participer parce qu'il était à l'extérieur du pays. Et la direction de l'université demande à son professeur de tenir cela mort. Si on n'en parle pas, c'est comme s'il n'y avait rien.

Subitement, autour, tout le monde s'entend pour dire que cela n'a pas de bon sens. Que l'étudiant doit suivre son cours (ce qu'il a fait sans rechigner, d'ailleurs...). Mais une proportion intéressante de ces gens-là se dira aussi contre la charte proposée.

J'ai hâte de voir comment ça va se passer, tout cela...

J'ai hâte d'entendre les arguments de l'opposition là-dessus. J'ai surtout hâte de voir s'il y aura des arguments ou, comme d'habitude, juste des attaques personnelles pour marquer des points en vue de la prochaine campagne électorale. Autrement dit, une ligne de parti serrée, point.

Clin d'œil de la semaine

Je ne suis pas raciste. Je suis en faveur que les autres se fassent soigner par quelqu'un d'ailleurs...


Genevieve Hébert, députée de Saint-Francois
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Ce temps d’attente est bien involontaire de notre part

Ce temps d’attente est bien involontaire de notre part
Le coup de poing du gros bon sens

Le coup de poing du gros bon sens
DOMINO’S PIZZA - magasin général
NOS RECOMMANDATIONS
Tous dans le même bateau

Tous dans le même bateau
Divertissement pour ados confinés

Divertissement pour ados confinés
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Sherb_achat_local_2020
 
Me Michel Joncas
Jeudi, 2 avril 2020
Coronavirus et bail commercial

Daniel Nadeau
Mercredi, 1 avril 2020
Un monde perdu, un monde à venir…

Isabelle Simoneau
Mardi, 31 mars 2020
Un monde de découvertes au bout de nos doigts

François Fouquet
Lundi, 30 mars 2020
Tous dans le même bateau

JD Mars 2020
1077 Printemps 20
Le SANC bien présent pour les immigrants en ces temps incertains Par Anita Lessard Jeudi, 26 mars 2020
Le SANC bien présent pour les immigrants en ces temps incertains
La STS passe à son horaire d'été Vendredi, 27 mars 2020
La STS passe à son horaire d'été
Sherbrooke unie contre la pandémie Par Anita Lessard Vendredi, 27 mars 2020
Sherbrooke unie contre la pandémie
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous