magasingeneral.com
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
LE PAPOTIN
La une, accueil
Actualités
Reportages
Chroniques
Affaires municipales
Écho des organismes
Divers
Facebook
Ministère de la culture et communication
LE PAPOTIN / Divers
Jeudi, 24 février 2011

Vie éphémère


24 février 2011

 Imprimer   Envoyer 

Vitrine culturelle

par Suzelle Robert

Je repose... gluant... au fond de la soucoupe. Des effluves parfumés m'envahissent. Je prends conscience de mon état, crûment, comme lorsqu'on s'éveille d'un mauvais rêve. J'occupe déjà moins de place en ce monde. Voilà la triste réalité, ma triste réalité. Mes jours sont comptés. Je ne suis pas éternel. Cette fatalité s'est abattue sur ma race au moment même de sa création. Je ne fais que passer comme d'autres l'ont fait avant moi et comme ceux qui suivront.

À quoi ressemblera ce successeur? Je le vois tout neuf, tout sec, bleu, blanc, rose peut-être. Au parfum de lavande, de jasmin ou inodore comme c'est de plus en plus la mode.

Je me souviens de mes premiers jours. L'emballage qui glisse sur ma peau telle une première mue. Puis, l'on s'attaque à mon intégrité. Ces frottements tantôt violents, tantôt sensuels. Ces contacts avec un tissu rugueux ou la surface lisse du corps que j'ai pour mission de « laver » dit-on... de débarrasser des saletés accumulées. Je vois des lambeaux de moi se noyer dans l'eau qui coule avec les déchets que j'ai la prétention, et la fierté, d'avoir fait fuir.

Oui, des pans entiers de mon anatomie disparaissent chaque jour. J'en ressens un brin d'amertume. Que voulez-vous? Ma vie est éphémère.

En ce moment, je me repose. J'observe le monde qui m'entoure. Il m'arrive même d'apercevoir mon reflet dans le robinet tout propre. J'aime mon apparence luisante d'après le bain, l'odeur de fraise qui parfume la pièce. On dit que j'embaume et ça fait plaisir!

J'aime surtout le contact des petites mains qui me font pirouetter et l'étourdissement qui m'habite longtemps après. Et quel délice de sentir ces petites bulles éclater sur ma peau: onctueuse caresse (caresse suprême)! J'y suis davantage sensible depuis quelque temps. Il est vrai que je deviens de plus en plus fragile. Les expériences de lavage m'épuisent. Fallait s'y attendre! Un savon n'est pas éternel... n'est-ce pas? Il est temps que je cède ma place au creux de la soucoupe. J'y laisserai tout de même quelques parfums odorants, en souvenir de moi.


Orchestre symphonique de Sherbrooke Jazz
Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Quelle 40ème saison des Cantonniers!

Quelle 40ème saison des Cantonniers!
Après Montréal, Ideal Coworking s’installe à Magog

Après Montréal, Ideal Coworking s’installe à Magog
NOS RECOMMANDATIONS
David Ronnie Danforth retrouvé.

David Ronnie Danforth retrouvé.
Un suspect recherché pour vol

Un suspect recherché pour vol
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Centre de développement athlétique Badmofo Methods
Orchestre symphonique de Sherbrooke Hommage  jazz
Priorité Emploi Du HSF mai 2019
 
François Fouquet
Mardi, 21 mai 2019
Politique municipale : bon, ok, je me présente…

Pierre-Olivier Pinard
Mardi, 21 mai 2019
Cottage Waldorf

Me Ariane Ouellet
Jeudi, 16 mai 2019
L’interdiction d’animaux dans un logement

William Lafleur
Mercredi, 15 mai 2019
Prêt à courir

Desjardin - Papotin
Plafonds acoustiques : le plus difficile, c'est de choisir! Par APCHQ Estrie Mardi, 14 mai 2019
Plafonds acoustiques : le plus difficile, c'est de choisir!
L’Université Bishop’s accueillaient des jeunes adeptes du kin-ball Par Robert Legault Lundi, 13 mai 2019
L’Université Bishop’s accueillaient des jeunes adeptes du kin-ball
Quoi faire ce week-end Par Anita Lessard Jeudi, 16 mai 2019
Quoi faire ce week-end
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous