La Maison Aube-Lumière - poinsettias 2018
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Contactez-nous        
  Erreur de traitement

détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
Memphrémagog - journal
Journal Le Haut-Saint-François
La une
Actualité
Art et Culture
Cahiers Spéciaux
Sports
Opinions
Dates de parution
Contactez-nous
Facebook
Agenda
JOURNAL LE HAUT-SAINT-FRANÇOIS / Actualité
Mercredi, 6 novembre 2013

Wells Coates lance ses mémoires devant plus de 120 convives



 Imprimer   Envoyer 

Collaboration spéciale Rachel GARBER et Pierre HÉBERT

Preuve qu'il est apprécié de tous, plus de 120 personnes, membres de la famille, amis, anciens collaborateurs, élus municipaux, député de Mégantic Ghyslain Bolduc et Alain Robert, représentant du député de Compton-Stanstead, Jean Rousseau, se sont fait un plaisir et un devoir d'assister récemment au lancement du livre marquant les mémoires d'un pionnier de la MRC du Haut-Saint-François et de sa municipalité de Westbury, Wells Coates.

Ayant joué un rôle de premier plan à la création, au maintien et au développement du Journal régional Le Haut-Saint-François, M. Coates tenait à ce que le lancement de son livre « Recalling Life in Westbury: The Memoirs of Wells Coates » se fasse dans les locaux du média régional à Cookshire-Eaton. Cette marque d'appréciation est évidemment un honneur pour toute l'équipe du journal et de ses administrateurs.

Affecté par la maladie, M. Coates a insisté pour faire son lancement de livre comme prévu. Grand gentleman, il a tenu à remercier tous ceux qui avaient collaboré de près ou de loin à la réalisation de son livre ainsi qu'au lancement. Sa fille Colleen Younie et sa petite-fille Martha Younie ont contribué à la rédaction et la production du livre avec l'auteur qui a mis 10 ans à peaufiner ses mémoires. M. Coates précise que c'était en discutant avec une de ses petites-filles qu'il s'était rendu compte que les petits-enfants ne savaient pas grand-chose de sa vie et de ce qui se passait à l'époque. Il voulait laisser un héritage pour que les jeunes se souviennent de lui longtemps. « En empruntant l'autoroute de la vie, n'oublie pas d'où tu viens », a-t-il écrit en guise de message.

Parmi les présentations, Rosalie Carrier, la petite-fille de Mme Cécile Breton, la conjointe de M. Coates, a fait lecture, dans les deux langues, d'une petite adresse qu'elle avait rédigée. Elle a mentionné que si l'auteur du livre n'était pas son grand-père naturel, il était tout ce dont elle avait rêvé d'un grand-père. M. Coates a remis personnellement un livre à chacun de ses petits-enfants en y ajoutant une remarque humoristique pour plusieurs. Encore vif d'esprit, il en a fait rire plus d'un. Des ouvrages ont également été remis gratuitement à tous les participants du lancement.

Dans un autre ordre d'idée, Pat Boychuck, ancienne présidente du Musée Eaton Corner, a remis un certificat d'appréciation pour son travail effectué au musée.

Mémoires
Le livre écrit par Wells Coates contient 231 pages chargées d'histoires, de photos, et de descriptions de sa vie et de son époque. Il est né en 1924, et n'est qu'à trois mois de son 90e anniversaire. Lire son livre c'est un peu comme d'être assis à ses côtés et d'entendre sa voix nous raconter. Il relate des histoires et chacune d'elles nous conduit à la suivante. Le livre a un caractère à la fois intime et public. Il décrit des gens et des endroits que plusieurs résidents du Haut-Saint-François sauront reconnaître.

La couverture du livre montre M. Coates enfant, montant à cheval. Mais pas n'importe quel cheval. Il s'agit de Betsey, un « dark buckskin Indian cayeuse mare. » Dès l'âge de sept ans, il la montait pour l'aller-retour à l'école et un peu partout dans les alentours. Vers neuf ou dix ans, il a mené Betsey à faire des courses de chevaux à la Foire de Cookshire où il a établi un record longtemps inégalé, celui du demi-mille exécuté en 59 secondes. Pas étonnant que M. Coates lui consacre tout un chapitre.

Pas étonnant non plus de voir des chapitres entiers consacrés aux nombreuses voitures, camions, tracteurs et autres machineries de ferme qu'il a chéris au fil des ans. Dès son plus jeune âge, son ambition était de « devenir un agriculteur, pas juste un fermier. » Il adorait innover en agriculture et décrit dans son livre avec d'étonnants détails, dates à l'appui, les dimensions et la performance de ses machines et véhicules. Et il nous met en garde: « Tous les changements ne sont pas du progrès. »

Et puis il y a les gens. Le livre décrit les amis, les membres de la famille, les collègues et les voisins, qu'ils soient francophones ou anglophones. Il évoque les parties à la maison. La pire tempête de neige jamais survenue, la journée de Pâques du dimanche 1er avril 1940. Il fait aussi état d'A.Y. Jackson, qui, avant de devenir un artiste célèbre au sein du Groupe des Sept, venait aider à la ferme de son grand-père.

Nous apprenons comment s'est formé Ascot Corner. Comment il a réussi à demeurer en selle sur son cheval qui s'était mis à nager en eau profonde. Comment la glace était prélevée et transportée. Comment les tracteurs ont remplacé les chevaux. Comment un engin de train pouvait ressembler à « une bête enflammée. » Comment son élevage est passé des Jersey aux Holstein. Comment la « Grande Dépression » a marqué sa génération. Et comment la politique municipale fonctionnait.

Le livre se veut un témoin du vif esprit d'observation de M. Coates, de sa mémoire méticuleuse et de son affection pour sa communauté. Pour ses descendants et pour les citoyens du Haut-Saint-François, c'est une façon de ne pas oublier d'où nous venons.


La Maison Aube-Lumière - poinsettias 2018
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
« Sherbrooke est une ville de hockey »

« Sherbrooke est une ville de hockey »
Des voleurs recherchés à Magog récidivent

Des voleurs recherchés à Magog récidivent
NOS RECOMMANDATIONS
Plus du triple de la limite permise, en fin d’avant-midi!

Plus du triple de la limite permise, en fin d’avant-midi!
L’Estrie comme pôle d’enseignement supérieur

L’Estrie comme pôle d’enseignement supérieur
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Fondation Rock-Guertin - Collectes de denrées 2018
Inscription Infolettre EstriePlus.com
Val Estrie Ford - mai 2018
 
Pierre-Olivier Pinard, B.sc. CFMP
Vendredi, 14 décembre 2018
Tout sur le sommeil (part 2)

Me Karine Bourassa
Jeudi, 13 décembre 2018
Mais qu’en est-il des servitudes de passage?

Caroline Caouette
Jeudi, 13 décembre 2018
L’enfant, un enseignant pour l’adulte!

William Lafleur
Mercredi, 12 décembre 2018
Prend les devants avant de tirer de l'arrière

Cégep de Sherbrooke
Mercredi, 12 décembre 2018
Stage au Nicaragua : Jocelyne Lacasse se souvient

Daniel Nadeau
Mercredi, 12 décembre 2018
Les accoutrements ridicules

Centre de développement athlétique Badmofo Methods
L’or et rien d’autre pour Alexie Guay Par Vincent Lambert Mercredi, 12 décembre 2018
L’or et rien d’autre pour Alexie Guay
Des voleurs recherchés à Magog récidivent Par Vincent Lambert Jeudi, 13 décembre 2018
Des voleurs recherchés à Magog récidivent
Groupe Custeau remet 50 000$ à l’école Larocque Par Cynthia Dubé Mardi, 11 décembre 2018
Groupe Custeau remet 50 000$ à l’école Larocque
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous