magasingeneral.com
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Contactez-nous        
 
-10°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
  CIUSSS de l’Estrie–CHUS: appel de candidatures (emplois étudiants inclus). Mercredi, de de 15 à 19 h, au 1621 rue Prospect.
 
Memphrémagog - journal
Journal Le Haut-Saint-François
La une
Actualité
Art et Culture
Cahiers Spéciaux
Sports
Opinions
Dates de parution
Contactez-nous
Facebook
Agenda
JOURNAL LE HAUT-SAINT-FRANÇOIS / Actualité
Jeudi, 10 octobre 2013

OpenMind à la Base de plein air La Patrie



 Imprimer   Envoyer 

Pendant 6 jours quelque 1 400 personnes, de la prime enfance à l'âge des bilans, ont ondulé au rythme d'activités tant intimistes que de groupes pour créer une synergie influençant positivement l'environnement et la population. Dans un contexte d'ouverture d'esprit telle que toutes les tendances et toutes les caractéristiques individuelles puissent se réaliser, l'ode à la nature et à la diversité s'est déroulée dans un cadre écoresponsable irréprochable à la Base plein air La Patrie.

Préparé de longue main, ce troisième festival OpenMind, hommage à la multiplicité des idées, au respect des différences et à l'écosophie, a attiré des visiteurs canadiens et américains de tous horizons socioéconomiques. Spiritualité, écologie, éducation, transmission des traditions, sciences alternatives, thérapies et autres n'ont été que quelques thèmes sous lesquels les participants se sont regroupés.

Adam Taschereau, à l'aube de la trentaine, remontait aux origines de ce mouvement axé sur l'ouverture d'esprit et la tolérance. « Depuis 13 ans, j'organise toutes sortes d'évènements autour de la musique trance. Il y a 6 ans, j'ai eu la vision d'un OpenMind où s'associent célébration et bien-être. » Adam possède depuis tout jeune le talent de regrouper des personnes pour l'aider à réaliser des projets. « Je suis comme ça depuis toujours », avoue-t-il candidement. Entouré d'une trentaine de directeurs responsables de la programmation, de la sécurité, de la nourriture, de l'aménagement de l'espace et autres, il a su intéresser plus de 300 bénévoles.

À l'invitation de Denis Poisson, propriétaire de la Base de plein air La Patrie, l'équipe a procédé aux premiers repérages qui ont été effectués dès le dégel. « J'ai trouvé qu'ils avaient beaucoup d'imagination pour deviner ce que serait le site quelques mois plus tard alors que la nature serait à son apogée », faisait-il remarquer.

Les premiers travaux d'aménagement du terrain de 35 acres ont commencé au début mai, sans pour autant nuire au fonctionnement normal de l'entreprise. Des ingénieurs et des spécialistes dans divers secteurs d'activités ont mis à contribution leur formation pour créer un univers incroyablement vivant tant de jour que de nuit. L'illumination de la forêt enchantée, particulièrement, rappelait le merveilleux des décors du film Avatar. Tableaux, sculptures et autres manifestations artistiques et ésotériques ajoutaient à la qualité des festivités. Tels ont été les commentaires unanimes des gens de la région invités à la fête.

Dès la première visite, le site de la Base de plein air La Patrie a plu aux organisateurs. Forêt, rivière, espace, ciel étoilé et proximité du parc du Mont-Mégantic ont justifié le choix de l'emplacement. « Il y a de la place pour développer le côté artistique et y greffer les talents des gens. À la lumière de l'expérience, le site a démontré son potentiel », témoignait Adam.

Dominic Béland, directeur de la sécurité, en était à sa troisième expérience. Pour lui, l'encadrement d'une telle foule sur 6 jours n'était pas à prendre avec des pincettes. Bien que tous aient eu un comportement des plus sages, la proximité de la rivière, du feu et d'autres dangers inhérents à ces rencontres nécessitaient une attention de tous les instants. « Outre quelques incidents mineurs, le tout s'est déroulé au mieux », résume-t-il. « Le propriétaire de la base, M. Poisson, avait insisté pour que cet aspect prime », rappelait-il. La sécurité, les premiers soins, etc. ont été assurés en permanence.
Parmi les participants, Caroline et Kaya, parents de 4 enfants, en étaient à leur 2e festival. « Le sacré, le spirituel, l'esprit de fête et l'écoresponsabilité, valeurs promues par tous, nous ont plu », affirme Caroline. « J'aurais aimé moins d'amplification de la musique, mais, comme l'ouverture d'esprit envers les attentes des autres était le maître mot, j'ai respecté ce choix. »

Pour les villageois des alentours, l'entrée sur le site était gratuite. « J'ai négocié avec Adam le fait qu'ils acceptent les visiteurs locaux, je voulais qu'ils découvrent que ce genre de rencontre pouvait se faire de la meilleure façon », expliquait M. Poisson. Beaucoup d'entre eux ont affirmé être revenus deux et trois fois tant ils ont été charmés par les festivaliers et la façon dont s'est déroulé le happening.

Depuis, le site a retrouvé son état originel. Malgré les pluies abondantes, peu a été détruit. Ces conditions climatiques n'ont pas découragé les participants. Plusieurs même ont considéré la chose comme étant un nettoyage spirituel que la Nature leur imposait avant de retourner en société. Plus de 100 livres de semences ont été étendues pour régénérer les lieux laissés impeccables, preuve que de telles rencontres peuvent se faire dans le plaisir, la sérénité et l'écoresponsabilité.


Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
5 329 raccompagnements pour Nez Rouge en Estrie

5 329 raccompagnements pour Nez Rouge en Estrie
Lu pour vous

Lu pour vous
NOS RECOMMANDATIONS
Des centaines d’emplois étudiants à combler à Sherbrooke

Des centaines d’emplois étudiants à combler à Sherbrooke
Une équipe de l’UdeS en lice pour devenir la découverte de l’année de Québec Science

Une équipe de l’UdeS en lice pour devenir la découverte de l’année de Québec Science
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Hyundai Sherbrooke - janvier 2018
 
Daniel Nadeau
Mercredi, 17 janvier 2018
Histoire et récits : façonner le monde

Catherine Côté
Mercredi, 17 janvier 2018
Tendances à surveiller en 2018

Marianne Therriault
Mercredi, 17 janvier 2018
Faire pousser nos cheveux: pas si facile?

François Fouquet
Lundi, 15 janvier 2018
Apprécier quoi, au juste?

Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke
Lundi, 15 janvier 2018
Le projet CLASS : un atout pour la réussite

Bedon & bout'chou
Portraits robots d’un homme au comportement à risque envers les femmes Par Cynthia Dubé Lundi, 15 janvier 2018
Portraits robots d’un homme au comportement à risque envers les femmes
D’une pierre deux coups: rentabilise ton temps avec des exercices complets Par William Lafleur Mercredi, 10 janvier 2018
D’une pierre deux coups: rentabilise ton temps avec des exercices complets
Deux Sherbrookois à l’émission Face au mur Par Cynthia Dubé Mardi, 9 janvier 2018
Deux Sherbrookois à l’émission Face au mur
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous