magasingeneral.com
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Contactez-nous        
 
10°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
Memphrémagog - journal
Journal Le Haut-Saint-François
La une
Actualité
Art et Culture
Cahiers Spéciaux
Sports
Opinions
Dates de parution
Contactez-nous
Facebook
Agenda
JOURNAL LE HAUT-SAINT-FRANÇOIS / Actualité
Pierre Hébert Par Pierre Hébert
pierre@journalhsf.com

Jeudi, 10 octobre 2013

Nicole Robert, propose la continuité dans l'action



 Imprimer   Envoyer 

N'en déplaise aux détracteurs estimant que la MRC du Haut-Saint-François aurait vendu au rabais la moitié du site d'enfouissement de Bury à la Ville de Sherbrooke, la préfet Nicole Robert n'en démord pas; il s'agit au contraire d'un bon coup, sinon le meilleur de son dernier terme à la tête de la MRC. Mme Robert, qui sollicite un renouvellement de mandat, y allait de cette affirmation lors d'une entrevue relatant le bilan de son administration.

Mme Robert insiste pour dire que la MRC a obtenu un prix « juste et raisonnable. » Il ne faut pas oublier, ajoute-t-elle, que la fermeture du site d'enfouissement aurait nécessité des investissements post fermeture. « On s'est débarrassé d'une dette à long terme. » La préfet ajoute que la mise sur pied de Valoris permet de faire un projet intégré incluant le site d'enfouissement, le centre de tri et autres pour en faire un parc éco-industriel. « Nous allons devenir une vitrine technologique. » Les investissements susciteront la création d'emplois et des revenus de taxes pour la municipalité de Bury, mentionne Mme Robert.

Au chapitre des bonnes initiatives, la préfet est d'avis que la politique de rurbanisation dont l'objectif est d'attirer et retenir la population s'avère prometteuse. Le concours « Gagnez le Haut-Saint-François », l'installation de l'Internet haute vitesse et le développement de services de proximité sont des éléments, selon elle, prometteurs pour l'avenir. Les initiatives en matière de transport collectif contribuent également à maintenir la population en place. Toujours dans le souci d'assurer les meilleurs services possible pour la population, Mme Robert estime que son intervention pour contrer le projet de fusion du CSSS du Haut-Saint-François avec celui des Sources était pleinement justifiée. « Ce n'est pas la MRC qui gère le CSSS, mais ça concerne notre monde pareil. Quand on a entendu parlé que la population ne voulait pas de fusion, ça devenait très pertinent d'intervenir. Moi, la population m'a donné un mandat très clair », affirme-t-elle d'un ton tranchant.

Au secteur culturel et touristique, « on va favoriser l'entreprise, mais on ne fera pas de pamphlet. « S'il y a un projet, on va encourager le promoteur par les fonds disponibles, mais ce n'est pas nous qui va le faire », d'expliquer Mme Robert. Elle ne ferme pas la porte à une plus grande implication, mais pas à court terme. Quand le milieu aura trouvé un créneau et défini une identité spécifique, alors la MRC pourrait modifier son plan d'action. En attendant, le personnel du CLD peut aider les promoteurs, d'indiquer la préfet. D'autre part, mentionnons que la MRC a participé à la réalisation de la phase I du marécage des Scots, permettant déjà d'attirer bon nombre de visiteurs.

Interrogée à savoir si la structure de la MRC du Haut-Saint-François était trop lourde en terme d'employés et services offerts, Mme Robert répond sans hésiter par un non catégorique. « On n'a pas trop d'employés pour les services qu'on donne. Si on veut changer des orientations, développer, ce sont les employés qui préparent les choses que ce soit cartographie, aménagement et autres. Ils ont tous des tâches précises et quand il y a un temps mort, on les utilise à autre chose », de trancher la préfet.

Mme Robert souligne l'importance pour le préfet d'être présent sur la scène régionale dont celui d'occuper un siège à la Conférence régionale des élus (CRÉ) de l'Estrie . « Je siège sur l'exécutif et ça me permet de voir ce qui s'en vient et de quelle façon ça peut être bénéfique pour nous. Même si le projet est estrien, je peux m'assurer qu'on ait notre part du gâteau. » La préfet ajoute que son implication sur la scène régionale lui permet de faire du réseautage. Un dossier à caractère régional, mais qui se trouve dans notre cour est celui de l'aéroport de Sherbrooke. « On siège sur le comité de diversification de l'aéroport. On reste à l'affût et s'il se passe quelque chose, on sera de la game. »

Quant au rôle d'un préfet élu, Mme Robert est convaincue du poids de sa légitimité. « Un préfet élu a plus de reconnaissances auprès d'un ministre parce qu'il représente la population. Il est plus pesant parce qu'il a le poids politique. » Le préfet, ajoute Mme Robert, fait des représentations que ce soit au niveau des ministres, des fonctionnaires. « Le préfet, sa job, c'est le développement régional de son territoire. » Elle estime avoir contribué à l'amélioration de la MRC ainsi qu'à la perception d'une image plus positive. Ce qu'elle propose sous forme de slogan « la continuité dans l'action. »


Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
La Maison Aube-Lumière vous invite à la 21e édition de son souper gastronomique annuel

La Maison Aube-Lumière vous invite à la 21e édition de son souper gastronomique annuel
Un projet aux multiples bénéfices...

Un projet aux multiples bénéfices...
NOS RECOMMANDATIONS
La profondeur, un atout pour remporter la Coupe Telus

La profondeur, un atout pour remporter la Coupe Telus
Nouveau pari à relever pour Orford Musique

Nouveau pari à relever pour Orford Musique
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Val Estrie Ford - avril 2018
 
Daniel Nadeau
Mercredi, 25 avril 2018
Intentions voilées...

Catherine Côté
Mercredi, 25 avril 2018
La bonne tenue pour la bonne occasion

Léandre Lachance
Mardi, 24 avril 2018
La table à cinq pattes: vie intellectuelle

François Fouquet
Lundi, 23 avril 2018
Le meilleur et le pire

Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke
Lundi, 23 avril 2018
À l'école Mitchell-Montcalm les midis, il y en a pour tous les goûts

Cégep de Sherbrooke
Lundi, 23 avril 2018
Anh Minh Truong : du cégep au grand écran

Travis Cormier
Le meilleur et le pire Par François Fouquet Lundi, 23 avril 2018
Le meilleur et le pire
Je l’ai eu tough…c’est mon excuse ! Par Isabelle Perron Mercredi, 18 avril 2018
Je l’ai eu tough…c’est mon excuse !
Une somme supplémentaire de 35 M$ pour le CIUSSS de l’Estrie-CHUS Par Cynthia Dubé Jeudi, 19 avril 2018
Une somme supplémentaire de 35 M$ pour le CIUSSS de l’Estrie-CHUS
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous