magasingeneral.com
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Contactez-nous        
 
10°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
ACHETEZ EstriePlus.com
Journal Le Haut-Saint-François
La une
Actualité
Art et Culture
Cahiers Spéciaux
Sports
Opinions
Dates de parution
Contactez-nous
Facebook
Agenda
JOURNAL LE HAUT-SAINT-FRANÇOIS / Actualité
Jean-Claude Vézina Par Jean-Claude Vézina
info@journalhsf.com

Mercredi, 24 avril 2013

Dindons, cerfs, orignaux, faun'en parler



 Imprimer   Envoyer 

La salle des Loisirs Cookshire a servi dernièrement de lieu de rencontre pour la tenue de la journée d'échange sur la gestion de la grande faune en Estrie. Invités par la Commission régionale sur les ressources naturelles et le territoire (CRRNT) et la Conférence régionale des élus (CRÉ) de l'Estrie, édiles municipaux, intervenants régionaux, agriculteurs et chasseurs ont pu exposer, selon leur point de vue, les aspects positifs ou négatifs de la présence des dindons sauvages, des cerfs de Virginie et des orignaux.

Pour certains, ce sont des engeances diaboliques, pour d'autres, des «Bambi» attrayants pour attirer les touristes. Quelle qu'en soit la perception, cette grande faune constitue un enjeu majeur en Estrie.

Des experts provenant de divers ministères, des membres de l'UPA, de fédérations de chasseurs, des biologistes et autres ont exposé la situation concernant la densité et la dispersion de la faune, l'augmentation des cheptels et autres informations pertinentes sur le sujet. La déprédation, c'est-à-dire le broutage excessif des cerfs, le pillage effectué par les dindons sauvages dans les champs et les silos à grain ont occupé une bonne partie des débats, de même que la diminution des orignaux, causée par la présence de tiques.

Pour sa part, le lieutenant Jocelyn Rose, directeur du poste de la Sûreté du Québec à Cookshire-Eaton, a rappelé le règlement adopté par la MRC du Haut-Saint-François qui défend l'utilisation des armes à feu à moins de 100 mètres des habitations. « Toutefois, chaque municipalité est libre d'augmenter cette limite pour assurer la sécurité des citoyens », ajoute-t-il.

Ghislain Bolduc, député libéral au provincial et responsable de la flore et de la faune dans l'opposition, prône l'harmonisation des efforts et des ressources pour concilier les intérêts des chasseurs, des agriculteurs et des touristes. Conscient des divergences qui existent entre ces groupes, il se dit très satisfait de cette rencontre qui s'est déroulée dans un climat de respect.

Réal Marcoux, au nom de l'UPA locale, souligne une faiblesse importante on ce qui concerne le dénombrement des bêtes et leur densité sur le territoire estrien. « Les chasseurs régionaux préfèrent prélever le chevreuil pour la viande. Ce n'est pas vrai qu'ils dépensent de 12 000 à 16 000 $ pour un trophée. De plus, les nombreux clubs de chasse et pêche gèrent leur territoire d'une façon plus sévère que le ministère », explique-t-il. Tous ces comportements influencent la quantité de bêtes sauvages.

Il ajoute que la façon dont les spécialistes recensent la faune et la répartissent par la suite en en définissant la densité au km2 ne tient pas compte de la réalité. « Il faut qu'ils raffinent leur méthode de calcul. À certains endroits, le territoire est vide, alors qu'ailleurs, il y a surpopulation », fait-il remarquer. Les mesures de contrôle ne s'exercent pas de la même façon. L'exemple des dindons qui, par centaines, défoncent les silos à grain et causent des pertes considérables à l'agriculteur parle d'elle-même.

Dans un climat respectueux des opinions diverses émises, tous ont pu émettre des commentaires pertinents qui serviront à améliorer la gestion de la faune, se réjouit Maurice Bernier, président de la CRÉ de l'Estrie. « Nous sommes conscients de l'importance de rendre accessible l'information, de la partager et de l'utiliser ». Ajoutant à l'intention de la CRRNT et de la CRÉ de l'Estrie, il rappelle « que tous les participants auront la responsabilité de poursuivre la discussion afin d'arriver à des solutions ».


Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Santé: le personnel administratif à court d’oxygène

Santé: le personnel administratif à court d’oxygène
La table à cinq pattes:  La vie physique

La table à cinq pattes: La vie physique
NOS RECOMMANDATIONS
Bénévolat : rencontre avec des gens au grand cœur

Bénévolat : rencontre avec des gens au grand cœur
Une somme supplémentaire de 35 M$ pour le CIUSSS de l’Estrie-CHUS

Une somme supplémentaire de 35 M$ pour le CIUSSS de l’Estrie-CHUS
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Fondation Vitae - dominos
 
Daniel Nadeau
Mercredi, 25 avril 2018
Intentions voilées...

Catherine Côté
Mercredi, 25 avril 2018
La bonne tenue pour la bonne occasion

Léandre Lachance
Mardi, 24 avril 2018
La table à cinq pattes: vie intellectuelle

François Fouquet
Lundi, 23 avril 2018
Le meilleur et le pire

Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke
Lundi, 23 avril 2018
À l'école Mitchell-Montcalm les midis, il y en a pour tous les goûts

Cégep de Sherbrooke
Lundi, 23 avril 2018
Anh Minh Truong : du cégep au grand écran

Hyundai Sherbrooke - avril 2018
Une somme supplémentaire de 35 M$ pour le CIUSSS de l’Estrie-CHUS Par Cynthia Dubé Jeudi, 19 avril 2018
Une somme supplémentaire de 35 M$ pour le CIUSSS de l’Estrie-CHUS
Immigration : réflexions autour d’un livre Par Daniel Nadeau Mercredi, 18 avril 2018
Immigration : réflexions autour d’un livre
Centro : Alexandre Hurtubise réélu à titre de président Par Cynthia Dubé Jeudi, 19 avril 2018
Centro : Alexandre Hurtubise réélu à titre de président
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous