magasingeneral.com
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Contactez-nous        
 
12°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
  Les drapeaux de l'Hôtel de Ville de Sherbrooke seront mis en berne pour soutenir la population de la ville de Toronto.
 
Memphrémagog - journal
Journal Le Haut-Saint-François
La une
Actualité
Art et Culture
Cahiers Spéciaux
Sports
Opinions
Dates de parution
Contactez-nous
Facebook
Agenda
JOURNAL LE HAUT-SAINT-FRANÇOIS / Actualité
Jean-Claude Vézina Par Jean-Claude Vézina
info@journalhsf.com

Mercredi, 13 mars 2013

L'acériculture rapporte dans le HSF



 Imprimer   Envoyer 

Youppie! C'est le temps des sucres. Réduit, sirop, tire sur la neige, bonbons nous mettent l'eau à la bouche et promettent de joyeuses réunions. Mais qu'est devenue l'industrie acéricole depuis que les chevaux et la «tonne» sont remplacés par de la tubulure? Comment la gère-t-on?

L'exploitation de l'érable à sucre dans le Haut-Saint-François représentait en 2007 quelque 10 % de la production estrienne de sève et de sirop. Quelque 90 acériculteurs plantaient plus 660 000 chalumeaux. La superficie couvrait environ 3 300 hectares (ha) de territoire agroforestier privé. Les revenus atteignaient près de 3 M$. Ces données ont changé depuis. Leur croissance est en constante progression.

Ces chiffres impressionnent quand on pense que cette industrie vit à peine une trentaine de jours au début du printemps. C'est oublier, cependant, que durant l'année, travaux sylvicoles, entretien des tubulures et autres corvées continuent. C'est aussi escamoter le fait que la forêt n'élabore pas exclusivement du bois pour le sciage, la pâte de papier, les entreprises de 2e et 3e transformation. En plus de sa faune, elle offre une gamme de sous-produits non ligneux (PFNL) comme les plantes médicinales et comestibles, des arbres à noix et des champignons, sans négliger la biomasse pour l'énergie.

La Commission régionale sur les ressources naturelles et le territoire (CRRNT), dans son «Portrait et enjeux du milieu forestier et de la forêt privée de l'Estrie», version préliminaire (Portrait), commandée par le Conseil régional des élus de l'Estrie (CRÉE) met en garde les propriétaires qui souhaiteraient gérer des érablières constituées majoritairement d'érables à sucre et d'érables au long tronc pour l'industrie du déroulage en particulier.

Le rapport va plus loin, divergeant d'opinion avec la Commission de protection du territoire agricole du Québec (CPTAQ). On lit que la CPTAQ favorise, dans l'énoncé 27 de sa politique, un aménagement plus axé sur les « activités sylvicoles de sélection ou d'éclaircies qui doivent se faire seulement à des fins acéricoles ». Le Portrait met en garde l'application stricte de ce principe qui, à première vue, peut « garantir une certaine protection du nombre d'entailles à court terme ».

Les chercheurs répliquent en démontrant que « cette façon de faire n'assure aucunement la pérennité d'une forêt saine, composée de diverses essences nobles (érables, frênes, bouleaux jaunes) ». Ils recommandent des travaux sylvicoles adaptés aux caractéristiques du peuplement naturel déjà en place. Ce faisant, l'équilibre de l'écosystème s'en trouve favorisé. Le document fait mention du fait qu'en Estrie, « plusieurs érablières présentent peu ou pas d'essences compagnes et que la régénération y est souvent déficiente ».

Les érablières mixtes constituées majoritairement d'érables accompagnés de bouleaux jaunes et autres feuillus tolérants et dont l'âge varie de jeunes à plus de 50 ans sont jugées excellentes et leur futur, prometteur. Cette façon d'entretenir l'écosystème évite qu'elles soient envahies par les fougères ou les framboisiers qui nuisent à l'éclosion des samares. Elle contrecarre aussi la pousse du hêtre qu'on voit apparaître dans les vieilles érablières qui déclinent.

Depuis quelques décennies, la forêt a souvent subi les contrecoups de l'intervention humaine qui n'a pas su appliquer les principes d'une bonne gestion, faute de connaissance. S'ajoutent les dommages causés par les chablis «arrachis» et le verglas. Il ne faut pas, selon le rapport, axer les travaux sylvicoles en fonction de la rentabilité de l'acériculture seulement. On souhaiterait plutôt reproduire l'équilibre du milieu qui jusqu'à présent permettait d'avoir des peuplements d'érables sains qui s'autogéreraient tout en assurant la conservation des arbres de différents âges et dimension.

Et nous consommateurs que devons nous faire pour participer au succès de cette industrie qui repose sur la pérennité de cette essence noble? Aller à la cabane en chantant « En caravane, allons à la cabane. Ho! Hé! Ho! On n'est jamais de trop, pour goûter au sirop, pour goûter au sirop d'éra-a-ble ».


Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Luc Fortin veut poursuivre ce qu’il a entamé

Luc Fortin veut poursuivre ce qu’il a entamé
Les incontournables du printemps 2018

Les incontournables du printemps 2018
NOS RECOMMANDATIONS
Quels sont les dommages découlant d’un congédiement?

Quels sont les dommages découlant d’un congédiement?
Pont Bishop’s à Lennox; les travaux commencent le 7 mai

Pont Bishop’s à Lennox; les travaux commencent le 7 mai
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Val Estrie Ford - avril 2018
 
Daniel Nadeau
Mercredi, 25 avril 2018
Intentions voilées...

Catherine Côté
Mercredi, 25 avril 2018
La bonne tenue pour la bonne occasion

Léandre Lachance
Mardi, 24 avril 2018
La table à cinq pattes: vie intellectuelle

François Fouquet
Lundi, 23 avril 2018
Le meilleur et le pire

Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke
Lundi, 23 avril 2018
À l'école Mitchell-Montcalm les midis, il y en a pour tous les goûts

Cégep de Sherbrooke
Lundi, 23 avril 2018
Anh Minh Truong : du cégep au grand écran

Travis Cormier
Toyota Rav4 2019 Mardi, 17 avril 2018
Toyota Rav4 2019
Quels sont les dommages découlant d’un congédiement? Par Me Ariane Ouellet Jeudi, 19 avril 2018
Quels sont les dommages découlant d’un congédiement?
Bénévolat : rencontre avec des gens au grand cœur Par Cynthia Dubé Vendredi, 20 avril 2018
Bénévolat : rencontre avec des gens au grand cœur
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous